AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 France : 4e zouaves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3381
Localisation : nord-pas-de-calais
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: France : 4e zouaves   Mar 13 Juin 2017 - 16:19

post de le zouave

Cela devait être "la der des der", quelques semaines tout au plus... Là aussi, il a été de toutes les batailles, inscrivant en lettres d'or sur son drapeau, son courage dans les combats.
Verdun lui donne sa première citation. Participation à la prise de Douaumont, 24-29 octobre 1916 Bezonveaux, Louvemont, Chambrettes (15-19 décembre) lui fait obtenir sa troisième citation à l'Ordre de l'armée , le Chemin des Dames lui donne sa quatrième citation. La fourragère jaune lui est remise par le Général PÉTAIN. La prise du Fort de Malmaison (25 octobre 1917) achemine le 4e Zouaves vers la Fourragère rouge; une cinquième citation lui est décernée. Il mérite la sixième par son courage à Orvillers. Les combats de Longpont et de Parcey-Tigny, clôt par une citation son merveilleux palmarès.

   En ce qui concerne l'entrée en guerre, le zouave est toujours équipé de la tenue dite "Orientale

La tenue dite "Orientale"

   C'est le Lieutenant-Général De LAMORICIERE qui est sans aucun doute à la base de l'adoption définitive de l'uniforme sous lequel on connaissait encore, avant 1914, ces braves soldats, car il n'avait subi que de légères modifications depuis sa mise en service. Nous en donnons la description:




Veste courte en drap bleu foncé, échancrée sur les cotés à la mode turque, ornée de tresses de couleur garance et de fausses poches, manches fendues en dessous jusqu'au coude et garnies d'agrafes.




Gilet sans manche en drap bleu foncé se boutonnant sur le coté droit et sur l'épaule droite, et portant une tresse garance autour du cou. Une autre tresse coupant longitudinalement la poitrine en son milieu.                                                          

Ceinture en toile de coton bleue.                                                                                                                              

Pantalon bouffant à la turque, en drap garance pour l'hiver et la grande tenue; en toile blanche pour l'été et les marches, lié au jarret au moyen d'un cordonnet en coton noir, soutenu par une haute guêtre en toile blanche pour la garnison, en peau pour les marches, plus tard en drap noir, jusqu'en 1873. Les Zouaves portèrent des jambières ou des molletières en cuir fauve. Au bas du pantalon, le fameux "trou de LAMORICIERE"...

(désolé pour la taille de la photo mais c'est dans un soucis de details)


Chéchia rouge à gland bleu.                                                                                                                                          

Turban vert, puis blanc. Jusqu'à l'inspection générale de 1870, le turban blanc ne fut en usage que dans les Zouaves de la Garde impériale et aux tirailleurs algériens.                                                                                                                      

Collet à capuchon d'abord en drap brun, puis gris de fer bleuté.

On désigna sous le nom de" tombeau" la fausse poche des deux cotés de la veste des Zouaves, mais pourquoi ce nom? Voici l'explication qui a été donnée par un connaisseur en la matière, le Capitaine adjudant-major G. GANGLOFF.  L'arme qu' affectionnaient les turcs était le pistolet qu'ils portaient dans une gaine appelée KÉBOUR-porte-pistolet-. Il pendait à gauche de telle façon que c'était à peine si l'on apercevait l'ovale de la fausse poche. Si l'on demandait alors à l'un de ces hommes de désigner par son nom cet endroit que l'on devinait plutôt qu'on ne voyait, il répondait invariablement, confondant le dessus avec le dessous, le porte-pistolet avec l'ornement de gilet: "nous appelons cela Kébour". On s'adressa à l'une des personnes jugées compétentes et on la questionna sur le vrai sens du mot, c'est le pluriel du substantif KEBER qui signifie tombeau .

Il est simple de reconnaître l'appartenance d' une unité à la couleur de son tombeau :

 rouge pour les unités de la province d'Alger.

 blanche pour celles d'Oran.

 jonquille pour Constantine.

  couleur du drap de fond( bleu) pour les unités de Tunisie.

_________________
Je recherche une vareuse française modele 1915 troupe

site à voir http://histoiremilitaria2.discutforum.com/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://lagrandeguerre.cultureforum.net
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3381
Localisation : nord-pas-de-calais
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: e   Mar 13 Juin 2017 - 16:20

La tenue moutarde

Je ne peux parler de la guerre 14-18, sans citer la fameuse "tenue moutarde" spécifique aux troupes d'Afrique. Après l'hiver 1914-1915, la tenue kaki est distribuée. Elle reste jusqu'en 1921 et en pratique jusqu'à la veille de la seconde guerre mondiale, la marque extérieure la plus visible des troupes d'Afrique.



Outre ses effets moutarde, le zouave a en dotation le même équipement que le reste de l'armée. Commençons par le brelage. Son ceinturon est du modèle 1903/14. Il supporte 3 cartouchières du modèle 1905/14 . Un porte-épée baïonnette du modèle 1888/14. Des bretelles de suspension modèle 1892/1914. Le bidon de deux litres et  la boite du masque M2 (masque anti-gaz). Enfin la musette. Le casque est du modèle 1915 Adrian.

   Pendant l'année 1915, le drap de confection kaki est pour les deux tiers de fabrication britannique. La vareuse est du modèle 1914, deuxième type. La culotte est du modèle "troupes a pied d'Afrique" mle 1914. Elle garde son aspect bouffant, mais est à deux jambes séparées. La chéchia est du mle traditionnel en laine cramoisie, commun aux zouaves. Sa hauteur est de 250 mm.

_________________
Je recherche une vareuse française modele 1915 troupe

site à voir http://histoiremilitaria2.discutforum.com/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://lagrandeguerre.cultureforum.net
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3381
Localisation : nord-pas-de-calais
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: e   Mar 13 Juin 2017 - 16:20

Tiré de l'Historique du 4e Régiment de Zouaves pour la période allant de 1914 à 1918.

Les cartes sont là pour vous aider à repérer l'emplacement des lieux de progressions ou de combats.

Quelques dates importantes pour l'année 1914 :

La mobilisation :

1er août 1914 à 17 heures, les quartiers de Tunis et de Bizerte sont consignés.

Le 4 août, le 3e Bataillon s'embarque à Bizerte. Le 4e à Tunis. Suivant le plan de mobilisation générale, ils rejoignent le 5e et le 11e Bataillons au Fort de Rosny sous bois, pour former le 4e Régiment de Zouaves sous le commandement du Colonel Pichon.

Les Bataillons sont transportés à Alger par chemin de fer. Le 9 août ils prennent la mer.

Le 10 et 11 août c'est la pleine mer.

Au matin du 12 août, les zouaves débarquent à Cette. A 17 heures ils embarquent dans la gare de Sète. Le convoi traverse les villes de Toulouse, Montauban, Cahors, Limoges, et Tours. Les 3e et 4e Bataillons débarquent à Paris (gare d'Ivry).



Le 16 au matin, le 4e Zouaves, après avoir accueilli les réservistes, se trouve réuni dans la gare de Bercy.

Il comprend :

Le 3e bataillon (Commandant Ballivet)

Le 4e bataillon (Commandant Daugan)

Le 5e bataillon (Commandant Bézu)

Le 11e bataillon (Commandant Eychène)

Le 17 août le Régiment débarque à Anor et se dirige à pied vers Rochebies (passage de la frontière entre la France et la Belgique).





Le 18 août le 4e atteint Froidchappelle.

Le 20 août, après une marche très pénible (il faut sept heures pour faire 14 Kms) le Régiment cantonne à Walcourt.



La Bataille de Charleroi s'engage.



Le 22 août le Régiment se trouve à hauteur de Tarcienne.



Le baptême du feu :

Le 23 août, c'est le baptême du feu, les zouaves essuient le feu de l'artillerie allemande. Des hussard ennemis se montrent tout d'abord en avant de Gerpinnes. Ils sont stoppés. Puis ce sont les colonnes d'assauts allemandes qui cherchent à déboucher. L'ennemi est tenu en respect jusqu'au soir. Pourtant, à 19 heures, l'ennemi, supérieur en nombre, tourne les zouaves par la gauche. Les zouaves se replis vers Terciennes. Beaucoup d'hommes tombent. Mais néanmoins le repli se fait en bon ordre. Le Régiment se retire vers Somzée.



La retraite : (24 aout-6 septembre)

La Bataille de Charleroi est finie, elle est perdue. Malgré les efforts de nos troupes.

Le 24 août à 3h30 du matin, les zouaves harassés par les combats de la veille, sont réveillés. Il faut se replier en sens inverse par la même route. Fraire, Vogenée, Silenrieux, Boussu les Walcourt. On retourne à l'Ouest vers Clermont, on redescend sur Brabançon. Par Vergnies, Rance, Sautain, Eppe, on atteint la foret de Frelon. Il faut aller plus loin. On passe à Trélon, Glageon pour ne s'arrêter qu'à Rainsart. C'est le 25 août, il est 21 heures. Les zouaves ont marché depuis l'aube.






_________________
Je recherche une vareuse française modele 1915 troupe

site à voir http://histoiremilitaria2.discutforum.com/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://lagrandeguerre.cultureforum.net
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3381
Localisation : nord-pas-de-calais
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: e   Mar 13 Juin 2017 - 16:20

post de Ir76 de hambourg

Concernant le 4eme zouave, voilà ce que j'ai:
en 1914, le 4eme zouiave appartient à la 38ème division ( general Muteau ), 76ème brigade  ( general Bertin ). Le 4eme zouave marche avec 2 régiments:
- régiment de marche du 4ème tirailleur
-régiment de marche du 8ème tirailleur

Le 4ème zouave en aout 1914 est commandé par le colonel Pichon.

La 38ème division est mise sur pied le 2 aout 1914 à Alger. Elle est commandée par le général Muteau  qui fut remplacé par le général Brulard le 13 septembre 1914. Ce dernier sera remplacé par le général de Bazelaire le 12 novembre 1914.

Concernant le régiment de marche du 4eme zouave il est formé le 10 aout 1914 à Rosny-sous-bois en région parisienne.
Il a 4 bataillons:
3eme bataillon du 4eme zouave( Tunis)
4ème bataillon "   "   "    "    "   (Tunis)
5ème bataillon "   "   "    "    "    (Rosny-sous-bois)
11eme bataillon "   "   "    "   "   ( formé à Rosny-sous-bois avec des reservistes )

Il a sur son drapeau les noms suivants en 1918:
Sebastopol 1854-1855
Magenta 1859
Solferino 1859
La Marne-l'Yser 1914
Verdun 1916
La Malmaison 1917
Noyon l'Oise 1918
Soissonnais 1918

7 citations. Fourragere de la legion d'honneur ( 5 mai 1918 )

Casernes:
Bizerte (Tunisie ): caserne Japy:7ème bataillon du 4ème zouaves (depot)
Tunis: caserne Saussier: E.M., 3è,4è et 6ème bataillons du 4ème zouaves


Les bataillons de zouaves etaient organisés en 5 bataillons et le 5ème bataillon de chaque régiments était basé en France (loi du 9 fevrier 1899 ), ainsi chaque régiment avait 2 depots: le depot du régiment en Afrique du nord et le ''petit depot'' du 5eme bataillon en France.
Les 5eme bataillons étaient réunis par groupe de 2. Par exemple:
*groupe du 5ème bataillons de zouaves de Paris:
casernement: fort de Nogent sur Marne
-5ème bataillon du 1er Zouaves et petit depot au fort de Nogent-sur-Marne ( part à Saint-Denis en 1912)
-5ème bataillon du 4ème zouave et petit depot au fort de Rosny-sous-bois

Le 1er mai 1914, le 4eme régiment de zouaves a 7 bataillons: 6 en AFN et 1 en France.

Les 6 premiers bataillons d'active du 4eme zouaves furent engagés en France dès le debut de la guerre car son 7ème bataillon alla au Maroc y remplacer les 1er et 6eme bataillons. Le 7ème bataillon semble être resté en AFN pendant la guerre.


situation des bataillons du 4ème zouave en septembre 1914:
4ème zouave (Tunis)......................7 bataillons d'active
1er bat (AFN)................................RMZ de la 3eme BM
2eme bat (AFN).............................RMMMO ( régt de marche mixte du Maroc occidental ), passe ensuite à la 38eme DI. Arrive en France fin septembre 1914
3eme bat (AFN)...............................RM4emeZouaves (38èmeDI)
4eme bat (AFN)...............................RM4Z (38ème DI)
5eme bat (France)...........................RM4Z (38ème DI)
6ème bat (AFN)...............................RM1erZ (45ème DI)
7ème bat (AFN)...............................à la mobilisation il part au Maroc occidental remplacer les 1er et 6eme bat.
11eme bat Rosny-sous-bois)..............RM4Z (38ème DI)(bataillon de reservistes)

1ers engagements de la division et du 4eme zouave

Elle fut rattachée à la 5eme armée le 13 aout 1914 et affectée le 15 au 1er corps d'armée puis au 3ème corps d'armée le 16 aout.
Le 18 aout 1914, elle fait mouvement vers la Sambre, par Froidchapelle et Walcourt.
22 aout 1914: le 4eme zouave est engagé dans la bataille de Charleroi. Violents combats du Chatelet et de Somzée ( 1/3 de pertes ).
23 aout :  Le régiment  combat à Charleroi, près de Tarciennes.
24 aout: la division est rattachée au 18ème C.A.. Repli général par Sains-Richaumont vers la région de Chevresis-Monceau.
29 aout 1914: 1ere bataille de Guise: combat vers Ribemont et Villers-le-sec. A Ribemont le capitaine commandant la 14ème compagnie du 4ème bataillon fut blessé et fait prisonnier. Il réussit à s'evader, rentra en France et commanda un bataillon du 4eme de marche de zouaves en 1917, il s'appelait Giraud ( le fameux general Giraud de la seconde guerre mondiale )
30 aout 1914: replie par Chavonne, Treloup et Montmirail jusqu'au nord de Provins.
Les régiments de la division comptent en moyenne 200 hommes par bataillon.
Affaibli, le 4ème zouave-comme la division- reste en reserve pendant la bataille de la Marne puis est engagé le 8 septembre 1914 à Chateau-Thierry.
10 septembre 1914: le 4ème zouave est engagé au chemin des Dames à la ferme d'Hurtebise où il gagne sa 1ere citation.
fin 1914: le 4eme zouave est détaché auprès de l'armée Britannique en Flandres et se comporte très vaillamment dans la région de Zillebeke.

1915



Tient un secteur près de Nieuport-ville où il participe à de sanglants combats pour la défense d'Ypres.

1916



bataille de Verdun: le régiment est engagé à la côte 304, à Souville, au bois de Vaux-Chapitre. Il reçoit sa 1ere citation à l'ordre de l'armée.
24 octobre: participe à la reconquete de Douaumont avec son nouveau chef: le Lt-colonel Richaud. Il reçoit sa 2eme citation à l'ordre de l'armée.
Toujours à Verdun il enleve Louvemont et la ferme des Chambrettes ce qui lui vaut sa 3eme citation à l'ordre de l'armée.
Il quitte ensuite le champ de bataille où il a perdu les 2/3 de son effectif. Il est reduit à un maigre bataillon.

1917



Participe à l'offensive Nivelle au chemin des Dames le 16 avril 1917. Il y gagne sa 4eme citation et la fourragere aux couleurs de la medaille militaire en combattant pres de la ferme d'Hurtebise et du momument du même nom.
25 octobre: toujours au chemin des Dames, il gagne sa 5ème citation pour la prise du fort de la Malmaison.

1918



27-31 mars: stoppe l'offensive Allemande à Orvillers-Sorel. Il y gagne sa 6eme citation et la fourragere de la legion d'honneur.
30 mai-12 juillet: sur l'Oise à Percy-Tigny et au mont de Choisy . Il y gagne une 7ème citation.
20 aout: engagé pour la bataille de l'Oise il se distingue au cours des sanglants combats à Ourscamp, Pont-L'Eveque, Morlincourt, Baboeuf où il subit de lourdes pertes.
11 novembre: dans les Vosges, à Epinal il apprend l'armistice et entre triomphant à Strasbourg avec la 38ème DI qu'il n'aura jamais quitté !*

Dans sa citation de novembre 1916 est cité le temoignage d'un officier superieur Allemand fait prisonnier:" vos hommes sont les plus beaux soldats que j'ai vus de ma vie et c'est pour moi une consolation d'être vaincu par eux"

Pertes du régiment pendant la guerre: 9351 officiers et zouaves

Organisations pendant le conflit:
Octobre 1914:
La 76ème brigade perd le régiment de marche du 4ème tirailleurs qui passe à la division marocaine.
novembre 1914: réorganisation des régiments. Le régiment de marche du 4ème zouaves devient le 6ème régiment de marche de zouave.
En janvier 1915, ce 6ème régiment de marche de zouaves devient le 4ème régiment de marche de zouaves. De plus la division reçoit une brigade de fusiliers-marins (1er et 2è régiments ) en plus de la 76ème brigade (1er et 4ème rmz+rm du 8ème tirailleurs ).
En novembre 1915 la brigade de fusiliers marins est dissoute et la 38ème DI reçoit en remplacement la 4ème brigade marocaine venue de la 152ème DI.
janvier 1916:
76ème brigade: 4ème rmz+8ème rmt
4ème brigade marocaine:4ème rmzt (régiment mixte de zouaves et de tirailleurs )+RICM ( régiment d'infanterie coloniale du Maroc)
Juin 1916: le 11eme bataillon est dissous
En juillet 1918, la 38ème division:
-4eme rmzt
-4ème rmz
-8ème rmt

_________________
Je recherche une vareuse française modele 1915 troupe

site à voir http://histoiremilitaria2.discutforum.com/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://lagrandeguerre.cultureforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: France : 4e zouaves   

Revenir en haut Aller en bas
 
France : 4e zouaves
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» salut a tous
» quelques insignes et brevets
» Madeleine Martin et ses zouaves, d'un mot et d'une rose.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Histoire :: Parcours de régiments-
Sauter vers: