AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 France : 106e RI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3344
Localisation : nord-pas-de-calais
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: France : 106e RI   Mar 13 Juin 2017 - 16:22

1914 caserné a chalon sur marne 24 Bde Inf 2 Div 6 Corps
1914 Charleroi,longwy 22 au 28 aout vilosne 31 aout
bataille de la woevre et haute meuse moully 21 et 22 Sept St mihiel 26 au 28 sept

1915 Meuse les Eparges fev mars,,,les eparges 4 au 10 avril bataille de Champagne
1916 la Somme
1917 offensive de l aisne chemin des dames soupir 16 avr la bouette ostel
1918 Montdidier 26 au 30 mars Echelle St aurin Camp de césar,St Mard Roye ferme launoy 8 au 31 aout Aisne Mont d origny


Extraits de l’Historique du 106 ème Régiment d’Infanterie
Campagne 1914-1918




Ce texte, relatant la participation du 106 ème R.I. à la Grande Guerre, est extrait d’une brochure consacrée à l’histoire de ce régiment, de ses origines à 1930. Non datée, sans mention d’imprimeur ni d’éditeur, la brochure porte le cachet du 1 er bataillon du 106 ème Régiment d’Infanterie. L’auteur de cet historique est le lieutenant Bonnet (2 ème Compagnie). Il signa le texte en 1934.

Les extraits choisis concernent la période qui s’étend de février à avril 1915, lorsque le 106 e RI se trouvait aux Éparges, sur la côte Meuse, au Sud-est de verdun. L’intérêt principal de ce texte est qu’il peut être mis en relation avec l’ouvrage de Maurice Genevoix (Ceux de 14, Point Seuil) qui est un formidable témoignage sur la Grande Guerre. Genevoix, sous-lieutenant au 106 e RI prit directement part aux engagements des Eparges, où il fut lui-même blessé en avril. Ceux de 14 étant rédigé comme un journal quotidien, il est très facile d’y retrouver les passages qui correspondent aux événements décrits ici. Cela permet de confronter le récit a posteriori tout emplis d’une volonté de célébration et l’impression immédiate du témoin. On sait en effet que le livre de Genevoix est directement issu des carnets qu’il tenait scrupuleusement et que les deux textes différent très peu dans leur contenu.

Les Éparges
Nom à jamais mémorable dans les annales du 106 ème ; nom terrible par les deuils et les souffrances qu'il représente, nom glorieux aussi par les héroïsmes dont il évoque le souvenir. Pendant 4 mois, Officiers et soldats, sans connaître une seule défaillance, rivalisèrent d'ardeur et d'endurance. Ni les bombardements incessants sur nos tranchées, ni les fatigues des travaux continus, ni les rigueurs du froid qui raidissait les membres, ni la pluie transperçant les vêtements et inondant les boyaux, ni même la boue gluante, rien ne put entamer l'énergie et le moral admirable des soldats du 106 ème qui, dans les combats de Février et d'avril 1915, allaient donner toute la mesure de leur valeur.

Première attaque des Éparges : 17 – 22 Février 1915
Le 17 Février, le 106 doit attaquer la crête des Éparges au S.-E. du village, après préparation d'artillerie, et en profitant de l'explosion de fourneaux de mines qui ont été préparés par le Génie.

L'attaque sera faite par le 2 ème Bataillon soutenu par le 3 ème tandis que le 1 er Bataillon reste en réserve à la garde de nos positions.

A 14 heures, les mines explosent, creusant d'énormes entonnoirs. Nos Compagnies d'assaut s'élancent sur la crête avec un entrain endiablé et s'emparent des premières tranchées ennemies, faisant une vingtaine de prisonniers. Mais là, elles sont arrêtées par les obus et les rafales de mitrailleuses. La nuit, assez calme, nous permet d'organiser la position conquise.

Mais le 18, dès le matin, nos unités avancées sont prises sous une pluie d'obus de gros calibre qui les harcèle pendant plus de 3 heures. Fortement éprouvées, ayant perdu presque tous leurs officiers et plus du tiers de leurs effectifs, elles ne peuvent supporter le choc de la contre attaque allemande qui se déclenche à 8 heures et doivent se replier sur nos positions de départ.

Le jour même, à 15 heures, l'attaque est renouvelée par les 2 compagnies les moins éprouvées du 2 ème Bataillon soutenues par le 3 ème Bataillon et une compagnie du 132 ème. Les tranchées boches sont reprises et cette fois, nous devions les garder définitivement. En vain, les obus criblent le terrain jour et nuit, en vain, l'ennemi lance de furieux assauts, 4 dans la journée du 19, un cinquième le 20, un sixième enfin le 21. Mais nos soldats se maintiennent stoïquement sur la position. Le 22, les 2 ème et 3 ème Bataillons, qui ont beaucoup souffert, vont prendre à Rebrupt un repos bien gagné. Ce succès a été chèrement acheté : 300 tués, dont 8 Officiers. 300 disparus et plus de 1000 blessés.

Deuxième attaque des Éparges : 6 – 16 Avril 1915
Le 5 Avril, le 106 reçoit l'ordre de participer le lendemain à une attaque générale du VI ème C.A. ayant pour objet de chasser les Allemands des Haut-de-Meuse. La 24 ème Brigade, encadrée, doit attaquer la hauteur des Éparges par régiments accolés. Le 106 ème à droite.

Au régiment, c'est le 1 er Bataillon, sous les ordres du Commandant Bestagne, qui a l'honneur de mener l'attaque.

Les mouvements de mise en place s'exécutent péniblement car, depuis le matin, une pluie continue a détrempé le sol et les boyaux et tranchées ne sont plus que ruisseaux de boue liquide dans laquelle on s'enfonce jusqu'aux genoux.

A 16 heures, fin de la préparation d'artillerie, toute la ligne d'attaque débouche avec le plus bel élan. Nos 2 compagnies de tête atteignent leurs objectifs, mais sont arrêtées par un barrage intense d'artillerie de gros calibre. Le 6 au matin, les Allemands lancent une violente contre attaque. Surpris par la violence du choc, submergés par le nombre et paralysés dans leur défense, car les fusils et mitrailleuses encrassés par la boue ne fonctionnent plus, les hommes du 1 er Bataillon doivent lâcher le terrain conquis.

Une nouvelle attaque lancée vers 16 heures après préparation d'artillerie nous le rend bientôt avec une quinzaine de prisonniers (le lieutenant-colonel Barjonet qui commande le régiment a été blessé à la jambe mais refuse de se laisser évacuer et conserve son commandement).

L'ennemi n'encaissa pas ce nouvel échec sans protester par des violents bombardements et des attaques rageuses pour nous arracher notre gain. Celles-ci, lancées dans la journée du 7 et dans la nuit du 10, furent repoussées et après quelques fluctuations amenées par un repli momentané de quelques éléments, toutes les positions conquises furent maintenues.

Le drame des Éparges était terminé. La belle conduite du 106 fut consacrée par les ordres du jour suivants :

ORDRE N° 137 DE LA Ière ARMÉE DU 7 MARS 1915

« Est cité à la I ère Armée, le 106 ème Régiment d'infanterie.

A enlevé brillamment la pointe ouest d'une crête transformée par l'ennemi en véritable forteresse. Ayant dû l'évacuer à la suite d'un bombardement d'artillerie lourde des plus violents et ininterrompu pendant 19 heures, s'en est emparé de nouveau par une vigoureuse contre-attaque à la baïonnette, résistant ensuite victorieusement à une série de contre-attaques ennemies.

Signé : Général Roques».

ORDRE DU CORPS D'ARMÉE N° 60
« Le 27 Février, dans une opération brillante, la 24 ème Brigade a enlevé de haute lutte une partie importante de la position des Éparges. L'ennemi avait accumulé sur cette hauteur escarpée, des travaux considérables.

Depuis 4 mois, avec une science avisée, le Capitaine du Génie Gunther dirigeait par la sape et par la mine les travaux de siège régulier qui devaient ouvrir la voie à notre infanterie.

Le jour de l'attaque, après une quadruple explosion de nos fourneaux de mines et une remarquable préparation par l'artillerie, le brave 106 ème Régiment d'infanterie, dans un élan magnifique, escalada les pentes abruptes et couronna toute la partie ouest de la position.

Au même moment, le 132 ème R.I. aborda crânement la partie ouest des Éparges et s'y installa. Le 19 Février, l'attaque fut poursuivie sur tout le front.

Au cours de cette bataille de 4 jours, pendant lesquels l'ennemi nous disputa le terrain avec la dernière âpreté, nos troupes furent soumises à un bombardement formidable. Elles conservèrent néanmoins les positions conquises. Elles repoussèrent deux contre attaques furieuses, firent éprouver des pertes sévères à l'ennemi, lui enlevèrent 700 mètres de tranchées, lui prirent 2 mitrailleuses, 2 minenwerfer et firent 175 prisonniers.

Le 106 ème, le 132 ème, le 67 ème (Bataillon Haguenin), la compagnie du Génie qui prirent la tête dans la colonne d'assaut ont noblement soutenu le renom de la vaillance du 6 ème Corps d'Armée et montré une fois de plus quel succès naît de la fraternité des armes et de l'union des cœurs.

Le Général, commandant le 6 ème Corps d'Armée, adresse ses félicitations à ces braves troupes. Il salue pieusement la glorieuse mémoire de ceux qui sont morts pour le pays.

Il félicite les Colonels Barjonet, commandant le 106 ème R.I. et Bacquet, commandant le 132 ème R.I. qui ont magnifiquement conduit leurs régiments au feu.

Signé : Général Herr».

_________________
Je recherche une vareuse française modele 1915 troupe

site à voir http://histoiremilitaria2.discutforum.com/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://lagrandeguerre.cultureforum.net
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3344
Localisation : nord-pas-de-calais
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: e   Mar 13 Juin 2017 - 16:22

Ce fameux 106° RI est connu pour avoir eu sous son drapeau de grands écrivains tels que Fribourg, Lemercier et celui qui nous intéresse ici : Maurice Genevoix.


Il était lieutenant à la 7° compagnie du 106°, il a bien connu ces jours difficiles aux Eparges avec son régiment frère ( le 132° RI). Il a écrit ses souvenirs dans 4 livres : sous Verdun, nuit de guerre, la boue, les Eparges.

Ils ont été condensés en un seul livre : « Ceux de 14 » que je vous recommande.




C’est le dernier livre (les Eparges) qui nous intéresse à la date du 18 mars 1915, il écrit:



« Longtemps nous avons erré, cherchant une issue, pour chasser par le même malaise, la même

déprimante sensation d'être épiés de trop près, suivis entre les branches par des canons des fusils prêts à tuer.

Nous avons fait un très long détour, presque jusqu'au seuil de la plaine, et nous sommes revenus par la lisière nord du bois. Dans un pli de terrain, au soleil, un bataillon du 132 attendait massé, sacs à terre et fusils sur les sacs: le bataillon d'assaut. Nous l'avons traversé, d'un homme à l'autre ; les hommes nous ont semblé innombrables. C'est l'après-midi qu'ils ont attaqué. Nous ne les avons pas vus, entassés que nous étions dans les guitounes aux toits de branches, blottis contre le talus pendant l'énorme bombardement. Toute la colline tressautait de secousses profondes; le Montgirmont, en face de nous, vomissait des fumées boueuses; et de grosses mar­mites s'écrasaient sur les Hures, arrachant des sapins entiers qui tournoyaient avant de s'abattre.


Surtout nous entendions, à chaque seconde, des vols d'obus passer par-dessus nous, aigres, coupants, mauvais; ils frappaient dans le fond du ravin, si raide que les éclats revenaient siffler jusqu'à nous: ce n'étaient pas de gros obus, mais nous sentions en eux une telle force meurtrière que nous baissions la tête chaque fois que leur vol tranchait l'air.

- Des 88 autrichiens, disait le capitaine Frick. »



2 Entonnoirs de mines

3 Point C - Monument du coq

4 Ancien boyau et abri bétonné

5 Point de vue sur Combres, coté allemand

6 Monument du Génie

7 Cimetière du Trottoir   8 Abri du Kronprinz 9 Monument du 106è RI


Monument au 106e R.I.
En suivant la route qui mène au sommet, on rencontre un premier monument qui se détache sur les arbres, en haut d'un escalier. Cette oeuvre du sculpteur Maxime Real Del Sarte est élevée à la gloire des "Revenants du 106e R.I.". Elle se présente comme une pyramide informelle dominée par une tête humaine. Des mains décharnées, ces crânes, des croix, évoquent les souffrances de tous ceux qui ont connu les combats de cette butte sanglante. Sur le devant, un bas-relief de bronze montre une femme casquée qui soutient un soldat dans une pose qui rappelle les "pieta" anciennes.




mannequin du 106e RI (collec. coste)


_________________
Je recherche une vareuse française modele 1915 troupe

site à voir http://histoiremilitaria2.discutforum.com/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://lagrandeguerre.cultureforum.net
 
France : 106e RI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Histoire :: Parcours de régiments-
Sauter vers: