AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"

Aller en bas 
AuteurMessage
Rheinbaben

avatar

Nombre de messages : 3476
Age : 54
Localisation : Links Nordsee, rechts Ostsee...
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Ven 28 Sep 2018 - 15:02

Bonjour,

Voici le début du récit d´une nouvelle enquête menée à partir d´une relique de casque nominatif rentrée récemment, dont l´observation acribique de ses particularités m´a permis une étude d´une profondeur et d´une émotion que je n´avais pas encore réussi à atteindre auparavant, émotion certainement liée avec le secteur des combats qui m´est familier et que j´affectionne plus particulièrement depuis plus de 30 ans.

Non, cette relique n´est pas un casque d´une unité prestigieuse. Non,  elle ne brille pas par son état "mint" de conservation, ses marquages et inscriptions ne sont pas des mètres-étalon de clareté. Bien plus, elle est l´archétype des centaines de milliers de casques prussiens classiques ayant été portés par autant de simples soldats dont le destin et le souvenir de beaucoup d´entre eux ont disparu pour toujours.

Plusieurs sources m´ont aidé à cerner précisément les circonstances du destin du porteur. Soient nommées ici entre autres: l´historique du RJR91, celui du JR67, les "Reichsarchiven" traitant de la bataille en Argonne, le JMO du 161 RI et du 150 RI de Saint Mihiel, leurs historiques respectifs, bien sûr aussi les Verlustlisten et diverses autres sources glanées ici et là sur le web.

Cernons tout d´abord le contexte historique et géographique avant de grossir le verre de la loupe pour nous attarder sur les combats, le casque en question, les circonstances de sa perte qui en fit un trophée de guerre parmi tant d´autres...

Nous sommes la soirée du 7 mars 1915, dans le fond d´un ravin humide, surplombé à contre versant par l´ouvrage francais fortifié de Bagatelle, en plein milieu de la forêt d´Argonne, dans les positions allemandes de première ligne tournées ver le Sud et tenues depuis le 5 février par le IIIème bataillon du Reserve-Infanterie-Regiment 91 levé à la mobilisation à Göttingen et Hameln. Cette unité avait alors relevé le III/JR67 (envoyé du côté de Sedan) et était essentiellement composée de rustres paysans hanovriens et oldenburgeois qui une fois un bout de terrain conquis, ne le lâchait plus. Entre temps, de nombreuses recrues d´Ersatz de tous les coins de l´Empire avaient comblé les trous causés par les pertes du début de guerre.

Depuis le début de l´année, des averses incessantes entrecoupées de brèves période de gel et de chute de neige, ont transformé les positions allemandes et francaises situées en plein milieu du Bois de la Gruerie (dénommé "Bois de la Tuerie" par les Francais) en un labyrinthe de boue. La Forêt d´Argonne a perdu sa végétation dense et impénétrable depuis déjà quelques mois et  ce qui reste des majestueux chênes et hêtres centenaires lance ses troncs déchiquetés vers la grisaille du ciel argonnais.
Une photo prise en octobre 1915 dans le Bois de la Gruerie:



Le terrain laborieusement conquis par les troupes allemandes du XVI Armee Korps depuis septembre 1914 s´est figé dans une impitoyable guerre de position, la topographie profondément ravinée favorisant les coups de mains locaux et des corps à corps terriblement sauvages. Chaque hauteur, chaque colline a été fortifiée par les Francais et transformée en un véritable bastion, protégé par de nombreux réseaux de fil de fer barbelé et de multiples boyaux à flanc de ravin. Les Allemands, désireux de chasser les Francais de toutes ces hauteurs surplombant leurs propres lignes, ont décidé de rejeter l´ennemi vers la Vallée de La Biesme et commencent une approche extrêmement laborieuse des positions francaises en creusant de multiples sapes qui s´étendent comme des tentacules venimeuses vers les positions tenues par les Francais. Toute attaque massive en terrain découvert serait vouée à un échec causant la mort rapide de plusieurs centaines d´hommes en l´espace de quelques minutes.

Un véritable travail de Sisyphe fouillant les entrailles de la terre, devient le quotidien des soldats. En moyenne on avance d´un mètre par jour... Nombreuses sont les compagnies de pionniers qui apportent leur aide précieuse lors de ce travail de sape. Les uniformes, souvent encore déchirés par les ronces des sous bois des combats d´automne 1914, sont maintenant recouverts d´une croûte de boue. Le soldat devient une taupe traquée, la mort pouvant venir du ciel, des profondeurs de la terre (explosion de mine) ou du bout de la tranchée adverse se situant à seulement à un jet de pierre. On entend quotidiennement l´ennemi, on le sent, on l´entend prendre son café, sa soupe du soir, on l´entend siffloter et plaisanter, jurer et insulter....

Des deux côtés, l´artillerie mais surtout les projectiles de mortiers de tranchées (crapouillot, "Flügelminen") martèlent de manière permanente les boyaux ennemis, ne causant certes pas de pertes énormes mais obligeant les soldats à sans cesse réparer les boyaux et les abris. Les positions ne sont souvent éloignées que de quelques mètres.
Une même tranchée, le même boyau peut-être occupé d´un côté par les Francais, de l´autre côté par les Allemands, avec comme séparation un simple barrage de sacs de sable. Hormis les toutes premières grenades à main encore rudimentaires (pétard raquettes), on se jette à la tête par dessus les sacs de sable toute sorte de détritus: boîtes de singe et bouteilles vides, débris de ferraille, des pierres souvent enroulées dans un morceau de papier avec des messages haineux, comme par exemple celui-ci lancé par les Francais: "Vous ne viendrez pas baiser nos femmes à Paris, bande de sauvages. Guillaume est une vache, un assassin et un bandit".

Ce secteur de première ligne tenu par le III/RJR91 est sectionné en deux segments, chacun de ces segments faisant environ une centaine de mètres de long. Le segment de gauche est tenu par la 10ème et la 12ème compagnie (ligne a-B) qui se relèvent mutuellement après des périodes variant entre 3 et 9 jours. Il en va de même pour le secteur de droite tenu par la 9ème et la 11ème compagnie (ligne B-b). Ces premières lignes sont devancées par 6 sapes d´une soixantaine de mètres de profondeur, numérotées de 1 à 6, de la droite vers la gauche.
Notre focus va se fixer sur le secteur de gauche, essentiellement la longueur de boyau d´une vingtaine de mètres (marquée en vert) située entre les sapes 4 et 5. Ce boyau marqué en vert était l´ancien "boyau Sarola" francais, âprement combattu au mois de février, qui changera encore une dizaine fois de mains jusqu´à l´attaque finale des Allemands le 30 juin 1915 et sera le théâtre de corps à corps d´une sauvagerie inouie.
Une carte issue de l´historique du RJR91 (vue vers le Sud):



La ligne bleue constitue la première tranchée francaise de Bagatelle épousant le relief de la pente au bas de l´ouvrage fortifié. Nous remarquerons que sa partie centrale en forme de petit arc en cercle, est marquée en noir. Il s´agit du segment de tranchée francaise enlevée par la 12/RJR91 lors d´une attaque locale, quelques jours auparavant, le 4 mars. Les Francais avaient perdu deux prisonniers et un nombre important de morts lors de plusieurs tentatives de contre attaque infructueuses. Les Allemands fortifièrent aussitôt ces quelques mètres de tranchée en les bloquant de part et d´autre par des remparts de sac de sables. De ce fait, les différentes compagnies des 150 et 161 RI de Saint Mihiel se relevant mutuellement dans cette tranchée francaise n´avaient plus de contact entre elles et demeuraient isolées l´une de l´autre.

Ci dessous le secteur nous intéressant sur un croquis francais (vue vers le Nord). Les tranchées et boyaux marqués en rouge sont d´une part l´arc en cercle de la première tranchée de Bagatelle conquis par la 12/RJR91 le 4.3.15 ainsi qu´entre les pointillés, la section d´une vingtaine de mètres du "boyau Sarola" marquée en vert sur le croquis allemand précédent, qui se trouve exactement entre les sapes 4 et 5, ici dénommées A et C.



Ce minuscule secteur a été dénommé par les Allemands "Hexenkessel", soit "le chaudron infernal". Les chemins allemands servant de montée dans ce secteur précis se dénommaient "chemin des suicidés" et "chemin du bourreau".

La suite du récit se concentrera sur les événements du 7 mars dans ce micro-secteur du front. Ils n´auront aucune importance d´ordre majeur dans la poursuite de la guerre mais ils scelleront le destin d´une trentaine de soldats allemands. Dix d´entre eux, dont Kurt FRITZSCHE, 10/RJR91, un saxon originaire de Dahlen (Oschatz, près de Leipzig) resteront dans cette terre argonnaise pour toujours. Une journée ne se distinguant pas des 1500 autres de la Grande Guerre. Un destin étant représentatif de millions d´autres pendant ces 4 années infernales.....



Toute participation sous forme de documentation photographique ou cartologique d´hier ou d´aujourd´hui dans les collections privées de nos membres sera particulièrement la bienvenue et même souhaitée, les combats en forêt d´Argonne étant pour moi un sujet me tenant à coeur.

Rheinbaben
/biere/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dekokopf.de
festwagner

avatar

Nombre de messages : 1168
Date d'inscription : 07/01/2010

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Ven 28 Sep 2018 - 17:17

On sent que ce casque a touché au but ta passion pour l'Argonne et ses combats quand on voit le niveau de détail que tu vas nous offrir.
Arriver à localiser aussi précisément le lieu des combats d'un casque et de son porteur, chapeau !

Comme quoi, car comme tu le précises ici ce casque n'avait pas forcément au prime abord le plus bel abord, il suffit des fois de pas grand chose entre un casque qui révèle une histoire remarquable et un autre qui finit à la découpe...
Revenir en haut Aller en bas
Rheinbaben

avatar

Nombre de messages : 3476
Age : 54
Localisation : Links Nordsee, rechts Ostsee...
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Ven 28 Sep 2018 - 19:53

Re,

Voici un extrait de l´historique du RJR91, se basant sur le carnet de combat de la 10ème Compagnie:



"7 mars: Dans la soirée vers 17 heures 30, les Francais recommencent une attaque dans le secteur de la sape 5, appuyés par l´artillerie et les mortiers de tranchée.
La grande partie des défenseurs de cette sape furent tués ou blessés grièvement et nous durent abandonner à l´ennemi un bout de tranchée d´environ 20 mètres de long. Leutnant HEBESTREIT fut blessé par un éclat (blessure à la tête).
L´Offizierstellvertreter KÄSTNER et le Vizefeldwebel HEINING furent blessé grièvement lors des combats, tout comme l´Offizierstellvertreter GRAßHOFF. Lorsque l´obscurité tomba, l´Unteroffizier KNIEP essaya avec un pionnier de re-établir la liaison entre les sapes 4 et 5; il fut tué. Les pertes de cette journée se montent à 5 morts, 20 blessés et 3 disparus"


"9 mars: à 11 heures 30 du matin, un groupe d´assaut reprend donc le boyau perdu. Butin: 4 prisonniers, beaucoup de matériel d´aménagement de tranchées (pelles, pioches et sacs à sable), plus de 30 fusils et carabines, havresacs etc. Lors de l´assaut en lui même, aucune perte. Après: 2 morts et 6 blessés"

Les informations des carnets de la 12/RJR91, relevée par la 10/RJR91 le 5 mars et ayant déjà conquis ce secteur le 4 mars complètent à merveille la narration de la 10ème Cie:



"Le 4 mars, un segment supplémentaire de la tranchée tranchée francaise est conquis (la portion en arc en cercle de la tranchée de Bagatelle). L´ennemi perd deux prisonniers et un certain nombre de morts. Plusieurs contre-attaques infructueuses occasionnant beaucoup de pertes pour lui sont effectuées par l´ennemi.
Du 5 au 10 mars: période de repos dans les baraquement forestiers.
La nuit du 7 au 8 mars, une section de la 12ème Cie fut alarmée et envoyée dans les lignes de la 10ème Cie ayant été la proie d´un violent bombardement, subi de sévéres pertes et reperdu le terrain conquis par la 12ème Cie le 4 mars.
Le 9 mars, la tranchée francaise fut de nouveau arrachée aux Francais et 3 prisonniers furent faits (la 10ème Cie mentionne pour elle 4 prisonniers).
Comme tous les chefs de section de la 10ème Cie furent mis hors de combat, deux Offizierstellvertreter de la 12ème Cie furent mutés à la 10ème"


Les informations dans le JMO du 161 RI sont parfaitement cohérentes pour ces 3 journées du 7 au 9 mars. Le bout de tranchée de Bagatelle occupé par les Allemands ainsi que le boyau Sarola sont repris par la 6 et la 8/161 RI mais reperdus lors de la contre attaque de la 10/RJR91 du 9 mars:




Le 10 mars, l´historique précise que la 10/RJR91 sera relevée par la 12/RJR91. Les morts sont emmenés sur l´arrière et enterrés au cimetière forestier du JR67, dont le Leutnant HEBESTREIT, chef de la 10/RJR91. La 10/RJR91 ne reviendra plus dans ce secteur. Avec les trois autres compagnies du III/RJR91 qui seront relevées le 15.3.15 par le II/JR67, la 10/RJR91 restera deux semaines en repos en arrière des lignes dans des baraquement forestiers. En avril, le III/RJR91 sera envoyé sur la butte de Vauquois.

Par ailleurs, pour ces combats du 7 mars 1915, les Verlustlisten (listes de pertes) mentionnent bien en tête de compagnie les pertes des grades les plus élevés de la 10/RJR91. On y retrouve les noms mentionnés dans les carnets de guerre de la 10/RJR91, à savoir le Leutnant chef de compagnie Gerhard HEBESTREIT, les Offizierstellvertreter Fritz KAESTNER(décédé des suites de ses blessures le 18.3.15) et Ferdinand GRAßHOFF, le Vizefeldwebel Erich HEINING et l´Unteroffizier Ferdinand KNIEP.



La page suivante de la même publication concernant les pertes de la 10/RJR91 nous montre trois noms de soldats soit-disant faits prisonniers, les trois soldats ayant été d´abord mentionnés comme disparus par le carnet de guerre de la 10/RJR91: TIMMERMANN, WAPPAUS et GRIEPENKERL, et trois noms en dessous, le Wehrmann Kurt FRITZSCHE, porteur de la relique faisant l´objet de ce post, décédé le 18.3.15 des suites de sa blessure, tout comme l´Offizierstellvertreter Fritz KAESTNER:



Seul GRIEPENKERL sera mentionné dans une publication tardive comme étant mort en captivité de la suite des ses blessures. TIMMERMANN et WAPPAUS resteront pour toujours portés disparus. Leurs corps furent vraisemblablement évacués sur l´arrière et enterrés anonymement par les Francais entre la nuit du 7 mars lorsqu´ils s´installèrent dans les boyaux conquis et la matinée du 9 mars lorsqu´ils en furent rechassés par la contre attaque de la 10/RJR91. Il en fut de même pour l´équipement perdu par les Allemands dans ce minuscule secteur de 20 mètres de boyaux restés en possession des Francais pour seulement une quarantaine d´heures (deux nuits, une journée et une matinée). Le casque de FRITZSCHE fut parmi ces pièces perdues à l´ennemi.

Lors de cette attaque francaise du 7 mars en cours de soirée, les Allemands firent tout leur possible, malgré l´étroitesse des boyaux, le bombardement, l´attaque surprise et l´obscurité pour ne laisser aucun blessé ni aucun corps de leurs morts aux mains des Francais, hormis les 3 soldats portés disparus qui se trouvaient vraisemblablement aux avant-postes ou furent ensevelis dans un abris. La retraite sembla assez ordonnée. Les blessés furent évacués sur l´arrière et les morts enterrés au cimetière forestier du JR67 dès que la compagnie fut relevée.

Venons en maintenant à l´objet. Il est complet, tous les éléments ayant toujours été laissés (heureusement) en place, les garnitures ayant acquis avec le temps une forte patine couleur caramel et la jugulaire étant encore en position de combat sur la tête de Kurt FRITZSCHE lorsqu´il fut mortellement blessé dans le "chaudron infernal".







L´arrière extérieur du casque présente les stigmates de cette blessure mortelle, causée par un projectile ayant pénétré à un angle de 90 degrés à l´endroit de jonction bombe / jonc arrière. Ce dernier n´apporta aucune protection. Il aurait peut-être dévié le projectile de sa course si ce dernier avait percuté le jonc quelques millimètres plus à gauche:





Une vue de l´intérieur permet de constater que le projectile n´est pas ressorti et est resté dans le crâne:



On peut apercevoir sur ce cliché le seul marquage visible à l´oeil nu sur la nuquière: BA.X. et en dessous la date 19?? dans un cartouche (vraisemblablement 1912)



Le projectile a entraîné une partie du jonc dans la bombe, les auréoles foncées au dessus du trou inférieur d´aération de la bombe ne laissent aucun doute possible... Ni la substance noirâtre qui recouvre une grande partie de la nuquière, recouvrant le marquage régimentaire et le nom du malheureux porteur, les rendant à priori invisibles...Cet endroit dissémine encore une forte odeur organique assez insupportable, encore  accrue lors d´une légère humidification pour faire apparaître marquages et noms.



Il ne fait aucun doute non plus que le projectile a été une balle de Lebel. En disposant d´un certain nombre ramassé en Argonne, j´ai pu constater qu´un tel projectile passe exactement dans l´impact et se loge dans la déformation du jonc arrière en forme de gouttière, comme si le jonc avait été moulé autour du projectile:







En humidifiant légèrement le côté gauche de la nuquière, le marquage régimentaire typique du R.J.R.91 avec le bas du "9" assez serré ressort clairement pour quelques secondes (bien cohérent avec le marquage du BA.X.) tout comme le nom FRITZSCHE, dont le début du nom est également apposé sur l´autre côté de la nuquière, mais pratiquement invisible, même humidifié:



À l´intérieur du casque, on trouve également un marquage du fabricant "Alexander Dahl" de Barmen, mieux visible à l´oeil nu:



Et une date de fabrication en avant de la Teller, étant clairement 1912 (bien que l´on puisse lire 1913 sur la photo). Un détail qui démontre une fois de plus que certaines unités de réserve ou de Landwehr de BA "riches" n´étaient pas forcément toujours équipé avec des vieilles garnitures datant d´une dizaine d´années ou bien plus encore.



Le malheureux FRITZSCHE a donc été mortellement blessé à la tête par un projectile de fusil Lebel qui fracassa l´os occipital, endommageant peut-être le cervelet et qui termina sa course dans la région située derrière le condyle et le conduit auditif gauche. Les quelques hommes de la 10/RJR91 en position avancée dans le secteur du boyau Sarola et du segment de la tranchée de Bagatelle furent contraint à se retrancher brusquement vers leurs lignes de départ sous la pression francaise dans les boyaux étroits. Il paraît logique que le projectile ait percuté l´arrière de la tête de FRITZSCHE pendant ce mouvement de retraite.
Le casque a pu basculer de sa tête lors de l´impact et tomber dans le fond de la tranchée. Ou celà s´est déroulé lors de sa chute à terre, immédiatement après sa blessure. Une autre hypothèse, après avoir constaté que les hommes de cette 10ème Cie ont apparemment tout entrepris pour ramener morts et blessés en arrière: un de ses camarades lui a rapidement fait tomber le casque de la tête pour voir la nature de la blessure...Bref, ce casque est resté dans les boyaux de toute première ligne et a été un trophée ramassé vraisemblablement par un soldat de la 6ème ou de la 8ème Cie du 161 RI de Saint Mihiel.

Kurt FRITZSCHE a survécu 11 jours à sa blessure avec une balle dans le crâne. Il n´a vraisemblablement pas été opéré, une telle intervention chirurgicale n´ayant vraisemblablement pas encore été tentée à l´époque. La publication des VL ne le mentionne pas comme décédé dans un Lazarett, il n´était vraisemblablement plus transportable et a du mourir dans un poste d´infirmerie, peut être le poste de secours situé au Moulin de l´Homme Mort (Mühle zum toten Mann), près de Binarville, comme indiqué sur cette carte ci-dessous issue de l´historique du RJR91.



Le III/RJR91 étant encore resté en cantonnement juste derrière les lignes jusqu´à la fin mars 1915, il est probable que ses camarades l´aient enterré dans le cimetière forestier du JR67, avec l´Offizierstellvertreter KAESTNER décédé le même jour des suites de ses blessures. L´ancien endroit du cimetière est également mentionné sur la carte de l´historique ci-dessus.

Pour terminer, une photo empruntée à un post de "Killer2lamor", qui je l´espère, ne m´en voudra pas. Il s´agit d´une photo d´époque du cimetière forestier du JR67.



Les restes des corps enterrés dans ce cimetière ont vraisemblablement été dispersés ou rassemblés dans des fosses communes après la guerre. Chose certaine est qu´aucune sépulture de Kurt FRITZSCHE n´est connue. Seul son casque est parvenu jusqu´à nous pour entretenir son souvenir...

Rheinbaben
/biere/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dekokopf.de
Manu

avatar

Nombre de messages : 668
Localisation : Espagne
Date d'inscription : 11/11/2009

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Ven 28 Sep 2018 - 22:31

bravo2/ bravo2/ bravo2/ bravo2/ bravo2/ bravo2/ bravo2/ bravo2/ bravo2/ bravo2/

superbe histoire, merci de la partager, c´est incroyable.... /tresbien/
/biere/ /biere/ /biere/ /biere/ /biere/
Revenir en haut Aller en bas
LeXav

avatar

Nombre de messages : 9467
Localisation : France
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Ven 28 Sep 2018 - 22:33

Bonsoir

Encore du super boulot (pléonasme) de Philippe bravo2/ total respect....
Juste un bémol
une balle de lebel fait 8 mm et une balle de mauser 7,92 mm (8/100è d'écart)
Selon moi, impossible sur un casque en cuir de "déterminer" un calibre
L'impact venait de derrière, un tir "ami" n'est pas à exclure
Juste une remarque qui ne mt en rien en cause la qualité de boulot Kolossal !!!! effectué
Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1079
Age : 51
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Sam 29 Sep 2018 - 10:15

bonjour,
un petit mot pour vous féliciter de ce travail de recherche effectivement acribique, dont le résultat aboutit toujours à une conclusion passionnante.
très cordialement

laurent
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
le Graf

avatar

Nombre de messages : 5427
Age : 57
Localisation : sur HM et pour longtemps
Date d'inscription : 12/07/2006

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Sam 29 Sep 2018 - 10:45

Bonjour Philipe,

comme toujours, magnifique récit. bravo2/


Eric
Revenir en haut Aller en bas
http://firstwartechnik.free.fr/
Rheinbaben

avatar

Nombre de messages : 3476
Age : 54
Localisation : Links Nordsee, rechts Ostsee...
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Sam 29 Sep 2018 - 10:47

LeXav a écrit:

une balle de lebel fait 8 mm et une balle de mauser 7,92 mm (8/100è d'écart)
Selon moi, impossible sur un casque en cuir de "déterminer" un calibre
L'impact venait de derrière, un tir "ami" n'est pas à exclure

Bonjour,

Merci aux intervenants pour leur intérêt concernant cette recherche!

Oui Xavier, on ne peut exclure cette autre solution qui serait presque encore plus tragique...Une telle situation chaotique dans l´étroitesse des boyaux, l´obscurité tombant, la distinction entre ami et ennemi devenant extrêmement difficile. Il peut également s´agir d´un projectile en fin de course ou d´un "ricochet" malheureux, car le projectile n´avait plus la puissance de ressortir après l´impact. Ce que l´on peut définitivement exclure, c´est une blessure causée par un éclat ou une bille de shrapnell.
Il peut aussi s´agir d´une balle de mitrailleuse francaise, je ne connais pas le calibre, mais je pense qu´il pouvait également s´agir de projectile du type Lebel. Les positions des Francais surplombant celles des Allemands dans ce secteur, il est fort possible que ces boyaux furent balayés par des nids de mitrailleuses implantés quelques centaines de mètres plus haut, au coeur même de l´ouvrage de Bagatelle.

Rheinbaben
/biere/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dekokopf.de
eparges1915



Nombre de messages : 276
Localisation : région Chamalo
Date d'inscription : 08/01/2018

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Sam 29 Sep 2018 - 11:52

Bonjour,

toujours aussi passionnant : merci beaucoup pour ce partage ! bravo2/ bravo2/ bravo2/
Et encore un casque de la réserve sans la croix de Landwehr...
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
LeXav

avatar

Nombre de messages : 9467
Localisation : France
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Sam 29 Sep 2018 - 13:04

Rheinbaben a écrit:
Ce que l´on peut définitivement exclure, c´est une blessure causée par un éclat ou une bille de shrapnell.

Bonjour Philippe

Je partage cet avis .
Quant au calibre des mitrailleuses française il est de 8 mm , c'est la même munition que le lebel.
Après en effet , difficile de savoir ce qui s'est passé, une balle en ricoché, un tir français sur le soldat dos tourné, tir ami direct, balle perdue ou ricochet.....
en tout cas hors ce point particulier, quasi impossible à élucider sans témoignage direct tu as une nouvelle fois fais une enquête convaincante et étayée ! study Chapeau ! A terme, si du temps tu avais, tu aurais sacrément matière à faire un ouvrage sur des histoires de soldat bravo2/
Revenir en haut Aller en bas
Rheinbaben

avatar

Nombre de messages : 3476
Age : 54
Localisation : Links Nordsee, rechts Ostsee...
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Sam 29 Sep 2018 - 13:29

LeXav a écrit:

A terme, si du temps tu avais, tu aurais sacrément matière à faire un ouvrage sur des histoires de soldat

J´y songe Xavier, mais le problème est comme tu le soulignes, le temps, étant encore salarié.....
Mais celà reste un projet définitif lors de ma retraite, je l´envisage sérieusement.

À peine cette enquête terminée, le prochain locataire nominatif vient d´arriver ce matin par la poste...Là aussi complet et intouché, clairement régimenté, jugulaire encore en position de combat, sans impact mais pourtant avec de sacrées traces noirâtres d´épanchement de liquide au même endroit dans l´arrière de la bombe et sous la basane totalement raccornie juste à cet endroit précis. Seul indice pour l´instant, la pointe a été torsionnée sur son axe vers l´avant du casque, ce qui me fait penser au souffle d´une explosion venant de derrière. Celà aurait-il pu causer une hémorragie? Mais ce sera une autre enquête en fonction du nom du porteur qui est malheureusement très répandu en Allemagne...Mais la compagnie est connue....

Rheinbaben
/biere/


Dernière édition par Rheinbaben le Sam 29 Sep 2018 - 14:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dekokopf.de
quarentroeunpourtro

avatar

Nombre de messages : 1874
Localisation : Mediolanum près Atrébatum
Date d'inscription : 20/11/2012

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Sam 29 Sep 2018 - 13:50

Bonjour Philippe.

Encore un morceau d'anthologie.
A quand le livre sur les histoires de Pickelhaube???

Bonne journée, ici elle est d'automne et magnifique.

Quaren'tro (JP).
Revenir en haut Aller en bas
Le Cris

avatar

Nombre de messages : 710
Age : 53
Localisation : 33
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Sam 29 Sep 2018 - 15:17

Passionnant study /tresbien/
Revenir en haut Aller en bas
http://criscamo@hotmail.fr
CLOVIS 57

avatar

Nombre de messages : 7822
Age : 63
Localisation : Reichsland
Date d'inscription : 24/09/2010

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Sam 29 Sep 2018 - 23:51

/tresbien/ bravo2/
Alors là, Rheiny, tu t'es surpassé. Un véritable roman... Beau travail d'investigations, qui a débouché sur un texte très bien écrit, et une "biographie" prenante... /super/
/biere/
Revenir en haut Aller en bas
badois110

avatar

Nombre de messages : 3652
Age : 48
Localisation : PROVENCE LIBRE
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Dim 30 Sep 2018 - 0:34

merci
pour le très beau travail /respect/
Revenir en haut Aller en bas
killer2lamor

avatar

Nombre de messages : 6680
Age : 41
Localisation : Argonne
Date d'inscription : 23/08/2006

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Dim 30 Sep 2018 - 18:49

bonjour, le week end arrivé, je prends le temps de lire cette superbe épopée retracée, bravo pour cette rentrée, le peu de coiffes que j'ai, d'unités venues en Argonne, ne sont malheureusement pas identifiées, un joli casque du IR98 dans le genre ma plairait bien!
a+ /biere/
Revenir en haut Aller en bas
PETIT DIABLOTIN



Nombre de messages : 125
Localisation : ISERE
Date d'inscription : 06/11/2016

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Dim 30 Sep 2018 - 20:08

Bonsoir Philippe,

Vous avez fait un travail que je qualifie sans aucunes hésitation de colossal et de splendide .
Perso,j'apprécie beaucoup et vous remercie sincèrement.

Cordialement,
Jean-luc
Revenir en haut Aller en bas
MIMIESPASDAQUI

avatar

Nombre de messages : 1271
Age : 65
Localisation : jamais très loin de sa maison
Date d'inscription : 03/08/2009

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Dim 30 Sep 2018 - 21:53

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Westfront

avatar

Nombre de messages : 24
Localisation : Holland
Date d'inscription : 18/09/2016

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Dim 30 Sep 2018 - 21:56

Superbe histoire /biere/
Revenir en haut Aller en bas
monfort1



Nombre de messages : 2091
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   Dim 30 Sep 2018 - 22:42

PETIT DIABLOTIN a écrit:
Bonsoir Philippe,

Vous avez fait un travail que je qualifie sans aucunes hésitation de colossal et de splendide .
Perso,j'apprécie beaucoup et vous remercie sincèrement.

Cordialement,
Jean-luc

Je plussoie

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"   

Revenir en haut Aller en bas
 
11 jours avec une balle dans le crâne au "Bois de la Tuerie"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Brésilien (Juacelo Nunes ) parcourt 100 km avec un couteau de 30 cm planté dans le crâne
» bebe ne dort qu avec le sein en bouche vecu?
» Stage avec Marc Meunier dans l'Indre
» Le guppy (poisson d'eau douce)
» [Malice & Caprice] Caprice ne veux pas aller à l'école!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Les coiffes-
Sauter vers: