AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 les jumelles militaires françaises

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Dim 17 Nov 2013 - 17:47

Bonjour,
bonjour deperdussin,

la jumelle n° 3 n'est pas du tout courante, c'est même la première que j'ai l'occasion d'observer, pour ne pas dire admirer.
J'ai terminé la numérisation du document en question et j'en mettrai, demain, des extraits en ligne et particulièrement ceux qui se rapportent à votre exemplaire.

voila quelques pages correspondant à votre jumelle si particulière :

celles concernant le micromètre et le niveau :





- les verres jaunes mobiles :



- la boussole (une des deux options proposées. Il me semble me souvenir qu'un membre du forum a mis en ligne, sur ce post, la photographie d'un étui "Huet" avec boussole de 40 mm) :



Ce document comporte aussi un bulletin de commande dont le texte pré-imprimé nous renseigne sur une chose : nous sommes, au minimum, en 1910:



et, enfin, une fiche intercalaire précisant la jumelle en dotation dans les sections de mitrailleuses :



Au final, un double bonheur : la découverte d'une jumelle dont j'ignorais, jusque là, l'existence et celle d'un précieux document qui, à mon sens, permet d'avancer un peu plus dans la connaissance de l'histoire de la Maison Huet et dans celle, compliquée, des jumelles militaires françaises !

La dernière page de ce catalogue vient rappeler que ce constructeur fabrique et vend, aussi, des jumelles de Galilée ou galileiques avec un modèle, lui aussi, peu courant, à tirage rapide, dont je possède deux exemplaires que je vous présenterai :



Bon après midi,

En attendant de trouver un moment pour les sortir de leur vitrine et en faire des photographies plus détaillées, voici quelques clichés rapidement réalisés :







Ces jumelles ne sont pas de la marque "Huet".

Toujours en fouillant sur le net, j'ai récolté encore quelques informations, et, notamment, la confirmation que le fabricant Lemaire et la Maison Baille-Lemaire sont la même entreprise :



publicité de 1920 !
Revenir en haut Aller en bas
deperdussin

avatar

Nombre de messages : 17
Age : 75
Localisation : yvelines
Date d'inscription : 22/10/2013

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Dim 17 Nov 2013 - 20:16

Bonsoir bothrops atrox,

Toutes mes félicitations pour avoir trouvé un tel document, je suppose que cela a demandé un certain temps, et un grand merci pour le partager.

Je rajoute quelques photos de détails.



L'intérieur du couvercle comporte un petit compartiment, pouvant accueillir un document papier, il est accessible en tirant la languette.


protection en cuir des optiques



protection montée


Un astucieux montage permet, grâce au prisme intégré , de voir dans l’oculaire la bulle du niveau situé au dessus.

A SUIVRE...


Dernière édition par deperdussin le Dim 17 Nov 2013 - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Dim 17 Nov 2013 - 20:40

Bonsoir deperdussin,

le protège oculaire en cuir est également décrit dans ce petit fascicule :



Bref, vous possédez là un bel ensemble, très complet, et, à mon avis, rare.

le retour à ce sujet passionnant que constitue l’histoire des jumelles françaises à usage militaire m'a permis de mettre mes idées en ordre en ce qui concerne les différents marquages que peuvent présenter ces équipements.

1°) Ceux apposés par le fabricant lui-même et, parfois, le revendeur :
 - Le nom et/ou la raison sociale du fabricant,
 - Mêmes éléments concernant le revendeur,
 - le numéro de série,
 - le grossissement,
 - parfois, le nombre de lentilles pour les jumelles de Galilée.

2°) Toujours apposées par le fabricant :
  -a) des indications concernant l'affectation des jumelles proposées ; artillerie, État-major, marine, etc... Tout ceci sous sa seule responsabilité, sans que cela puisse traduire l'existence d'un marché quelconque passé avec les Armées.

Un seul exemple, cette jumelle dont les tubes sont marqués "jumelle militaire" et qu'on imagine mal, cependant, utilisées sur le terrain, étincelantes et si peu discrètes :
"Jumelle militaire" de la maison Chevalier, un très bel objet en laiton nickelé :





Dans un très bel étui en cuir beige.

 -b) Certaines mentions, encore apposées par le fabricant, mais correspondant à des textes officiels ;
 - il en est ainsi de la mention "fournisseur du Ministère de la Guerre" et autres mentions équivalentes. Je reviendrai sur le sujet avec un texte officiel comportant les conditions d'attribution de ce "titre".
 - Il ne faut pas, non plus, oublier les indications I,C, pour Infanterie, Cavalerie, A,G, pour Artillerie, Génie, et, beaucoup plus rare S,P, pour Siège et Place (si mes souvenirs sont bons, dans ce dernier cas). Ces indications sont gravées par le fabricant en réponse à des directives officielles. Elles concernent les jumelles prismatiques qui doivent être pourvues d'un télémètre pour celles, de grossissement "x7", destinées à l'infanterie et à la cavalerie et d'un micromètre pour celles, grossissement x8, destinées à l'artillerie et au génie.

3°) Le seul marquage qui puisse être attribué à l’État est est la fameuse inscription MG que nous nous aventurons tous à traduire mais dont la seule trace officielle que j'ai rencontrée, jusqu'à présent, figure dans un document de 1915 ou 16, après que le Service Géographique de l'Armée ait repris en main la gestion des matériels d'optique à la suite d'une pénurie aigüe liée aux pertes des premiers mois de la guerre et d'un manque d'organisation de cette gestion, incombant, si je ne me trompe, jusque la, à l'Artillerie. Ce document fait état du marquage sans en donner la traduction.
Tous les fabricants furent mis à contribution et tous types de jumelles furent reconditionnés, réparés, etc...Ce qui explique que nous rencontrions, non seulement des jumelles de Galilée, dépassées, mais aussi de vrais "rossignols" portant le marquage MG.

J'ai déjà mis en ligne sur le forum, de façon éparse, les textes que j'évoque. Je vais les rechercher et les regrouper à la suite de cette intervention.

Bon après midi,

PS : voici deux textes que je considère comme essentiels :

le premier date de 1911 et impose la jumelle stéréo-prismatique aux officiers. Il définit, en même temps (souligné en vert par mes soins) les conditions d'obtention du titre de "fournisseur de l'Armée" :





Ne possédant pas la circulaire du 1er octobre 1911 qui fixe les caractéristiques techniques des nouvelles jumelles imposées aux officiers, c'est, une fois encore, le catalogue de Manufrance qui vient à notre secours :



En ce qui concerne le marquage MG, voici un document officiel, daté de 1916, qui est le seul document que j'ai rencontré qui le mentionne sans en donner la traduction :



Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Mer 20 Nov 2013 - 18:27

Bonjour,

la circulaire du 1er octobre 1911 obligeant les officiers à se munir d'une jumelle stéréo-prismatique avant le 1er janvier 1912 ne souleva, apparemment pas, l'enthousiasme des intéressés si on en croit le document suivant, toujours d'actualité, au demeurant, en ce qui concerne sa première partie Laughing :

extrait de la revue hebdomadaire "Armée et démocratie" du 29 octobre 1911 :



Ceci pour la petite histoire...
Il faut dire que la dépense occasionnée correspond à l'équivalent d'une demi-mensualité, voire à un mois entier de solde pale  !!!

Je possède 2 exemplaires de ces jumelles "3 changements" dont voici quelques photographies ;

Pare-soleils repliés, avant/arrière :



déployés, avant/arrière :



Les 3 positions possibles :



Gros plan sur les oculaires et leurs porte-lentilles mobiles :



Les étuis qui les accompagnent. Vous pourrez constater que si l'un est équipé pour recevoir une sangle bandoulière et possède un passant pour le ceinturon, l'autre offre un aspect peu militaire, de par sa forme et par la matière utilisée :







Les mollettes, d'aspect différent :



J'ai pu retrouver trace de ce type de jumelles :

1- Dans le catalogue d'un opticien, D. Latour, de 1897, ou ces jumelles "3 changements" figurent au milieu d'autres jumelles à vocation militaire :

2- Dans un manuel de leçons de physique destiné aux élèves de seconde moderne et aux candidats au baccalauréat daté de 1902.

Malgré tout cela et bien que les jumelles en ma possession soient d'une qualité certaine, je ne pense pas qu'elles aient pu faire une grande carrière militaire.

Pour ce qui est du marquage MG, j'ai déjà mis en ligne sur le forum le seul texte officiel qui, à ma connaissance, le mentionne, en 1915 ou 16, lors de la reprise en main de la gestion des appareils d'optique par le Service Géographique de l'Armée.
Je vais me mettre à sa recherche et le mettre en ligne et pour ne pas perdre ce long discours d'ici quelques temps, je vais aussi le poster dans le cours du sujet du forum consacré aux jumelles militaires françaises.


me voilà replongé dans ce vaste sujet des jumelles militaires. La réception récente (ce matin) d'une très intéressante variante de la "jumelle démontable pour le nettoyage des prismes" de la maison Clermont-Huet m'a conduit à reprendre quelques points qui me tiennent particulièrement à cœur.
Il en est ainsi de l'invraisemblable camelote qui était proposée aux officiers. Je ne pouvais croire que ces objets fragiles et peu performants aient pu trouver preneur. Et pourtant :











Ceci explique que des objets tels que cette jumelle à l'aspect si peu martial aient pu être commercialisés... et achetés par des officiers :







Pourquoi "chasseurs alpins" ?

Le vendeur de la jumelle Clermont-Huet récemment acquise (et bien reçue  Very Happy  !) m'ayant très gentiment accordé l'autorisation de me servir du photomontage qui illustrait l'annonce, voici donc la troisième jumelle de ce modèle que je possède :



Comme je l'écrivais lors d'une demande d'identification, je possède deux autres modèles ; l'un des plus classiques (si l'on peut dire), articulé pour le réglage de l'écartement des oculaires et marqué de façon tout aussi classique de "Clermont-Huet Sr - fournisseur du Ministère de la Guerre" et l'autre marqué au même endroit d'un revendeur, opticien français installé à Bucarest.
Je ferai une présentation plus détaillée de ces deux autres modèles.
Le modèle reçu présente la particularité d'avoir l'écartement de ses oculaires commandé par une molette centrale entrainant l'écartement des corps de jumelle et, par conséquent, des oculaires. Mais je n'ai pas encore eu le loisir de bien les examiner...

J'ai, depuis mes précédentes interventions, trouvé quelques sites (étrangers, allemands et américains) traitant de ces jumelles si particulières et relativement méconnues. Elles ont même existé sous forme monoculaire "vraie".
J'en mettrai en ligne les liens.

3 liens, dont un du forum :

http://www.monocular.info/huet8x20ronde.htm

http://www.fernglasmuseum.at/museum/clermont_huet_8mal/clermont_huet_8mal.html

http://lagrandeguerre.cultureforum.net/t69166-jumelles-clermont-huet

Bonne fin de soirée


Dernière édition par bothrops atrox le Jeu 5 Avr 2018 - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ladosse

avatar

Nombre de messages : 442
Age : 52
Localisation : poitou-charentes
Date d'inscription : 19/05/2013

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Ven 24 Jan 2014 - 0:12

Bonsoir,

Un autre modèle d'observation de la marque "CLERMONT" "Rue du Temple - PARIS"

Longueur totale : 31 cm.







Ladosse
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Sam 25 Jan 2014 - 20:50

Bonsoir,

merci Ladosse pour cet exemplaire de la production de l'opticien Clermont.
Associé, en 1892, si je me souviens bien, à Henri-Louis Huet, il produira, entre autres, cette jumelle que je vous présentais il y a quelques jours. Les collectionneurs étrangers en font, sur la base d'un catalogue de la Maison Clermont-Huet, une jumelle destinée à la cavalerie "n°3" :
"Dieses aussergewöhnliche Fernglas wird 1905 in einem Verkaufsprospekt als "Lunette de Cavalerie Modèle No 3" vorgestellt."

http://www.fernglasmuseum.at/museum/clermont_huet_8mal/clermont_huet_8mal.html

Je viens de trouver un document du Ministère de la Guerre daté de 1915, "Règlement de manœuvre de l'artillerie à pied. Artillerie de siège et Place" qui détaille ces différentes variétés de jumelles démontables suivant leur affectation. Ainsi, l'exemplaire que j'a récemment acquis, serait la "jumelle stéréoscopique de siège et place, caractérisée, entre autres par l'écartement de ses oculaires commandé par une molette centrale.
Je mettrai, bien sur, en ligne, dans son intégralité, la partie qui concerne ces jumelles.
En attendant, voici un schéma de celles-ci :



J'ai fait une autre découverte concernant ces jumelles dont je vous parlerai, laquelle m'a mis sur la piste du document précité.

après avoir pris un peu d'avance (très peu Smile ) pour pouvoir débattre de ce texte en toute connaissance de cause, le voici, comme promis, dans son intégralité :



















L'examen des exemplaires dont je dispose m'a déjà conduit à me faire un certain nombre de réflexions que je vous exposerai.
En attendant, je pense que Ladosse n'aura plus aucun mal à situer dans le temps la jumelle qu'il nous proposait en identification Smile . Peut-être pourrait-il nous dire si elle comporte un micromètre dans l'une de ses optiques? L'absence de ce dernier n'excluant pas, à mon avis, une utilisation militaire mais simplement qu'elles ne furent pas affectées à l'artillerie.
Je reviendrai sur les grossissements, X7 ou X8, suivant qu'il s'agisse de l'infanterie, de la cavalerie, de l'artillerie ou du génie, et sur les micromètres, en millièmes ou en grades ou les deux à la fois.
J'avais déjà, me semble-t-il, effleuré le sujet lors de l'identification d'un exemplaire plus classique (1909/1911?) qui, au lieu d'être marqué I.C ou A.G, présentait les lettres S.P. Après m'être égaré dans des interprétations hasardeuses de ce sigle, j'avais fini par trouver la bonne dans une instruction datant de l'entre deux guerres (1926 ou 1928 ?)

Voici, pour illustrer le paragraphe 57 :





Contrairement à ce que l'on pourrait attendre, la molette ne sert pas à la mise au point simultanée, comme habituellement (cette fonction étant, ici, assurée, séparément, par les bagues situées sous les oculaires), mais au réglage de l'écartement des branches.
L’exemplaire en ma possession ne possède pas de micromètre.
Je pense que ce dispositif d'écartement des branches qui a pu, à mon avis, exister pour d'autres armes ou subdivisions d'armes, n'était pas techniquement attaché à l'artillerie de siège, sauf par les particularités de son micromètre, mais qu'il permettait de distinguer au premier coup d’œil ce qui lui était destiné et compatible avec les instruments de pointage de ses pièces.
Je ne pense pas que ces jumelles démontables aient présenté, comme la génération qui leur succédera, les marquages I.C, A.G, et S.P, il fallait donc bien pouvoir les différencier sans avoir besoin de regarder dedans.



Bonne fin d'après midi,


Dernière édition par bothrops atrox le Dim 26 Jan 2014 - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ladosse

avatar

Nombre de messages : 442
Age : 52
Localisation : poitou-charentes
Date d'inscription : 19/05/2013

MessageSujet: jumelles   Dim 26 Jan 2014 - 23:16

Bonsoir bothrops,

Tout d'abord, merci une nouvelle fois pour les recherches.

Concernant le modèle que je possède, il y a une différence avec celui présent à la page 34 (figure 6). La molette de mise au point des deux optiques est centrale, avec deux branches (l'une dessous la molette et le seconde dessus).
Aucun micromètre n'est gravé sur le verre. En revanche, présence sur la molette droite de différents traits et des lettres "P" (à gauche) un carré au milieu et la lettre "M" à droite.
Présence en partie centrale (au dessus de la molette de mise au point) d'une seconde graduation "1 - 4 - 7 - 10", liée à l'écartement.

Grossissement 8.

Le numéro de série est : 1807.





Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Lun 27 Jan 2014 - 17:14

Bonjour Ladosse,

le système de mise au point de votre jumelle est un perfectionnement assez classique permettant d'optimiser cette mise au point à commande centrale à l'aide d'un œilleton mobile du côté droit.
Le texte suivant, qui ne concerne pas particulièrement le modèle qui nous intéresse, vous permettra de mieux comprendre :





Les graduations portées par l'axe central, d'un côté, et par la molette mobile droite, de l'autre, doivent permettre de retrouver rapidement l'écart des branches dans le premier cas, et la mise au point complémentaire de l’œil droit, dans le second.

Il est d'un grand intérêt, pour dater ces instruments, de mettre en ligne l'intérieur du couvercle de leurs étuis lorsqu’on est sur, comme c'est le cas présentement, qu'il s'agit bien du leur.
Certains fabricants, comme c'est le cas pour cette Maison, on vu varier l'expression de leur raison sociale au gré des successions, rachats, transformations de sociétés, etc..., tous ces changements ayant donné lieu à des changements d’appellation à des dates bien précises.
Pour sourire un peu ; j'ai déniché, hier, sur le net un vieille annonce de vente d'un site bien connu  proposant un exemplaire de ces jumelles démontables et le datant de...1955, ce qui correspondait, vraisemblablement au n° de série  Laughing

N'ayant pas encore trouvé le temps pour élaborer des dossiers détaillés de mes autres jumelles démontables Clermont-Huet, voici, tout de même, deux clichés rapidement réalisés. Ces deux modèles sont à mise au point séparée, pour chaque œil, et à branches articulées pour le réglage de l'écartement.

- Modèle marqué de Clermont-Huet au niveau des oculaires :



- Le modèle marqué de la raison sociale d'un revendeur de "Bucharest", dans un environnement anachronique Embarassed :



Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Ladosse

avatar

Nombre de messages : 442
Age : 52
Localisation : poitou-charentes
Date d'inscription : 19/05/2013

MessageSujet: Jumelles CLERMONT-HUET   Lun 27 Jan 2014 - 20:52

Bonsoir,

Effectivement le système décrit correspond au modèle que je possède.

Il serait intéressant d'avoir un catalogue de la marque pour constater les différentes évolutions et modifications apportées au fil des années.

J'en profite pour mettre une vue générale de ma jumelle Clermont-Huet, pour comparaison.

Ladosse.



Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Mar 28 Jan 2014 - 2:01

Bonsoir Ladosse,

Ladosse a écrit:


Il serait intéressant d'avoir un catalogue de la marque pour constater les différentes évolutions et modifications apportées au fil des années.

Les deux catalogues de ce fabricant dont je dispose datent, malheureusement, de l'années 1909 pour l'un, et postérieur à 1910 pour l'autre.
Ce modèle n'y est plus répertorié !

Un détail intéressant de mon modèle "roumain" ; le marquage n'est plus "Clermont - Huet Sr (pour successeur)", mais "Huet et Cie", désignation qui voit le jour, je crois, en 1908 :



Pour ceux que cette rarissime jumelle intéresse (la documentation étant comme les pelotes de laine, une fois qu'on a trouvé le bon bout, il suffit de tirer), voici un document daté de 1908, décrivant une adaptation de cette jumelle, dont j'ai pu retrouver au moins un exemplaire probable sur le net à cette adresse :

http://www.ebay.co.uk/itm/WWI-FRENCH-BRASS-MILITARY-CLERMONT-HUET-8X-BINOCULARS-OPTICS-/151137292589?nma=true&si=BuDcki6Ma9BvyIKGNTVpLpe0ZYc%253D&orig_cvip=true&rt=nc&_trksid=p2047675.l2557

Le document en question (pour moi, ardu à se représenter et à comprendre) :











Voici, pour illustrer ce qui précède, à titre de citation pérenne, une partie d'une image extraite de l'annonce de vente dont j'ai mis le lien en ligne :



Pour clore, momentanément du moins, de mon côté le sujet consacré à ces jumelles démontables pour entretien, quelques petits commentaires :
- des notices consacrées au matériel d'optique dans l'armée, datées des années 1926 et 1928, que j'ai pu consulter répertorient ces jumelles avec, je pense, une erreur qui les fait attribuer à Jules Huet.
J'ai constitué un petit dossier sur le contentieux juridique qui opposa ce fabricant à Louis Huet permettant de réfuter cette paternité.
Je mettrai bientôt en ligne un résumé de ce travail qui permet d'affiner les datations en fonction des changements d'énoncé des raisons sociales de ces fabricants ainsi que de situer dans le temps l'apparition de ce logo bien connu :



Et ce, en me servant des publicités de la marque.

Enfin, je pense que ce modèle "précoce" fut remplacé, à partir des années 1910 et suivantes par celui ci :



La page 9 à laquelle il est fait allusion :



Je n'ai, personnellement, jamais rencontré ce modèle.

Les notices d'après guerre que j'évoquais donnent l'impression d'un long inventaire des stocks restants de la multitude de jumelles diverses et variées fabriquées et achetées pendant la guerre.
Il existe un essai de classement de ces instruments e, surtout, un rappel intéressant des propriétés et de l'affectation de chaque type de jumelle.

voici un autre type de jumelle, de Galilée, celle-ci, comparée par un amateur étranger à la célèbre Fernglas 08 allemande.
Un membre du forum, 104RI, je crois, avait déjà exprimé la même idée il y a quelques années sur ce même post.
Je crois pouvoir rapprocher cette jumelle fabriquée par Lemaire à celle dont le texte qui suit, daté de 1926, interdit le démontage dans les corps :





Voici quelques photographies d'un exemplaire en ma possession :

jumelle et étui, recto, verso...









Les seuls marquages existants sont ceux du fabricant (désolé pour les inconditionnels du MG Razz , je démontrerai, avec la jumelle suivante, que ce n'est pas, forcément, la règle) :



voici donc cette jumelle de Galilée signée "Krauss - Paris" :

la jumelle :



3 "positions" possibles :







Le seul marquage, sur chaque oculaire :



L'étui, d'aspect très civil, avec son couvercle muni d'une poignée et malgré la possibilité d'y associer une courroie pour le port en bandoulière, a été militarisé par le rajout, réalisé dans les règles de l'art, d'un dispositif de suspension à un brèlage :







Pas de marquage "M.G", mais il ne fait aucun doute que le chef de section qui s'est vu doté de l'exemplaire qui suit, bien marqué "M.G", celui-ci, aurait préféré être destinataire de la jumelle précédente...

Voici une production "Colmont" de la série "veco", série longtemps restée mystérieuse pour moi.

fermée :



déployée, ce qui n'en fait pas pour autant une géante Very Happy :



Pour comparer avec un modèle que tout le monde connait :



Bref, quasiment une jumelle de théâtre, et pourtant :



Le début de la guerre, c'est, du point de vue matériels d'optique, de mémoire :

60.000 jumelles offertes par des particuliers aux armées françaises (j'ai appris, au cours des nombreuses lectures des documents du net, que l'automobile club offrit, à lui seul, 500 jumelles. J'ai du enregistrer ce document). C'est dire la pénurie. On fit flèche de tout bois et le Service Géographique des armées ramassa tout ce qui pouvait servir, ce qui explique l'extrême diversité des modèles marqués "M.G".
La gestion énergique de l'officier placé à la tête de ce service (Colonel Bourgeois, si je me souviens bien) va permettre de couvrir les besoins des troupes françaises en jumelles et même d'approvisionner en jumelles les armées alliées !

Pour en revenir à la mystérieuse série "veco", voici le document que j'ai pu dénicher sur le net il y a peu de temps :



Colmont et Valette et Cie forment la même Maison. Il faudra que j'en retrouve l'historique dans mes archives :



Enfin, pour terminer sur des images, quelques photographies d'une naine qui fit la guerre et d'une géante "planquée" Razz :



encore plus impressionnant :



Quelques détails des marquages :

La grande :





La petite guerrière Very Happy :





Bonne fin d'après midi,
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Mar 4 Fév 2014 - 16:48

Bonjour,

je vous signalais, il y a quelques jours, une très probable erreur, à propos des jumelles démontables "Clermont-Huet", dans une note technique émanant du Ministère de la Guerre, datée de 1935 (mais également dans un ou deux autres documents similaires datés de 1926 et 1928 ?). En voici de très mauvaises numérisations :





Même si la définition et la netteté de ces documents sont très médiocres, le texte en est lisible et la jumelle reconnaissable.
La "maison Jules Huet" et "Huet et Cie" sont deux entreprises totalement différentes, leurs seuls points commun étant la production de jumelles et une homonymie, sans lien de parenté, apparemment.
Cette homonymie sera à l'origine d'un contentieux juridique entre ces deux constructeurs, immédiatement après guerre. Cela donnera lieu à quelques bizarreries dans les annonces publicitaires de la maison "Huet et Cie"...
Dans tous les cas, il est hautement improbable, pour diverses raisons, que Jules Huet ait construit des jumelles marquées de "Clermont-Huet".
J'ai l'impression que, dans l'élaboration de ces documents, Jules Huet fut le constructeur désigné de toutes les jumelles marquées "Huet", avec ou sans prénom  Smile !
Je reviendrai sur cet antagonisme et ses conséquences...

ayant abordé, un peu plus haut, le chapitre des jumelles Colmont et leur place dans ce conflit, je vais poursuivre avec la présentation de quelques unes de ces jumelles pour lesquelles l'utilisation au cours de la première guerre mondiale ne fait aucun doute.
Il semble que toute la gamme de la production de ce constructeur y soit passée.

Pour continuer la série "veco", voici une autre jumelle ainsi nommée, marquée des lettres MG :







Complètement déployées :



Les marquages :









"Jumelles nationales", "Colmont Paris"







Les marquages :





L'étui :



Avant-arrière :





Dessus-dessous :







Je vais, pour l'instant, "envoyer" ces deux là...
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Dim 9 Fév 2014 - 18:57

pour poursuivre ; deux jumelles, très proche d'aspect, seul le revêtement en cuir offre une différence de texture et d'aspect :

la première, "Clermont Paris" :











Les marquages :





L'étui :







La deuxième, toujours "Colmont Paris" :









Les marquages :





L'étui :








Quelques autres à venir, en moins bon état mais fonctionnelles, ayant connu plus de service (ou plus de sévices de la part de garnements  Laughing ), y compris dans l'armée anglaise...

Bonne fin d'après midi,

Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Dim 9 Fév 2014 - 20:37

Pour clore temporairement le sujet des jumelles "Colmont", en voici une, identique aux deux précédentes, contenue dans un étui qui doit être familier aux amateurs d'objets militaires britanniques.
Cette jumelle est, donc, fonctionnelle mais elle a perdu le cuir d'un des pare-soleils et, même, un pare-soleil tout court :

- la jumelle :







- les marquages :

 le français :



l'anglais :



l'étui :





son marquage (fabricant et date, probablement) :



Bonne soirée,
Revenir en haut Aller en bas
Ladosse

avatar

Nombre de messages : 442
Age : 52
Localisation : poitou-charentes
Date d'inscription : 19/05/2013

MessageSujet: jumelles   Dim 9 Fév 2014 - 21:19

Bonsoir,

Ce modèle, de petite taille 80 mm et 110 mm déplié.

Marque "M.G."

Aucune indication concernant le fabricant.


L'étui qui ressemble un peu à une cartouchière est en cuir souple avec la fermeture située dessous,

Ladosse



Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Mar 11 Fév 2014 - 20:40

Bonsoir Ladosse,

les jumelles que vous présentez ne manquent pas d'intérêt à plus d'un titre :
- Elles confirment ce que l'on sait maintenant. Le "team" Bourgeois a du faire flèche de tout bois pour faire face à la pénurie, d’où ce format de "jumelle de théâtre",
- j'ai remarqué que les étuis de ces jumelles "mobilisées" ont été plus ou moins militarisés pour en renforcer les moyens de transport dans des conditions difficiles,
- enfin, je m'intéresse depuis peu à la façon dont ont été frappées les lettres MG, car l'emplacement, la "police", etc... semblent être caractéristiques de chaque fabricant.
Le Service géographique de l'Armée, chargé d'organiser et de superviser cette fabrication, aurait-il délégué et confié aux fabricants eux-même l'apposition de ce marquage ?
Toujours dans le souci de mieux situer dans le temps l'apparition de ces fameuses lettre, tout ce qui précède fait l'objet, de ma part, d'une réflexion que je soumettrai à vos avis.

avant de présenter quelques françaises au service de sa Majesté, voici une autre jumelle Colmont, ressemblant à l'avant dernière mise en ligne, avec quelques différences tout de même.













l'étui :








La suite :



Deux de ces jumelles sont de fabrication française. La troisième, marquée du war office est d'origine plus incertaine. Aucune d'entre elles ne porte les lettres MG; S'agit-il d'achats personnels que la couronne se serait réappropriés ou de commandes directes du WO ?

a bientôt,
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Soeurs jumelles...ou presque   Jeu 13 Fév 2014 - 14:35

Bonjour,

avant d'aborder ce groupe de 4 jumelles, une autre production d'un fabricant français moins connu ; "A. Tubeuf à Paris"
L'une avec marquages militaires anglais, l'autre portant l'habituel marquage "M.G".



La "Tubeuf" anglaise avec son étui :










- Les marquages :







- L'étui et ses marquages :









La "Tubeuf" française - "M.G" :







- Les marquages :





Les lettres MG sont curieusement groupées du même côté de l'"entretoise".

Bonne journée,
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: La suite, malgré les disparitions mystérieuses...   Ven 14 Fév 2014 - 15:22

Bonjour,

en ce qui concerne les jumelles galileïques françaises "jumelle perfectionnée" ou "jumelle d’état-major perfectionnée", ce n'est pas quatre mais cinq exemplaires que je me propose de vous présenter. Je viens, en effet, d'en dénicher une autre dans mon "stock", différente des autres par l'absence de marquage.

- La première est marquée de la "manufacture française d'armes et cycles de Saint-Étienne" :





 Les marquages :





 L'étui :





 Une publicité du catalogue de Manufrance :



La deuxième : Un exemplaire marqué "strembel" aux Sables - d'Olonne :

La maison, comme l'indiquent certains encarts publicitaires, est fondée en 1906. J'ai pu, grâce à cette publicité parue dans la presse, "pister" cette production de 1914 à 1934 !





Les marquages :



avec une boussole en prime :





L'étui :











Des publicités,
"en veux-tu ? En voilà" :

L'écho d'Alger de 1914





L'Ouest éclair de 1934 ::





Et quelques autres, intermédiaires :

1920 :




juin 1929 :



La troisième et la quatrième sont, toutes deux, marquées "jumelle d’État-major perfectionnée" et "Duval ainé opticien Annecy" :

N° 1 :



Les marquages :





N° 2 :



Les marquages :







Un extrait du catalogue de ce fabricant :

Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Ven 14 Fév 2014 - 17:28

La cinquième (et, provisoirement, dernière) ne comporte pas de marquage de fabricant.
Elle est, simplement, marquée : "jumelle militaire perfectionnée" :





 Les marquages :



 L'étui :









A très bientôt avec d'autres modèles... Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Sam 15 Fév 2014 - 14:05

Bonjour,

le message du 12/02/2014 à 4h05 pm au contenu mystérieusement "évaporé" s'étant purement et simplement volatilisé, dans son intégralité, ce matin, je vais essayer de le reconstituer à l'identique...
L'expédition se fera en trois messages distincts. Si l'un d'entre eux se perd, c'est toujours moins de travail... Razz
Pour ceux que cela intéresse !

Les jumelles traitées étaient celles-ci :



offrant la particularité, pour deux d'entre elles, d'être des productions françaises mises au service de sa "Gracieuse Majesté" britannique.

- La première est entièrement métallique à l'exception de la molette centrale, en os ou en corne.
Elle est marquée ; "war office model" et "Lumière Paris" :

Entièrement déployée :



Pare-soleils rétractés :



Fermées :



Les marquages :



un marquage "made in France" existe sous la partie gauche de l'"entretoise", fléché en rouge sur la photographie.
Les corps de jumelles, entièrement métalliques (fonte d'aluminium, alliage ?) offrent l'aspect grenelé de certains revêtements de cuir.

- La deuxième est due au fabricant "L. Petit" à Paris :



Déployée :



Pare-soleils rétractés :



Fermées :



Les marquages :

"Crow's foot" :



"Mk V SPL" :



Le fabricant "L. Petit - Paris" :



L'étui :





ses marquages :

le "broad arrow" :



marquage du couvercle, indéchiffrable pour moi :



Etui qui, bien que parfaitement adapté, est une réutilisation de l'étui d'un autre fabricant : " Picard Petot et Lienard" :



Cette jumelle est d'une très grande qualité de fabrication, ses branches sont articulées pour permettre d'ajuster les oculaires, elles offrent une grande ressemblance avec celle que je vais présenter qui n'offre, malgré tout, pas les mêmes perfectionnements et qualité de fabrication :



- La troisième et dernière. Cette jumelle ne présente aucun marquage de fabricant :

Déployée :



Pare-soleils rétractés :



Fermée :



Les marquages :



Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Ladosse

avatar

Nombre de messages : 442
Age : 52
Localisation : poitou-charentes
Date d'inscription : 19/05/2013

MessageSujet: jumelles   Sam 15 Fév 2014 - 15:54

Bonjour,

La jumelle "STREMBEL" vue un peu plus haut, modèle "état-major jumelle militaire perfectionnée" avec une boussole un peu différente,






Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Sam 15 Fév 2014 - 16:37

Bonjour Ladosse,

étant donné la belle longévité de ce modèle, jusqu'à la veille de la seconde guerre mondiale, il est normal que quelques détails aient changé au cours de la production.

Je me pose, tout de même, une question : qui donc, après guerre, pouvait acquérir ce type de jumelle obsolète compte tenu du fait que les officiers étaient, depuis 1911, dans l'obligation d'être en possession de jumelles prismatiques ?

Parmi les divers modèles de jumelles de Galilée que j'ai mis en ligne, il me semble qu'il faille distinguer ceux achetés dans le civil par les officiers, avant 1911, à une époque ou les détails de la tenue de campagne prévoyaient qu'ils soient simplement munis de jumelles dont le modèle était laissé à leur choix ; "jumelle d'un modèle facultatif" - DM du 17 janvier 1895 déterminant la tenue de campagne des officiers et troupes et l'énorme masse de jumelles de toutes provenances et de toutes sortes "raflées" à partir de 1915 pour faire face à la pénurie.
Les premières correspondent à l'époque des "grandes manœuvres", et les secondes à la vraie guerre.
Pour se faire une meilleure idée de ce que fut la pénurie en instruments d'optique ainsi que du considérable effort orchestré par le Service Géographique de l'Armée, voici des extraits de ce document :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k141115z.r=%22service+geographique+de+l%27arm%C3%A9e+1914+-+1918%22.langFR

et, plus particulièrement, du paragraphe consacré à la "crise de l'optique" :









Je dispose encore de quelques documents glanés çà et là sur le net concernant le sujet des jumelles militaires au cours du conflit. J'en mettrai encore quelques extraits en ligne.

Pour rompre un peu avec les jumelles de Galilée, et pour essayer d'y voir un peu plus clair dans l'histoire on ne peut plus compliquée des jumelles de la maison "Huet et Cie", voici une jumelle prismatique "primitive" qui serait le modèle adopté en 1900-1901 (D.M du 4 mars 1900 et circulaires ministérielles des 29 décembre 1900 et 4 février 1901). Je n'ai, malheureusement, toujours pas mis la main sur ces textes dont se réclament certaines annonces de la maison "Huet".















Le système correcteur dont il est fait état dans la page du catalogue mise en ligne plus loin :



Les marquages :



son "baume du Canada" commence à faire des siennes. Certains amateurs de jumelles décollent et recollent ces lentilles vieillies, mais comme cette jumelle a surtout un intérêt historique, que son champ de vision ne s'en trouve que peu affecté, et qu'elle ne sera plus utilisée pour des manœuvres ou faire la guerre, je ne me livrerai pas à ce genre de restauration risquée :



Une autre publicité et une page d'un catalogue de la Maison Huet des années 1910 :





Système correcteur et branches articulées sont deux critères de qualité et de fonctionnalité optimale de cette jumelle.

La jumelle "Huet" fait bien partie des dotations du début du siècle et c'est la seule dont le service de l'artillerie ne peut assurer l'entretien et la réparation dans ses ateliers de Puteaux, lesquels entretiens et réparations doivent être confiés au fabricant :

16 septembre 1901 :





Je dispose d'un document plus explicite désignant la Maison Huet pour assurer l'entretien et la réparation de ces jumelles. Dès que je le retrouve...

Je me propose d'aborder prochainement un aspect peu connu de l'histoire commerciale des constructeurs "Huet et Cie" et "Jules Huet et Cie" permettant de mieux dater certaines productions en fonction de leurs marquages.
C'est une enquête amusante qui réserve bien des surprises...

Bonne journée,


Dernière édition par bothrops atrox le Dim 16 Fév 2014 - 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Huet contre Huet...   Mar 18 Fév 2014 - 16:23

Bonjour,

la guerre terminée, et, avec elle, une certaine forme d'"Union Sacrée", ou, tout au moins, une trêve dans la concurrence commerciale, il semblerait que cette dernière ait très vite repris ses droits.
En effet, un contentieux voit, apparemment, le jour entre la "société des anciens établissements Huet" et Jules Huet, tous deux fabricants de jumelles prismatiques, simples homonymes, sans aucun lien de parenté.
Le contentieux portant sur l'utilisation de son patronyme, dans son activité commerciale, par Jules Huet.
Le débat sera tranché par un arrêt de la Cour de Paris en date du 31 janvier 1920 s'appuyant sur une jurisprudence de la même Cour en date du 23 juillet 1908.

Voici le plus explicite des documents contemporains concernant ce litige :





Ce qui explique l'expression différente de la raison sociale du fabricant sur ces deux jumelles, productions de la "Maison Jules Huet", qu'une guerre et un jugement séparent :



Avant le 31 janvier 1920 :







après cette date :

 l'obligation faite à Jules Huet :









La justice ayant contraint Jules à faire quelques concessions à César  Razz en lui restituant l'antériorité, on aurait pu croire que ce dernier en resterait là...
Tel ne fut, à mon avis, pas le cas.
Ce sera l'objet de la suite...

Cette suite repose simplement sur l'étude attentive des encarts publicitaires que la "société anonyme des anciens établissements Huet et Cie et jumelles Flammarion" a fait paraitre dans la presse au cours de la décennie 1920 - 1930.
Les enseignements sont divers :

Les suites du contentieux précédemment évoqué : "exiger sur chaque jumelle le mot Huet sans prénom"

1920:



1922:



1924:



1925, probablement la dernière année d'existence de cet avertissement :



remplacé, semble-t-il, à partir de 1926 par ce "logo" devenu célèbre :



publicité de 1926 :




L'adresse de l'établissement :

La société, en 1914, est toujours située 114 rue du Temple à Paris.
Sur les publicités ci-dessus, l'adresse est 76 boulevard de la Villette à Paris.
Quand ce changement d'adresse s'est-il précisément produit ? Je continue à chercher, mais les documents, analogues à ces publicités, de la période du conflit semblent plus rares. Correspondant peut-être à une mise en sommeil de l'activité commerciale proprement dite ?


Enfin, la mention que j'ai soulignée en vert sur le document de 1924 est, je pense, le numéro d'inscription au registre du commerce du département de la Seine de la "Société anonyme des anciens établissements Huet...".
L'obligation d'une telle inscription relève des dispositions de la loi du 18 mars 1919 :



Je dispose de plusieurs documents modificatifs ou complémentaires de cette loi, d'autres projets de loi, etc...
L'obligation de mentionner son numéro d’inscription au registre sur les documents commerciaux, la nature de ces derniers, notamment, feront l'objet de discutions et de débats.
La question de l'obligation de mentionner ce numéro dans le cours des annonces publicitaires parue dans les organes de presse semble avoir été discutée...
Mais il faut que je lise plus attentivement ces documents car il me semble qu'il y a parfois loin d'un projet de loi déposé auprès du bureau d'une assemblée à la promulgation d'une loi.

J'ai surtout soulevé ce détail car il me semble que certains marchands de "découpages" de journaux anciens situent, parfois, dans les années 1910 des annonces portant cette mention d'inscription ???

Voilà !
Je pense avoir démontré que l'on peut amorcer d'utiles enquêtes chronologiques à partir d'éléments courants, comme ces annonces publicitaires. Reste, après à affiner...

je reviendrai demain à un modèle plus classique, avec quatre exemplaires en ma possession :



et leurs étuis spécifiques qu'il n'est pas inintéressant d'essayer de faire parler :

deux exemples :





Les indications contenues dans le couvercle sont un bon élément de datation de cette jumelle que je considère comme LA jumelle de la Grande Guerre par excellence.

Voici, ne s'éloignant pas trop du sujet, une circulaire datée du 1er octobre 1911 décrivant ce que doivent être les jumelles des officiers :



Bonne soirée
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Ven 21 Fév 2014 - 18:36

Bonjour,

la jumelle, peut-être la plus connue de la première guerre mondiale ; la jumelle de la "société anonyme des anciens établissements Huet et Cie et jumelles Flammarion" à télémètre.
J'ai suivi l'ordre croissant des numéros de série pour souligner les changements intervenus au cours du temps :

 n° 10089 :



Etui de cuir noir, bague étroite de mise au point évoquant les modèles antérieurs, petits "pieds" permettant de faire tenir la jumelle "debout" sont les points les plus remarquables.



 déployée





 Marquages:







 l'étui





 la raison sociale et l'adresse du fabricant ; 114, rue du Temple à Paris :



36451



Etui de cuir fauve, bagues de mise au point étroites, les petits "pieds" de repos ont disparu.



déployée





marquages







étui en cuir fauve





raison sociale et adresse du fabricant, 114, rue du Temple à Paris :



56407

La bague de mise au point est devenue plus large.







déployée





marquages







étui





le fabricant et son adresse, 114, rue du Temple à Paris



68424





déployée





marquages





étui





une indication majeure donnée par le changement d'adresse de la société



La société commence la guerre au 114, rue du Temple à Paris et, d'après un document que j'ai pu retrouver, elle se situe au 76, boulevard de la Villette, toujours à Paris, en 1919. Quand ce changement d'adresse s'est-il exactement produit ?
Ce modèle de jumelle a-t-il survécu quelques années à la Grande Guerre avant de céder la place à des jumelles plus "modernes" ?
Etait-t-il encore en service à la veille de la seconde guerre mondiale comme semble le suggérer ce manuel d'instruction daté de 1940 (pour un texte approuvé par le Ministre de la Guerre en 1924) ? :





La jumelle représentée est, pour moi, sans contestation possible, la célèbre jumelle "Huet et Cie".

Cette jumelle est, sans aucun doute, la plus répandue des jumelles "règlementaires" de la 1ère GM, et pourtant, elle recèle encore bien des mystères...
Si j'essaye de déterminer la date de son "adoption" c'est que ce fabricant est le seul, à a connaissance, à avoir intégré les lettres MG au marquage de sa production :



Je pense que, pour l'instant, faute de documents officiels, l'étude des catalogues de ce fabricant serait des plus intéressantes ! Malheureusement !!!

Bonne fin d'après midi
Revenir en haut Aller en bas
bothrops atrox

avatar

Nombre de messages : 3102
Localisation : france metropolitaine
Date d'inscription : 11/01/2011

MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    Sam 22 Fév 2014 - 14:11

Bonjour,

voici le résultat d'un petit montage que j'avais effectué pour le tout début de ce sujet, sous un autre pseudo, mais qui a du sombrer avec l'hébergeur choisi à l'époque.
Le texte est extrait d'un manuel daté de 1927 et les illustrations sont des photographies de jumelles m’appartenant. J'ai d’ailleurs cerclé en rouge une zone d'aspect "brulé" de l'étui de la première jumelle qui démontre qu'il s'agit bien de l'étui que je vous ai présenté hier avec la jumelle "Huet" n° 56407. Ce n'est pas de la paranoïa, mais je me suis rendu compte, un jour, que ce travail avait été purement et simplement "pompé" au bénéfice d'un autre forum sans que "Histoirémilitaria" ne soit cité comme source !
J'ai du mal à comprendre que l'on veuille briller avec les connaissances et le travail des autres  Evil or Very Mad  ! Lorsque ce genre de personnage se regarde dans une glace il n'y voit toujours guère qu'un "minus habens"  Razz  !
















1927 : Ce document nous apprend 2 ou 3 choses, comme la disparition des jumelles télémètres Souchier et autres jumelles d'escadron, remplacées par les jumelles prismatiques avec télémètre, la graduation des micromètres en grades et non plus en millièmes (il me semble pourtant...?), etc...

Bonne journée,
Revenir en haut Aller en bas
Ladosse

avatar

Nombre de messages : 442
Age : 52
Localisation : poitou-charentes
Date d'inscription : 19/05/2013

MessageSujet: jumelles   Dim 23 Fév 2014 - 22:08

Bonsoir,

Cet exemplaire sans marque, mais portant bien les lettres "M.G".

Hauteur : 85 mm / 105 mm

Franck





Un autre modèle "Chasseurs Alpins" et "Etat-Major" avec boussole.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les jumelles militaires françaises    

Revenir en haut Aller en bas
 
les jumelles militaires françaises
Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les forces françaises en OPEX
» compétitivité des entreprises françaises à l'international
» Décorations Françaises et Etrangères
» Les françaises et l'allaitement
» Le net des études françaises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Les équipements-
Sauter vers: