AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Flugzeugführerabzeichen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L44LZ77



Nombre de messages : 276
Age : 50
Localisation : Eyguières
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: Flugzeugführerabzeichen.   Dim 29 Aoû 2010 - 21:55

Bonjour,

Après un premier post sur les brevets de pilotes allemands de 14 18 et les différentes remarques adressées j’ai fait quelques recherches car je me suis aperçu, somme toute, que mes connaissances étaient parcellaires.

Le brevet de pilote de l’armée de terre et l’insigne afférent ont été créés en 1913. Au début de la guerre ce brevet était obtenu après 3 examens : le premier consistait à faire 10 évolutions en forme de 8 et faire deux atterrissages et une glissade de 100 m ; le deuxième était le brevet de pilote de guerre dans lequel la recherche de hauteurs demandées au front était exigée, un vol d’une heure et demi à 2000 et une prise de terrain en glissade depuis 800 m. Le dernier examen était un stage de perfectionnement (sources : mes vols de combats par Max Immelmann). Il est à noter que, comme en France, les pilotes n’étaient pas tous officiers, contrairement aux observateurs. Un insigne réglementaire était remis au pilote à la fin de ces trois périodes. Cet insigne était prestigieux et accepté un peu comme une décoration.

Le dessin de l’insigne réglementaire est généralement très fin mais la fabrication est assez simple. Il s’agit la plupart du temps d’une plaque de tôle de cuivre emboutie et argentée. Le dos ne reçoit pas de contre plaque et reste donc creux (comme l’insigne des blessés créé en 1918) ; on peut, ainsi, y voir les marques laissées par l’emboutissage. Les côtes sont 72 X 44. Le système de fixation est constitué d’une épingle à bascule et d’un crochet tous deux réalisés en fil de cuivre argenté. L’insigne n’est pas très épais. Il ne possède pas de marquage sauf sur les modèles confectionnés en argent. Les poinçons sont alors, dans ce cas, comme pour les décorations, limités au titrage de l’argent exprimé en /1000 (800 ou 925 pour les plus courants).

Pour illustrer ces éléments, voici une photo d’un modèle réglementaire que j’ai en ma possession.



Uploaded with ImageShack.us

Probablement que dans le courant de la guerre, les insignes réglementaires ont été, à l’instar d’autres pièces d’équipement, fabriqués en fer d’abord argenté puis simplement peints.


Comme pour tous les insignes allemands ou presque, à côté des modèles réglementaires, il existe de nombreuses fabrications privées dont les dessins et la qualité varient en fonction du prix que l’acquéreur voulait y consacrer. La plupart des insignes produits dans ces conditions sont marqués au nom de l’entreprise auprès de laquelle était passée la commande, soit que le patronyme soit directement frappé au dos, soit que le symbole y soit apposé Ces insignes sont presque toujours estampillés du poinçon officiel de l’argent (une demi lune) et du titrage du métal précieux pour les plus courants. Il semble que la présence de la couronne impériale ne soit pas une règle absolue.

Néanmoins, il faut savoir que depuis 1886 une loi a rendu obligatoire la pose de ces poinçons, couronne et demi-lune, sur tous les objets d’orfèvrerie afin de garantir à l’acheteur leur qualité. Elle s’est substituée à tous les textes en vigueur dans les états de l’empire en les abrogeant pour la majorité.

L’existence d’insignes avec les trois marques n’est donc pas à exclure, même si j’ai maintenant la conviction que les insignes frappés de la demi-lune et de la couronne datent des années 20-30.


C E Juncker, de Berlin est le plus connu des fournisseurs. Cette firme a apparemment fabriqué des insignes entre 1916 et la fin des années 40. D’après certains collectionneurs, Il serait possible, que les insignes produits par Juncker pendant la guerre n’aient que la demi lune et le titre 800.

Dans tous les cas, il semble que tous les insignes vendus par des fournisseurs civils sont systématiquement en deux parties (trois pour l’insigne de brevet d’observateur s’il on compte le damier) et sont donc creux.
Je n’ai pas trouvé de traces d’insignes moulés, que ce soit en argent, en or ou tout autre métal dont l’authenticité est incontestable. Je pense donc que les insignes moulés sont douteux. Mais, en attendant d’avoir plus d’informations, je me garderai d’affirmer qu’ils sont tous faux.

Je remercie, par avance, ceux qui possèdent des informations d’enrichir ce sujet.

Bien cordialement.

L44LZ77
Revenir en haut Aller en bas
lefoudeverdun



Nombre de messages : 140
Age : 59
Localisation : doucefrance
Date d'inscription : 28/03/2009

MessageSujet: Re: Flugzeugführerabzeichen.   Lun 30 Aoû 2010 - 18:09

Bonjour!

Merci pour votre article ainsi que les photos qui l'accompagnent.
C'est tout simplement passionnant!
...d'autant que la littérature sur ce genre d'objets est particulièrement rare.
Et je ne savais pas qu'il existait une version "réglementaire" de ces brevets de pilotes sans les fameux marquages CE JUNKER...KARL POELATH ou même WALTER SCHOT FEC et donc, que les nouveaux brevetés pilotes achetaient à leurs frais leur insigne chez ces médaillers.


Par contre qu'entendez vous par insignes moulés?
sachant qu'il existe des modèles emboutis comme celui que vous présentez
ou des modèles en deux ou trois pièces (observateur, pilote) avec des petits trous sous l'accroche d'épingle.
serait-ce un type de brevet en un seul bloc?


au plaisir de vous lire

amicalement

LFV





Revenir en haut Aller en bas
 
Flugzeugführerabzeichen.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Aviation-
Sauter vers: