AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les brodequins civils du Poilu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lebel86

avatar

Nombre de messages : 2047
Age : 30
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 11/06/2010

MessageSujet: Les brodequins civils du Poilu    Lun 11 Avr 2011 - 17:01

Bonjour,

étant donné que beaucoup se demandent si des brodequins civils du début du XXème siècle peuvent convenir pour un poilu de la Grande Guerre, voici quelques éléments de réponse:

Pour mémoire, le brodequin réglementaire à la mobilisation de 1914 est le brodequin modèle 1912, livré en cuir noirci, il ne possède pas de rivet de renfort sur le quartier ni de soufflet à la languette. Comme ses successeurs (modèle 12 modifié 15, modèle 12 modifié 16 et modèle 17), il se reconnaît aisément à son renfort de quartier long.

Le poilu dispose en outre d'un brodequin de repos, en toile cachou renforcé de cuir:

en voici une paire, aux pieds d'un officier du 112 RAL d'Angoulême à la fin de la guerre.




Si le brodequin réglementaire chausse la majorité des soldats, les choix personnels ainsi que les nécessités de la guerre (en période de pénurie notamment), conduisent les hommes à chausser des brodequins civils d'achat personnel.

Cette disposition est prévue par le règlement qui précise que lors de l'incorporation, chaque homme peut fournir une paire, remboursée par l'État sur la base du prix du modèle réglementaire, qui doit "se rapprocher de la forme réglementaire et de la qualité de matière première". J'ai trouvé dans un livret militaire où étaient détaillés les effets touchés et leur prix, le prix de 8fr10 pour une paire de brodequins réglementaires.

Si le texte préconise un modèle proche du modèle réglo, dans la pratique, on observe une multitude de types, qui se distinguent par le laçage, la fermeture, le cloutage, la matière.....

Un modèle qui rencontre un franc succès auprès des hommes est le brodequin à laçage latéral, fermant par crochet ou œillets:





Le recouvrement offert par ce type de fermeture assure une meilleure étanchéité de la chaussure, ce qui n'est pas un luxe dans la boue, surtout en attendant l'arrivée d'un brodequin réglo muni d'une languette à soufflets.

Les brodequins de style plus simple, fermant le plus souvent par œillets et crochets se rencontrent aussi:

ici avec un bout rapporté.


Porté ici avec des guêtres et une belle culotte en velours côtelé.


Présenté ici à titre anecdotique, cette paire d'espadrille en toile, aux pieds d'un aviateur en tenue de vol en 1915, posant devant le première appareil abattu par Navarre:




Les brodequins civils se distingues aussi par leur cloutage.
Le  cloutage réglementaire se distingue par un emplacement dépourvu de clou à l'avant de la semelle.

Voici maintenant des cloutages civils:







Il n'y a donc pas de règle pour les brodequins civils: toutes formes, tout cloutages, tout mode de fermeture....pour peu que cela tiennent les pieds du poilu au sec avec un minimum de confort.

En espérant que ce petit dossier vous permettra de trouver chaussure à votre pied pour votre collection, en attendant un modèle 1912 réglo (drunken).

N'hésitez pas à enrichie ce post!

Bonne journée,

Lebel86 /biere/  /biere/


Dernière édition par Lebel86 le Dim 4 Jan 2015 - 16:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lebel86

avatar

Nombre de messages : 2047
Age : 30
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 11/06/2010

MessageSujet: Re: Les brodequins civils du Poilu    Mar 12 Avr 2011 - 17:36

Bonsoir!

Aux autres chaussures non réglementaire du poilu français, ajoutons la botte de fantassin allemand!!!

Henri Barbusse, Le Feu (Journal d’une escouade).
II, dans la terre :

« Poterloo marche depuis un mois dans des bottes de fantassin allemand quasi neuves avec leurs fers à cheval aux talons. Caron les lui a confiées lorsqu’il a été évacué pour son bras. Caron les avait prises lui-même à un mitrailleur bavarois abattu près de la route des Pylônes. J’entends encore Caron raconter l’affaire :
- Mon vieux, le frère Miroton, il était là, le derrière dans un trou, plié ; i’zyeuait l’ciel, les jambes en l’air. I’ m’présentait ses pompes d’un air de dire qu’elles valaient l’coup. « Ça colloche », que j’ m’ai dit. Mais tu parles d’un business pour lui reprendre ses ribouis : j’ai travaillé dessus, à tirer, à tourner, à secouer, pendant une demi-heure, j’attige pas : avec ses pattes toutes raides, il ne m’aidait pas, le client. Puis, finalement, à force d’être tirée, les jambes du maccab se sont décollées aux genoux, son froc s’est déchiré, et le tout est venu, v’lan ! J’m’ai vu, tout d’un coup, avec une botte pleine dans chaque grappin. Il a fallu vider les jambes et les pieds de d’dans.
- Tu vas fort !...
- Demande au cycliste Euterpe si c’est pas vrai. J’te dis qu’il l’a fait avec moi, lui : on enfonçait notre abatis dans la botte et on en retirait de l’os, des bouts de chaussette et des morceaux de pied. Mais regarde si elles en valaient le coup !
… Et en attendant que Caron revienne, Poterloo use à sa place les bottes que n’a pas usées le mitrailleur bavarois.

Je n'ai pas de photo mais le témoignage de Barbusse, quoique très cru, est sans ambiguité sur le port de telles effets!

Bonne soirée,

Lebel86 /biere/ /biere/
Revenir en haut Aller en bas
Lebel86

avatar

Nombre de messages : 2047
Age : 30
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 11/06/2010

MessageSujet: Re: Les brodequins civils du Poilu    Lun 15 Aoû 2011 - 23:31

Bonsoir.

Je place ici une affiche de 1897 relative aux brodequins civils en service dans la troupe, postée par Cuir.


coll. de CUIR

Bonne soirée,
amicalement,
Romain /biere/ /biere/
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3344
Localisation : nord-pas-de-calais
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: e   Dim 18 Nov 2012 - 20:30

Lebel86 a écrit:
Bonsoir!

Aux autres chaussures non réglementaire du poilu français, ajoutons la botte de fantassin allemand!!!

Henri Barbusse, Le Feu (Journal d’une escouade).
II, dans la terre :

« Poterloo marche depuis un mois dans des bottes de fantassin allemand quasi neuves avec leurs fers à cheval aux talons. Caron les lui a confiées lorsqu’il a été évacué pour son bras. Caron les avait prises lui-même à un mitrailleur bavarois abattu près de la route des Pylônes. J’entends encore Caron raconter l’affaire :
- Mon vieux, le frère Miroton, il était là, le derrière dans un trou, plié ; i’zyeuait l’ciel, les jambes en l’air. I’ m’présentait ses pompes d’un air de dire qu’elles valaient l’coup. « Ça colloche », que j’ m’ai dit. Mais tu parles d’un business pour lui reprendre ses ribouis : j’ai travaillé dessus, à tirer, à tourner, à secouer, pendant une demi-heure, j’attige pas : avec ses pattes toutes raides, il ne m’aidait pas, le client. Puis, finalement, à force d’être tirée, les jambes du maccab se sont décollées aux genoux, son froc s’est déchiré, et le tout est venu, v’lan ! J’m’ai vu, tout d’un coup, avec une botte pleine dans chaque grappin. Il a fallu vider les jambes et les pieds de d’dans.
- Tu vas fort !...
- Demande au cycliste Euterpe si c’est pas vrai. J’te dis qu’il l’a fait avec moi, lui : on enfonçait notre abatis dans la botte et on en retirait de l’os, des bouts de chaussette et des morceaux de pied. Mais regarde si elles en valaient le coup !
… Et en attendant que Caron revienne, Poterloo use à sa place les bottes que n’a pas usées le mitrailleur bavarois.

Je n'ai pas de photo mais le témoignage de Barbusse, quoique très cru, est sans ambiguité sur le port de telles effets!

Bonne soirée,

Lebel86 /biere/  /biere/




salut Lebel, je t'apporte cette photo Wink

a+, Rom

Voici une photo de poilus du 81e RIT en capote poiret, l'homme de gauche et l'homme de droite semblent porter des bottes allemandes. (collec.Admin)

_________________
Je recherche une vareuse française modele 1915 troupe

site à voir http://histoiremilitaria2.discutforum.com/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://lagrandeguerre.cultureforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les brodequins civils du Poilu    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les brodequins civils du Poilu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poilu, surnom donné aux soldats français pendant la Première Guerre mondiale.
» Un Poilu disparu en 1915 et inhumé le 7 octobre 2012
» Malgré la guerre et ses horreurs, le courrier du Poilu c'était aussi cela...
» LA VIE DES CIVILS DURANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE
» tissus de bambou poilu ou celui qui ressemble au coton...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Les uniformes-
Sauter vers: