AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'artillerie française en 1914

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Airborne025

avatar

Nombre de messages : 106
Localisation : 25
Date d'inscription : 03/05/2012

MessageSujet: Capote adjudant    Mar 8 Mai 2012 - 15:23

Bonjour,

J'ai acheté il y a de ça 3 bon mois cette capote française .

Grâce a un membre du forum ( que je rmercie ) qui la postée en identification. Il s'agirait d'une capote troupe montée ww1 à laquelle est attribué des cols de pates( fin ww1) du 16 eme RA .

La capote serait de sous officier, en particulié d' adjudant.

http://lagrandeguerre.cultureforum.net/t54254-une-tenue-artilleur-annee-20?highlight=annee+20








Quelqu'un pourrait t il m'expliquer ce qu'est la " troupe montée ", car je n'ai pas trouvé d'information .

J' aimerais montée la tenue qui va avec, mais j'ignore totalement ce qu'il faut comme vêtements et objets. Qulequ'un aurait il des renseigmements

Si c'est une tenue d'adjudant d'artillerie :
il faudrait : -
-un pantalon sous officier artillerie avec passepoil rouge ?
-une vareuse mdl ?


Merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
verdun19

avatar

Nombre de messages : 4043
Localisation : À gauche, non l'autre gauche, trop loin, à droite, encore à droite, voilà. Non plus bas, ici, non là.
Date d'inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Mar 8 Mai 2012 - 15:26

Bonjour,

Les troupes montées sont les troupes à cheval, la cavalerie mais aussi l'artillerie, le train.

Ici il s'agit de l'artillerie vu les boutons.

/biere/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.terraculturae.com
Airborne025

avatar

Nombre de messages : 106
Localisation : 25
Date d'inscription : 03/05/2012

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Mar 8 Mai 2012 - 15:31

verdun19 a écrit:
Bonjour,

Les troupes montées sont les troupes à cheval, la cavalerie mais aussi l'artillerie, le train.

Ici il s'agit de l'artillerie vu les boutons.

/biere/

Salut,

Merci beaucoup de ces infos Smile

a+
Revenir en haut Aller en bas
Vachequirit

avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 52
Localisation : 77 et 63
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Mer 9 Mai 2012 - 21:33

Bonjour,

Le 16e RA c'est à Issoire en Auvergne si je me souviens bien. Il fait une culotte d'artillerie de troupe montée pour aller avec.

Cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
Airborne025

avatar

Nombre de messages : 106
Localisation : 25
Date d'inscription : 03/05/2012

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Mer 9 Mai 2012 - 22:20

Vachequirit a écrit:
Bonjour,

Le 16e RA c'est à Issoire en Auvergne si je me souviens bien. Il fait une culotte d'artillerie de troupe montée pour aller avec.

Cordialement,

Salut,

Merci beaucoup de ton aide.Wink

Par hazard, aurais tu une photo de cette culotte.
Si je ne me trompe pas, il faut des brodequins modéles 17 et un mousqueton M16 ? et la suite ...

Merci

cdt
Revenir en haut Aller en bas
cavalier
Banni


Nombre de messages : 400
Localisation : limousin
Date d'inscription : 15/11/2010

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Mer 9 Mai 2012 - 23:58

Bonjour , on parle habituellement de capote (d'infanterie) pour le vetement croisé à 2 rangs de boutons , et de manteau (de cavalerie) pour ce vetement à 1 rang de boutons et possédant un pli creux dans le dos avec une fente et une martingale ; il peut etre pourvu d'une rotonde .
Revenir en haut Aller en bas
Vachequirit

avatar

Nombre de messages : 1163
Age : 52
Localisation : 77 et 63
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 10 Mai 2012 - 10:00

Bonjour,

Pour répondre, voici une culotte d'homme monté. On voit que la coupe est plus large qu'une culotte de troupe à pied et qu'elle comporte une pièce de renfort au contact de la selle.

Pour le reste, un adrian d'artillerie, des brodequins 17 avec des houseaux de cavalerie sinon des houseaux normaux et un étui jambon feraient l'affaire.

Cordialement,






Revenir en haut Aller en bas
95deligne

avatar

Nombre de messages : 3496
Age : 35
Localisation : allier 03
Date d'inscription : 21/12/2009

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 10 Mai 2012 - 14:11

bonjour ,

les pattes de col sont bien du 16 eme d artillerie d issoire

mais le manteau , est tamponné au 36 eme d artillerie de moulins drunken

( meme corps d armée )

/biere/
Revenir en haut Aller en bas
U.S.riton



Nombre de messages : 1460
Age : 24
Localisation : Marne
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 10 Mai 2012 - 20:58

Bonjour,

mousqueton 92 d'artillerie, pas de M1916 ... le M1916 n'apparait que très tardivement ... fin du conflit ..

/biere/
Revenir en haut Aller en bas
Airborne025

avatar

Nombre de messages : 106
Localisation : 25
Date d'inscription : 03/05/2012

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 10 Mai 2012 - 21:46



Bonjour,

Merci a vous pour votre précieuse aide.

A combien peut ton trouver une culotte d'homme monté sous officier ww1 ?
Je pense à 300 ?

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
U.S.riton



Nombre de messages : 1460
Age : 24
Localisation : Marne
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 10 Mai 2012 - 22:21

Pour un sous-off, il me semble qu'une modèle troupe fera l'affaire ...
Pour ma part je dirais 250 € 300 maxi.

/biere/
Revenir en haut Aller en bas
U.S.riton



Nombre de messages : 1460
Age : 24
Localisation : Marne
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 10 Mai 2012 - 22:22

Vachequirit a écrit:
Bonjour,

Pour répondre, voici une culotte d'homme monté. On voit que la coupe est plus large qu'une culotte de troupe à pied et qu'elle comporte une pièce de renfort au contact de la selle.

Pour le reste, un adrian d'artillerie, des brodequins 17 avec des houseaux de cavalerie sinon des houseaux normaux et un étui jambon feraient l'affaire.

Cordialement,








Elle est raccourcie cette culotte ? non ? scratch

/biere/
Revenir en haut Aller en bas
Bertrand11
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 5567
Age : 45
Localisation : ORLEANS d'adoption. VENDEE de coeur !
Date d'inscription : 02/04/2010

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 10 Mai 2012 - 22:25

Je voudrais juste rappeler que le grade "adjudant" fait partie des sous-officiers supérieurs; il peut exercer la fonction de chef de section / peloton.

Un adjudant ne porte pas d'effets de troupe, ou alors c'est vraiment le fauché du coin.

Ensuite, un adjudant ne porte pas de mousqueton, mais une arme de poing, en l'occurence un Ruby ou un revolver mle 1892 feraient parfaitement l'affaire.

_________________
bom  MES RECHERCHES DU MOMENT !    
Revenir en haut Aller en bas
Airborne025

avatar

Nombre de messages : 106
Localisation : 25
Date d'inscription : 03/05/2012

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 10 Mai 2012 - 23:49

Bertrand11 a écrit:
Un adjudant ne porte pas d'effets de troupe, ou alors c'est vraiment le fauché du coin.


Salut,

Merci pour cet info, je pensait aussi le meme chose.^^

Pour ce qui est du mousqueton, tu as tout a fait raison il faut une arme de poing.
Je n'avais meme pas pensé au rapprochement simpliste sous officier /arme de poing.

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
U.S.riton



Nombre de messages : 1460
Age : 24
Localisation : Marne
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Ven 11 Mai 2012 - 0:05

Bertrand11 a écrit:
Je voudrais juste rappeler que le grade "adjudant" fait partie des sous-officiers supérieurs; il peut exercer la fonction de chef de section / peloton.

Un adjudant ne porte pas d'effets de troupe, ou alors c'est vraiment le fauché du coin.

Ensuite, un adjudant ne porte pas de mousqueton, mais une arme de poing, en l'occurence un Ruby ou un revolver mle 1892 feraient parfaitement l'affaire.

://bourr%C3%A9///:

Je n'y connais strictement rien en grade Embarassed , je me suis simplement raccroché à "sous-off" ..
Merci d'avoir éclairé ma lanterne Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
dany boy



Nombre de messages : 19
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: musette d'artillerie française 1914   Jeu 9 Aoû 2012 - 0:41

Bonjour,
je voudrais faire des copies de musettes d'artillerie pour la reconstit (toile et cuir).
Qui pourrait m'envoyer quelques photos et les dimensions?
Au fait elle servait à quoi cette musette, car elle était différente de l'infanterie non?
Merci à tous
Dany
Revenir en haut Aller en bas
verdun79

avatar

Nombre de messages : 2114
Age : 62
Localisation : Deux-Sèvres
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 9 Aoû 2012 - 18:00

Bonjour,

La musette des artilleurs était la même que celle des fantassins, sauf pour les troupes de l'artillerie montée. Ces dernières utilisaient une musette beaucoup plus grande et plus solide dont la bretelle était en cuir et en toile.


Codialement


Verdun79
Revenir en haut Aller en bas
dany boy



Nombre de messages : 19
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Jeu 9 Aoû 2012 - 18:21

Merci Verdun. Je me suis laissé dire qu'il avaient aussi un sac à charge qui contenait les étoupilles. Ce n'est pas cela ce sac de toile avec la lanière de cuir?
Elle est représentée sur de nombreuse photo sur les artilleurs en plein travail autour du canon. Il n'y avait aucune raison pour que les artilleurs aient un sac plus gros, la cavalerie n'avait pas de sac à pain.
Qu'en pense tu?
Revenir en haut Aller en bas
fr.al1618

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 73
Localisation : Meurthe et Moselle
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Mar 14 Aoû 2012 - 21:11

dany boy a écrit:
Bonjour,
je voudrais faire des copies de musettes d'artillerie pour la reconstit (toile et cuir).
Qui pourrait m'envoyer quelques photos et les dimensions?
Au fait elle servait à quoi cette musette, car elle était différente de l'infanterie non?
Merci à tous
Dany
Bonsoir,
Voilà les dimensions de la musette d'artilleur monté:
Largeur: 380 m/m
Hauteur: 350 m/m
Epaisseur: 100 m/m
Longueur totale de la bretelle: 1200 m/m dont 350m/m en cuir
Cordialement
Daniel

Revenir en haut Aller en bas
dany boy



Nombre de messages : 19
Localisation : belgique
Date d'inscription : 24/11/2009

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Mar 14 Aoû 2012 - 23:28

Arfff que du bonheur, un tout grand merci fr.al, c'est exactement ce que j'attendais. Encore merci
Dany
Revenir en haut Aller en bas
fr.al1618

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 73
Localisation : Meurthe et Moselle
Date d'inscription : 23/08/2010

MessageSujet: musette   Lun 20 Aoû 2012 - 11:52

Bonjour,
Si cela vous intéresse?
cordialement
Daniel
http://cgi.ebay.fr/France-14-18-Musette-dArtilleur-avec-bretelle-cuir-/190705767449?pt=FR_JG_Collections_Militaria_Uniformes&hash=item2c66f31419
Revenir en haut Aller en bas
Lebel86

avatar

Nombre de messages : 2044
Age : 30
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 11/06/2010

MessageSujet: L'artillerie française en 1914   Dim 21 Oct 2012 - 23:08

L'artillerie française en 1914
A la veille de la Grande Guerre, l’organisation de l’artillerie française est fixée par la loi du 24 juillet 1909 et se compose comme suit :
- 62 régiments d’artillerie de campagne, dont 41 divisionnaires à trois groupes (36 pièces de 75mm), 20 de corps d’armée à quatre groupes (48 pièces de 75mm) et un régiment d’école, le 32ème.
- 2 régiments d’artillerie de montagne.
- 11 régiments d’artillerie à pied (réduits à 9 le 15 avril 1914).
- 7 groupes d’artillerie d’Afrique, autonomes (portés à 10 le 15 avril 1914).
- 10 groupes d’artillerie à cheval de division de cavalerie (rattachés à un régiment d’artillerie de campagne).

La loi du 15 avril 1914 donne naissance à cinq régiments d’artillerie lourde (dont 2 formés à partir des régiments d’artillerie à pied dissous).

Ces unités se répartissent comme suit sur le territoire métropolitain et colonial :

Artillerie de campagne




L’artillerie de Montagne



L’artillerie à pied



L’artillerie d’Afrique ( groupes )



L’artillerie à cheval ( groupes )



Artillerie lourde



D’emblée, on remarque rapidement l’énorme prédominance de l’artillerie de campagne, très moderne, dans l’armée française.
Cette prédominance tient en grande partie de la conception même de la bataille, faite de guerre de mouvement, pour laquelle le canon de 75mm est parfaitement adapté.

Les autres branches ont chacune des fonctions bien définies :

- L’artillerie de montagne est destinée à soutenir l’infanterie en milieu montagneux, en lui offrant un appuie feu.
- L’artillerie à pied sert dans les forts et places. C’est une artillerie très technicienne, destinée à interdire l’approche des ouvrages fortifiés et soutenir l’infanterie des places ;
- L’artillerie d’Afrique, organisée en groupes autonomes pour plus de flexibilité dans son emploi, et qui apporte toujours une très grande supériorité aux troupes françaises face à des ennemis le plus souvent dépourvus de pièces d’artillerie.
- L’artillerie à cheval est composée de groupes rattachés aux divisions de cavalerie. L’ensemble du personnel est monté pour suivre la cadence imposée par la cavalerie et soutenir celle-ci dans ses missions.
- L’artillerie lourde, encore embryonnaire et 1914 est le parent pauvre de cette arme. L’apparition du 75 ayant été vue comme la panacée universelle et l’arme absolue, la direction de l’artillerie a longtemps freiné l’apparition de pièces modernes, pièces dont l’absence se fera cruellement sentir dès les premiers mois de la guerre, le 75 montrant ses limites face aux tranchées et aux retranchements ennemis. Avant 1914, les matériels lourds sont simplement ventilés dans les régiments d’artillerie de campagne.
L’artillerie française ne dispose alors, comme matériel moderne, que du 155C TR modèle 1904 dit Rimailho, du nom de son concepteur. C’est une excellente pièce d’artillerie lourde à tir rapide, malheureusement trop rare.
En voici un, avant 1914, servi par des hommes du 20ème régiment d’artillerie de Poitiers :



Petite mise au point :

1. Troupe. Se compose de canonniers à pied ou à cheval, avec ou sans voitures, celles-ci étant attelés ou en batterie.
Pièce. Se compose en général d’un canon et d’un caisson.
Le caisson est dit en batterie lorsque, l’arrière-train reposant sur les roues et les butées, la flèche est abattue du côté du but.
Le canon est dit en batterie lorsque, la bêche reposant à terre, la volée est dirigée vers le but à battre.

Organisation de l’artillerie.

1. A l’intérieur, les principales attributions de l’artillerie sont les suivantes :
1° instruction et organisation des troupes de l’artillerie ;
2° fabrication des armes, des munitions et du matériel roulant de l’armée, à l’exception du matériel roulant du service du génie et du matériel technique des boulangeries de campagne (fours roulants et chariots fournils) ;
3° entretien du matériel et des munitions de guerre ;
4° construction et entretien des établissements spéciaux de l’artillerie et des magasins à poudre, dans les conditions d’attribution fixées pour l’arme ;
5° études qui se rattachent à l’organisation de la défense des places et des côtes (concurremment avec le génie).

2. Aux armées, l’artillerie est chargée :
1° du service général des bouches à feu, de l’établissement et de la construction de toutes les batteries, et, concurremment avec le génie, des reconnaissances qui se rattachent à l’attaque et à la défense des places ;
2° de l’approvisionnement de l’armée en armes et en munitions de guerre, et des réparations du matériel de l’artillerie et des équipages militaires.

Rôle des différentes batteries :

- Batteries à pied : les batteries à pied sont destinées au service des bouches à feu dans la guerre de siège, la défense des places et celle des côtes ; les officiers seuls sont montés.

- Batteries montées : les batteries montées comprennent des servants à pied pour le service des bouches à feu et des conducteurs chargés d’atteler les voitures. La possibilité qu’elles ont de faire monter les servants sur les coffres leur permet de se déplacer en employant l’allure du trot.

- Batteries à cheval : dans ces batteries, les hommes destinés au service de la bouche à feu sont montés sur des chevaux de selle. Elles sont plus mobiles que les batteries montées et peuvent accompagner la cavalerie en toutes circonstances.

- Batteries de montagne : les batteries de montagne sont armées de matériels pouvant être portés à dos de mulets. Elles comprennent des servants pour le service des pièces et des conducteurs pour la conduite des mulets. Ces batteries sont employées dans la guerre en pays de montagne ou dépourvus de route.

- Sections d’ouvriers : les sections d’ouvriers sont chargées, dans les établissements d’artillerie désignés par le ministre de l’entretien et des menues réparations du matériel de l’arme, du service des munitions, de la conduite des voitures automobiles, etc.

- Compagnies d’ouvriers : les compagnies d’ouvriers sont chargées, indépendamment du service de l’entretien et de la réparation du matériel, du service des voies ferrées de l’artillerie dans les places fortes.

- Etat-major particulier de l’artillerie : l’état-major particulier de l’artillerie comprend un personnel de direction, formé par les officiers, et un personnel d’exécution composé des officiers d’administration du service de l’artillerie, des officiers d’administration contrôleurs d’armes, des ouvriers d’état et des gardiens de batterie.


Août 1914, l’artillerie française sur le pied de guerre.
Lors de la déclaration de guerre, l’artillerie française s’organise comme suit :



L’organisation de la batterie à cheval de 75mm ne diffère de celle de la batterie montée que sur ces points :
- La 8ème pièce attelle en plus un caisson à munition pour armes portatives et, dans la 2ème batterie de chaque groupe seulement, un chariot à pétard. La 9ème pièce attelle le chariot-fourragère et deux fourgons à vivres.
La batterie de tir est placée sous les ordres du plus ancien lieutenant de l’armée active.



Avant 1914, les batteries lourdes sont rattachées aux RAC et organisées comme suit pour celles équipées de 155 C TR :



Les différents états-majors :











Dernière édition par Lebel86 le Mer 21 Jan 2015 - 23:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lebel86

avatar

Nombre de messages : 2044
Age : 30
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 11/06/2010

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Dim 21 Oct 2012 - 23:17

Le matériel de l’artillerie de campagne française en 1914.

I) L’armement individuel.

L’armement des troupes d’artillerie comprend :
- Un mousqueton et un sabre-baïonnette pour les hommes non montés.
- Un revolver et un sabre pour les hommes montés. En campagne, les conducteurs n’emportent que le revolver.

L’équipement en arme s’accompagne des classiques accessoires d’entretien :



A) Le mousqueton modèle 1892





B) Le revolver modèle 1873 ou 1874 :





C) Le revolver modèle 1892 :



D) Le sabre de cavalerie légère modèle 1822 modifié 1882 :



Dernière édition par Lebel86 le Mer 21 Jan 2015 - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lebel86

avatar

Nombre de messages : 2044
Age : 30
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 11/06/2010

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Dim 21 Oct 2012 - 23:33

II) Le harnachement de l’artillerie.

Il faut différencier pour les chevaux d’artillerie le harnachement du cheval de selle et le harnachement du cheval de trait.

A) Les garnitures de tête :







B) Selle et sellette :







Chaque paire de sacoche est accompagnée de 5 courroies de paquetage.
1 courroie de pommeau.
2 courroies d’intérieur de sacoches.
2 courroies de charge.
Ces courroies servent à fixer les sacoches soit sur une selle, soit sur une sellette de sous-verge, et à arrimer après les sacoches différents effets.

C) Harnais d’attelage monté.







D) Les chevaux harnachés :

- Le cheval sous-verge de derrière



- Le cheval porteur de devant



Dernière édition par Lebel86 le Mer 13 Jan 2016 - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lebel86

avatar

Nombre de messages : 2044
Age : 30
Localisation : Vienne
Date d'inscription : 11/06/2010

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   Dim 21 Oct 2012 - 23:45

III) Bouches à feu, caissons et voitures diverses.

A) Le canon de 75mm modèle 1897 :



B) Voiture-caisson de 75, modèle 1897 :





C) Caisson de 90 transformé pour munitions du canon de 75 :



D) Caisson de parc de 75 modèle 1910 :



E) Chariot de batterie pour matériel de 75 (Modèle 1833) :



F) Forge modèle 1876 :



G) Pompe portative de batterie :



H) Appareil microtéléphonique modèle 1908 :



I) Fourgon modèle 1897 :



J) Chariot-fourragère modèle 1900 :



Dernière édition par Lebel86 le Mer 13 Jan 2016 - 10:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1914   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'artillerie française en 1914
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Marine Française
» Et la Normandie devint française!
» La marine française en 1720
» Origine des noms de famille d'origine Française installées au Canada
» "République Fédérale Française", prototype ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Propositions de dossiers à thème-
Sauter vers: