AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1065
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 8:41

Bonjour,
je vous présente un petit dossier, relatant la mise en place des Gardes Mobile de la Seine durant le siège de Paris.
bonne lecture.
cordialement
Laurent

GARDE NATIONALE MOBILE

Mise en place de laGarde nationale mobile de la Seine.
Le 17 août, le général TROCHU avait obtenu de l'Empereur, le renvoi à Paris des 18 bataillons de mobiles de la Seine, qui se trouvaient alors au camp de Châlons. Le mouvement s'effectua dans les journées des 18 et 19.
Allégés par la suppression de leurs bagages, les bataillons se rendirent d'abord par voie de terre à Reims, où ils prirent le train pour Paris. Comme ils devaient camper à Saint-Maur, et qu'on ne voulait pas les laisser traverser à pied les rues de la capitale, on les dirigea par le chemin de fer de Ceinture jusqu'à la gare de Nogent-sur-Marne, où ils débarquèrent.



Le séjour à Saint-Maur se prolongea du 20 août au 8 septembre, date à laquelle ces unités furent dispersées à l'extérieur de l'enceinte, sur la ligne des forts.
Pendant leur concentration au camp de Saint-Maur, le général BERTHAUT, leur chef, s'efforça de leur donner le complément d'instruction et de discipline qui leur était si nécessaire en même temps, il améliora leur armement et leur équipement. Les hommes reçurent par ses soins des havresacs neufs, des vestes, des ceintures de flanelle, des couvertures, et ils échangèrent les fusils à tabatière apportés de Châlons contre le fusil modèle 1866, qui leur fut délivré sur la demande du Gouverneur, et sur un ordre du Ministre en date du 22 août.
La plupart des bataillons reçurent leur nouvel armement avant le 31 août ; tous l'avaient, sans
exception, à la date du 8 septembre. Des tirs avec le chassepot purent même avoir lieu, à partir du 31 août, au polygone de Vincennes.
Malheureusement, la cohésion des mobiles ne s'améliorait pas d'une manière aussi satisfaisante que leur état matériel.


KÉPI DE CAPITAINE DE GARDE MOBILE (photo B.Malvaux)

Le général TROCHU déclarait pourtant « qu'ils avaient toute sa confiance», excellent moyen de les rendre vraiment dignes et de leur faire acquérir de sérieuses qualités militaires.
Il les passa en revue le 24 août, sur le champ de courses de Vincennes, et écrivit ensuite au général de PALIKAO« qu'il avait trouvé cette troupe, si discutée, fort au-dessus de ce qu'on l'a dit ; ..... qu'iln'avait recueilli..... Aucune marque des dispositions qu'on prête à quelques individualités turbulentes ;qu'il n'avait entendu aucun cri malsonnant et qu'il se sentait affermi dans la confiance qu'il avaittoujours eue que les enfants de Paris, convenablement menés, arriveraient à tenir l'un des premiersrangs parmi les défenseurs de la capitale..... »Toutefois, il est à remarquer que le général TROCHU qui jugeait les mobiles très aptes à se battrederrière des fortifications n'avait pas en eux la même confiance pour des opérations actives. Quelquesjours plus tôt, vers le 10 août, au moment de son départ pour le camp de Châlons, il avait manifesté aubaron Jérôme DAVID, combien il était désespéré d'aller prendre le commandement d'une division quilui paraissait formée d'éléments incapables de soutenir une lutte en rase campagne. Et, en arrivant aucamp de Châlons, il avait écrit au Ministre que les mobiles ne lui paraissaient pas pouvoir aborder
l'ennemi, et que c'était « envoyer la jeunesse de Paris à une destruction certaine, que de la mettre en rase campagne, en présence des Prussiens».



Informé de l'état moral de ces bataillons pendant leur séjour au camp de Saint-Maur, le Gouverneur fut obligé de prendre des mesures pour calmer leur effervescence.
Le 30 août, il apprit qu'il existait, dans quelques bataillons de la garde mobile, à Saint-Maur, une certaine excitation, causée par la nouvelle loi votée par le Corps législatif, et qu'on faisait circuler dans les compagnies des publications contre l'incorporation de la garde mobile dans l'armée. Il écrivit alors au Ministre, pour lui rappeler « qu'il paraissait arrêté en principe, que les troupes réunies au camp de Saint-Maur, étaient destinées d'une manière définitive à la défense des forts, et lui demander l'autorisation de faire cesser les bruits qui se propageaient en faisant connaître à la troupe la destination qui lui était réservée pendant le siège. En ce qui concernait l'application de la loi du 29août, le Gouverneur ajoutait : « il y aurait, en effet, un réel avantage à ne pas verser dans l'armée une quantité aussi considérable d'éléments d'une nature peu disciplinée, et ce qui pourrait être appliqué
heureusement pour les gardes mobiles de province, pourrait occasionner des inconvénients, si l'on étendait la mesure à ceux de Paris.... »
Le général de PALIKAO ayant confirmé sa décision de répartir les mobiles dans les forts, le
Gouverneur demanda, le 31 août, au Ministre, de maintenir encore ces bataillons à Saint-Maur, en raison des facilités d'instruction, particulièrement pour le tir à la cible. Le Ministre acquiesça à cette demande.


KÉPI TROUPE DE GARDE MOBILE (photo B.Malvaux)

De son côté, M. THIERS, dans la séance du 1er septembre, avait exprimé, au sein du Comité de défense, le regret que la garde mobile du camp de Saint-Maur ne fût pas conservée en un groupe compact, susceptible de constituer une de ces réserves spéciales, dont il préconisait la création en arrière des forts, prêtes à se porter au secours des points directement attaqués.
Le général TROCHU se faisait l'écho de cette protestation dans une lettre au Ministre, en date du 2 septembre, dans laquelle, parlant de la garde mobile de Paris, il écrivait : « Peut-être est-ce ici le cas de vous exprimer, avec toute la réserve que je dois, le regret que j'ai éprouvé en apprenant que cette troupe serait fractionnée dans les forts. On ne peut se dissimuler que la spécialité de cette troupe ne réside que dans l'élan qu'elle aurait à une heure donnée, pour repousser, comme réserve, l'ennemi pénétrant sur les remparts, pour faire une sortie latérale sur ses flancs... » Malgré la protestation du Gouverneur, le général de PALIKAO maintint sa décision, qui ne fut, du reste, pas immédiatement
appliquée. Les événements du 4 septembre eurent leur contre-coup à Saint-Maur. Le général BERTHAUT rendit compte au général SOUMAIN, dès le 5, que la veille, des groupes de 200 à 300 individus s'étaient présentés au camp de Saint-Maur, pour emmener les mobiles à Paris, et surtout pour prendre leurs armes ; puis, que, dans la nuit du 4 au 5, un groupe de 500 à 600 hommes s'était présenté devant le XVIe bataillon(3), en criant : « Vive la mobile à Paris ! des armes ! », et traînant avec eux des voitures pour emporter les fusils.
Les mobiles résistèrent à ces premiers groupes, mais dans la matinée du 5, écrivait le général
BERTHAUT, « des meneurs ont pénétré dans le camp et ont excité les gardes mobiles à se rendre à Paris, à l'enterrement d'un de leurs camarades tué par un agent de police... » Le général BERTHAUTajoutait : « Je crois que la meilleure mesure à prendre, serait de mettre le plus tôt possible les bataillonsdans les forts. »



Le lendemain 6, le Gouverneur de Paris, devenu Président du Gouvernement, se vit obligé de prendre, à son tour, la décision contre laquelle il avait protesté quatre jours auparavant. Il prévint, en effet, le général BERTHAUT que « les gardes mobiles de la Seine allaient être répartis dans les forts de Paris, au premier poste du danger. Ils concourront à la défense des abords de la capitale avec leurs camarades des armées de terre et de mer(5) ».
Le Gouverneur indiquait leur répartition et ajoutait que les mouvements ordonnés devraient être terminés le 8. Le général BERTHAUT désigna les bataillons qui devaient occuper les divers forts, mais dès le 8, le mouvement à peine commencé, des modifications furent apportées à cette répartition et les changements se continuèrent jusqu'à la fin de septembre. Les mobiles finirent cependant par rejoindre leurs emplacements définitifs : il y eut alors douze bataillons à Saint-Denis et dans les forts qui en dépendaient, trois bataillons dans les forts de Vanves et Issy (IVe, Ve et IXe) et trois autres à l'intérieur (VIe, VIIe et VIIIe) à la disposition du Gouverneur. Dès le 8 septembre, les mobiles de la
Seine passèrent sous les ordres du général SOUMAIN, et le général BERTHAUT dont le
commandement était supprimé fut placé à la tête d'un division de bataillons de mobiles de province.



VAREUSE DE GARDE MOBILE FIN DU CONFLIT (photo B.Malvaux)


Dernière édition par laurent1488 le Mar 30 Oct - 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1065
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 10:18

A suivre:

LES ZOUAVES PONTIFICAUX

LA GARDE NATIONALE SÉDENTAIRE.


Dernière édition par laurent1488 le Mar 30 Oct - 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
LeXav

avatar

Nombre de messages : 8310
Localisation : France
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 10:31

Bonjour

J'aime vraiment bien tes sujets Laurent bravo2/


Dernière édition par LeXav le Mar 30 Oct - 10:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1065
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 10:37

Bonjour Xavier,
merci de tes encouragements, car je sais que sont des sujets qui n’intéressent peut être pas la majorité des membres mais si cela peut faire plaisir à quelques membres du forum et bien, c'est cela me fais plaisir.
cordialement
laurent
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
SMS.Thetis

avatar

Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 23/10/2009

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 11:11

Salut,
Excellent sujet merci! Smile nous permettras tu de poster dessus des photos de matériels en rapport avec la garde nationale?
Cordialement,
Arthur
Revenir en haut Aller en bas
papy



Nombre de messages : 6372
Localisation : Meuse
Date d'inscription : 06/05/2008

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 11:19

Bonjour laurent1488,

Très bon sujet et Très belles coiffures.

Continuez, et de montrer de tels souvenirs ne peut qu'encourager les membres à revenir à l'histoire et à l'étude de ces années 1870-1913 qui précèdent celles de la Grande Guerre qui elle ne sera jamais terminée.
Revenir en haut Aller en bas
les alpins

avatar

Nombre de messages : 1613
Localisation : Blois
Date d'inscription : 16/07/2011

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 11:21

Bonjour,

Et quelques indispensables photographies d'époque :

Des Mobiles :









Des officiers :

Un sous-lieutenant :



Un lieutenant :



Deux capitaines :





Et une cantinière du 5e bataillon de Gardes mobiles de Paris :



Bien amicalement,

Cédric

Revenir en haut Aller en bas
VIEUPEPIN

avatar

Nombre de messages : 300
Localisation : Septimanie
Date d'inscription : 17/09/2009

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 11:35

Même photographe, même décor, même uniforme :
Un mobile de la Seine affecté à la sécurité (le régiment des pompiers de Paris avait été dissous par la Commune et rendu à un statut civil).

Image hébergée par servimg.com
Revenir en haut Aller en bas
http://pompiers-musee.monsite-orange.fr/
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1065
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 12:24

SMS.Thetis a écrit:
Salut,
Excellent sujet merci! Smile nous permettras tu de poster dessus des photos de matériels en rapport avec la garde nationale?
Cordialement,
Arthur

bonjour,
oui bien sur avec plaisir, tout objets ou photographie pouvant étayer ce sujet est le bienvenue
cordialement
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1065
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 30 Oct - 12:25

bonjour,
merci "les Alpins et Vieupepin pour ces photographie fort intéressantes, j'aime particulièrement celle de la cantinière....
cordialement
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4495
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mer 31 Oct - 22:45

TENUE de SERGENT-MAJOR de la GARDE NATIONALE MOBILE. 1870


17 juillet 1870 le Corps Législatif décide la convocation de la Garde Nationale Mobile.

Elle est équipée aux frais des départements.

Elle doit recevoir un uniforme formé d'une vareuse noire et d'un pantalon bleu à bande rouge, mais bien souvent les Moblos partiront en campagne, avec pour tout uniforme un képi et un sarrau bleu où on a cousu à la hâte des pattes rouges aux épaules !

Il a été prévu que leur armement sera le fusil à tabatière résultant de la transformation des anciennes armes à percussion, mais celui-ci est en nombre insuffisant. Le Gouvernement de la Défense Nationale prend alors des dispositions pour acquérir des armes à l'étranger, notamment en Amérique qui au sortir de la Guerre de Sécession dispose de nombreux stocks d’armes plus modernes.



La tenue de la Garde Nationale Mobile se caractérise et se différencie des autres formations par son coloris :

- képi bleu foncé à bandeau écarlate,

- vareuse noire à retroussis et passepoils écarlates,

- pantalon, ou sarrau, bleu à bandes écarlates,

- guêtres en toile blanche.
Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1065
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Jeu 22 Nov - 10:00

bonjour,
je vous présente cette vareuse troupe de Mobile, elle est visible au Musée de Woerth.
cordialement
Laurent





Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
argyll

avatar

Nombre de messages : 3681
Age : 42
Localisation : artois
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Jeu 22 Nov - 12:48

bonjour,
voici ma modeste contribution :

bouton de la Garde Nationale Mobile

de fouille
trouvé au sud d'arras



/biere/

michel
Revenir en haut Aller en bas
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4495
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Jeu 22 Nov - 13:31

ma petite contribution

Revenir en haut Aller en bas
soup town

avatar

Nombre de messages : 615
Age : 62
Localisation : saillant de saint mihiel
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Jeu 22 Nov - 13:39

Bonjour.

Un sujet trés passionnant, merci pour le partage.

Amitiés.
Soup.
Revenir en haut Aller en bas
Vachequirit

avatar

Nombre de messages : 1171
Age : 52
Localisation : 77 et 63
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mer 28 Nov - 21:04

Bonsoir,

Merci pour ce thème, qui rappelle très bien ces heures mouvementées qui font partie de notre mémoire collective et familiale. Revoir des tenues est émouvant. J'apprécie beaucoup.
Cordialement,

Vachequirit

bravo2/
Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1065
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mer 28 Nov - 21:13

bonsoir,
merci beaucoup pour ce commentaire qui me fait très plaisir sur un sujet hélas un peu oublié et tellement grave.
cordialement
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
LEOMONT

avatar

Nombre de messages : 1552
Localisation : VITRIMONT
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mer 28 Nov - 21:31

sujet interessant et bien documenté /biere/
Revenir en haut Aller en bas
Gascogne_31



Nombre de messages : 2
Localisation : tranchées de france et de navarre
Date d'inscription : 28/11/2013

MessageSujet: mon mobile   Jeu 28 Nov - 16:46

- mobile le sac a dos fabrication de guerre, la vest, képi, gourde Non réglementaire
proviennent de la meme personne.
- chassepot et baionnette proviennent des "verrières" en suisse, possible armée de
bourbaki .
meilleures salutations


Revenir en haut Aller en bas
j.langer

avatar

Nombre de messages : 841
Age : 40
Localisation : sevres
Date d'inscription : 11/09/2011

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Jeu 28 Nov - 18:53

Merci pour ce super sujet /biere/ 
Revenir en haut Aller en bas
http://clement.bordet.free.fr/
titan2



Nombre de messages : 102
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Ven 29 Nov - 7:02

merci aussi, beau travail.
Revenir en haut Aller en bas
karaoke

avatar

Nombre de messages : 180
Localisation : Cote d'Or
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Ven 29 Nov - 10:16

Bjr,
Très intéressant.
Beau travail.

Merci.
THM
Revenir en haut Aller en bas
ventosa

avatar

Nombre de messages : 3
Localisation : Paris
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   Mar 17 Déc - 22:59

J'adore le sujet. J'en redemande encore et encore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES MOBILES DE LA SEINE A PARIS EN 1870
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PARIS-SEINE-NORMANDIE
» PARIS x HAUTOT (M1697 Notre-Dame-du-Bec)
» Colloque "L'Eure dans le Grand Paris" à Evreux le 17 Janvier
» Le pont Neuf a Paris
» Seine et Marne - Un CRS grièvement blessé par un pavé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Le militaria français 1870-1913-
Sauter vers: