AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La GARDE IMPERIALE 1870

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4444
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 13:31


Elle est composée d'un infanterie composée des Grenadiers (2 régiments en 1854, puis trois en 1857), des Voltigeurs (2 régiments en 1854, puis quatre en 1857), du bataillon de Chasseurs à pied de la Garde et des Zouaves. (extrait military-photos)

Le 1er régiment de grenadiers est créé en 1854. Un de ses bataillon est envoyé en Crimée et y débarque le 28/1/1855, le régiment entier le rejoint en mai. Son baptême du feu a lieu le 6 juin 1855 lors de l'attaque du Mamelon vert. Le régiment est engagé une nouvelle fois lors de l'assaut manqué du 18 juin et prend part à la prise de Malakov, engagé en réserve du premier assaut.

En Italie durant la campagne de 1859, il se distingue à Magenta en prenant le Ponte Nuovo et en y défendant ses maisons contre un ennemi très supérieur en nombre.

En 1870, le régiment est engagé à Rezonville en défense du village durant l'après midi, puis subit les humiliations de la capitulation de Metz.


Le 2e régiment de Grenadiers est créé en 1854. Un de ses bataillon est envoyé en Crimée et y débarque le 28/1/1855, le régiment entier le rejoint en mai. Il se distingue lors de la prise de Malakof où, employé dans le second assaut en renfort, il laisse environ 500 des siens dans la courtine.

En 1859, durant la campagne d'Italie, il se couvre de gloire à Magenta en prenant Buffalora et en y subissant de lourdes pertes (150 grenadiers et 7 officiers).

En 1870, il subit aussi des pertes importantes (26 officiers et 500 grenadiers) lors de la bataille de Rezonville dans la défense du village, avant de se rendre lors de la capitulation de Metz.



Le 3e régiment de grenadiers est mis sur pied en décembre 1855.

Il a son baptême du feu à Magenta en juin 1859 en y laisse plus de 400 de ses hommes lors de l'attaque de la redoute du chemin de fer qui protège l'accès au pont de Magenta, puis des maisons protégeant le Ponte Nuovo.
"A une heure et demie, le bruit de la canonnade que l'on entendait du coté de Turbigo fait croire à l'Empereur que le général de McMahon a entamé son mouvement tournant. Il donne aussitôt l'ordre à la Garde de s'enparer de Buffalora et de Ponte Nuovo di Magenta. [...] à droite le général de Wimpfenn marche avec le 3e grenadier; les deux premiers bataillons sont en colonne par pelotons à distance entière, suivis en arrière par le 3e bataillon en réserve. Trois compagnies de zouaves couvrent son front.

Cette colonne suit le pied du talus de chemin de fer. La position à enlever est couverte par le Naviglio grande, canal large et profond dont les deux rives escarpées ne peuvent être franchies que par les ponts. Sur chacun des débouchés du pont de Magenta s'élèvent deux maisons en granit : ce sont les bâtiments de la station de chemin de fer et de la douane, le terrain qui s'étend à droite et à gauche de la route de Magenta est formé de rizières inondées et coupées de haies, de fossés remplis d'eau, génant la marche de nos braves grenadiers. Sur les pentes du mamelon, à cheval sur la voie ferrée, les Autrichies ont construit une redoute qui défend les approches du pont. A la vue des français, ils lancent sur la colonne d'attaque des fusées de guerre qui s'éteignent dans l'eau boueuse sans éclater.

Rien ne peut arrêter l'ardeur de nos grenadiers qui s'élancent impétieusement à l'assaut de la redoute, sous la grêle de balles qui fauche leurs rangs. Le capitaine Houdetot entraîne ses hommes à l'escalade du parapet ; atteint d'une première balle dans le corps, il refuse de quitter le combat et s'élance sur le revêtement; une seconde balle le frappe à la tête et l'étend raide mort. Le grenadier Albarède, arrivé le premier sur la crête, met son bonnet à poil au bout de sa baïonnette et saute dans la redoute en criant à pleine voix "En avant ! Vive l'Empereur!".

Les grenadiers, malgré le feu à bout portant de l'ennemi, s'élancent à qui mieux mieux dans l'ouvrage, entraînés par leurs braves officiers qui payent vaillament de leurs personne. Les bonnets à poils sont dans la position, les Autricheins s'empressent de l'évacuer et se sauvent au delà du Naviglio, si vite qu'ils ne songent même pas à défendre le passage de la rive gauche. En 20 minutes les grenadiers se sont emparés du pont et des ouvrages qui le défendent. Un sous lieutenant autrichien s'approche alors seul, avec la plus grande bravoure, pour faire sauter le pont du chemin de fer. Le caporal Alibert se précipite sur lui et le tue pendant que le capitaine Blache enlève la mêche de la mine.

Le général de Wimpfenn se protège alors dans la redoute par le déploiement d'un rideau de tirailleurs qui arrête un instant l'ennemi, mais il est bientôt obligé d'appeler la réserve à son secours car les Autrichiens qui occupent en face les bâtiments élevés sur les deux rives du pont, battent l'intérieur de l'ouvrage par un feu plongeant des plus meurtriers et repassent le pont de chemin de fer. [...] Le bataillon de réserve du 3e grenadier arrive bientôt dans la redoute. Le lieutenant colonel de Tryon comprend immédiatement qu'il faut enlever à tout prix les maisons de Ponte di Nuovo. Il sort de l'ouvrage, remonte le long du canal à la faveur des taillis et des couverts et se jette avec furie sur les bâtiments dont ses grenadiers brisent les portes. Ils pénêtrent dans l'intérieur et découvrent six barils de poudre destinés sans doute à faire sauter le pont.

Les défenseurs des maisons sont tous tués ou faits prisonniers. Les grenadiers repoussent ensuite les retours offensifs des Autrichiens du régiment Prince Wasa, mais ils s'épuisent bientôt dans cette lutte inégale. Le général Cler lance alors ses zouaves en avant. devant cette poussée furieuse, les Autrichiens reculent en désordre et le pont ainsi que les maisons de la rive gauche sont emportés en un instant (La Garde - Richard)". Le régiment, ainsi que tout les corps de la Garde, va alors défendre les maisons du pont pendant plus de deux heures contre les retours offensifs autrichiens et ne devra son salut qu'au retrait autrichien, menacé sur ses flancs par l'attaque de MacMahon
.

A Solférino, le régiment n'est pas engagé en première ligne.


En 1870, il subit de nouveau de lourdes pertes et perd son colonel lors de la bataille de Rezonville dans la défense de son drapeau un instant menacé : "Depuis une heure, le 3e régiment de grenadiers est attaqué avec la dernière violence. Le commandant Lavollée est blessé, le sous lieutenant porte aigle Marcel tombe grièvement atteint. Le capitaine Geoffroy qui relève le drapeau du 3e grenadier, frappé de trois blessures, le passe à un troisième officier qui roule bientôt ensanglanté.

Le colonel Cousin se précipite alors pour relever l'aigle de son régiment, mais il est criblé de balles et tombe expirant, la hampe serrée entre ses mains crispées. Le capitaine Morand, le sergent Morlas et le grenadier Hermann relèvent enfin l'aigle qu'agite frénétiquement le capitaine, groupant autour de lui une poignée de braves, résolus à le défendre jusqu'au dernier. L'assaut que vient de subir le régiment a été des plus rudes, c'est le 72e allemand qui a escaladé les hauteurs dont les grenadiers l'ont rejeté avec pertes ; son colonel et son major sont restés sur le terrain.

Le 40e prussien recueille les débris du 72e et se reporte bientôt en avant. C'est un nouvel et furieux assaut que les grenadiers du 3e repoussent encore d'une façon sanglante en tuant également le colonel Eberstein commandant le 40e régiment prussien. Mais ces succès sont chèrement payés par le 3e régiment de grenadiers. Le commandant Herbillon, blessé est obligé de quitter le champ de bataille. Le capitaine Volmérange, bien que blessé aussi prend le commandement des débris du régiment. Deux cent braves se groupent autour du drapeau ensanglanté ; quelques officiers les disposent sur la ligne de combat, prêts à repousser un nouveau mouvement offensif de l'ennemi qui se dessine.

Le 11e régiment allemand, grossi des débris du 72e et du 40e, va tenter un dernier assaut du mamelon sur lequel les grenadiers sont cramponnés. Le capitaine adjudant major Chamby, le capitaine Lavigne, les lieutenant Tabareau, Hensh, Durand, Bonie, les sous lieutenants du Ganay, Bonnardel et Deligny excitent à haute voix, à la façon des héros d'Homère, le courage de leurs vaillants soldats.

Mais la situation est si critique que les grenadiers ne songent qu'à vendre chèrement leur vie ; tout à coup la charge sonne, c'est la bataillon des chasseurs de la Garde qui s'élançant avec la plus grande vigueur, ayant à se droite le 51e de ligne, à sa gauche le 62e, dégage les débris du 3e régiment de grenadiers dont l'aigle est sauvée. Débris glorieux et qui prouvent avec quelle féroce énergie le régiment avait soutenu cette lutte sanglante contre des forces trois fois supérieures en nombre. Sur 900 hommes, il comptait 472 des siens hors de combat, sur 42 officiers, 8 étaient tués, 16 étaient blessés. (La Garde - Richard)".


Pas engagé à Saint Privat, il est finalement obligé de capituler avec le reste de l'armée à Metz.


De 1854 à 1860, les grenadiers portent l'habit bleu foncé, surmonté d'un plastron blanc (bleu en petite tenue), collet et epaulettes écarlates, pantalon bleu foncé de 1854 à 1856, puis en drap garance après cette date.

En 1860, l'uniforme des Grenadiers est modifié. En grande tenue, la longue tenue bleue à 9 tresses plates blanches remplace l'ancien habit et les buffleteries croisées des Grenadiers sont remplacées par un ceinturon blanc.


Les grenadiers portent à la manche les parements droits, avec pattes de parements blanches.

En petite tenue, un chapeau à feutre à trois corne est porté et la tunique ne comporte pas de tresses blanches. Les officiers peuvent aussi arborer le bonnet de police

Mme Mme Bourselet
Cantinière des Grenadiers









Dernière édition par jupiter le Jeu 22 Nov 2012 - 17:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4444
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 13:54


Le 1er régiment de voltigeurs est créé en 1854. Un de ses bataillon est envoyé en Crimée et y débarque le 28/1/1855, le régiment entier le rejoint en mai et reçoit son baptême du feu en mai 1855 dans le cimetierre de la quarantaine. Il se distingue lors de l'assaut manqué du 18/6/1855 en y laissant la moitié de son effectif. Lors de la prise de Sébastopol, le régiment appuie l'assaut de la division de la Motterouge sur le Petit Redan et y perd encore une grande proportion de son effectif, dont son colonel.

En 1859 lors de la campagne d'Italie, il est peu engagé à Magenta, mais contribue activement à la victoire de Solférino, y laissant environ 300 des siens.

En 1870, il est légèrement engagé à Rezonville et plus sérieusement à Ladonchamps le 7 octobre, perdant 4 officiers et 85 voltigeurs. Il capitule le 28/10/1870 à Metz.



Le 2e régiment de voltigeurs est créé en 1854. Un de ses bataillon est envoyé en Crimée et y débarque le 28/1/1855, le régiment entier le rejoint en mai et se distingue lors de la prise des ouvrages du 22 mai 1855 en perdant 14 officiers et 300 hommes. Lors de la prise de Sébastopol, le régiment appuie l'assaut de la division de la Motterouge sur le Petit Redan et y perd 5 officiers et 660 hommes.

En Italie, le régiment est peu engagé à Magenta, mais subit de lourdes pertes à Solférino.

En 1870, il est engagé à Rezonville, puis à Ladonchamps avant la capitulation de Metz.

Le 3e régiment de voltigeurs est mis sur pied en décembre 1855. Durant la campagne d'Italie, il est engagé à Solférino.

En 1870, il est brièvement engagé à Rezonville et plus sérieusement à Ladonchamps, y perdant 250 voltigeurs et 13 officiers, avant de devoir capituler à Metz.

Le 4e régiment de voltigeurs est mis sur pied en décembre 1855. Peu engagé à Magenta, il lutte activement lors de la bataille de Solférino.

En 1870, il est brièvement engagé à Rezonville et plus sérieusement à Ladonchamps où il perd 6 officiers et 130 voltigeurs, avant de devoir capituler à Metz.


En 1860, l'uniforme des Voltigeurs est modifié. En grande tenue, la tunique est bleue à 9 brandebourgs jonquille, collet jonquille et parements bleus.

Les voltigeurs portent le collet et les passepoils jonquille et des parements bleus (sans pattes), parements en pointe.

Les officiers portent les aiguillettes d'or ou d'argent. Pantalon garance avec bande en drap bleu foncé. Les voltigeurs portent le schako en cuir orné d'une plaque de cuivre à aigle.

En petite tenue, un chapeau à feutre à trois cornes est porté et la tenue ne porte pas de tresses




Dernière édition par jupiter le Jeu 22 Nov 2012 - 14:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4444
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 14:00


Le bataillon des chasseurs à pied de la Garde est créé en 1854. Le 20/3/1855 l'Empereur lui remet son drapeau aux Tuileries. Envoyé en Crimée, il laisse la moitié de son effectif (dont son chef de corps, le commandant Cornulier Lucinière) lors de la prise du petit Redan qui contribue à la prise de Sébastopol. Voici les souvenirs du capitaine Pistoulay : "En avant ! Le bataillon s'ébranle en colonne par division et nous franchissons successivement au pas de course six parallèles en sautant par dessus les parapets, sous une grêle de balles et de mitraille. Le commandant, toujours en premier, ne souffrant jamais que personne ne le devance. Notre course avait été si rapide, qu'arrivés à la dernière parallèle, c'est-à-dire en face de la batterie noire, nous n'étions plus qu'un petit nombre. Le commandant franchit le dernier parapet ; nous le suivons et nous franchissons au pas de course les quatre-vingt metres qui nous séparent de l'ennemi. nombre d'hommes tombent avant d'arriver au but. Nous voici au fossé. Nous nous y précipitons, et nous aidons des mains, nous montons à l'assaut de la courtine, le commandant à droite et moi à gauche avec quelques hommes. Le premier, il est debout sur le parapet russe, l'ennemi est là à nos pieds, pouvant nous frapper de ses baïonnettes. Le commandant élève son épée de la main droite et montre l'ennemi de la main gauche. A peine avait il articulé "en av..." qu'il reçoit en même temps un biscaïen et une balle à bout portant et qu'il roule dans le fossé. Je lui pris la main, il était mort. Son épée, à laquelle un officier avait attaché un fragment de drapeau, fut placé sur le parapet comme signe de ralliement. Plusieurs fois les Russes firent des tentatives désespérées pour l'enlever, mais sans y réussir."

En 1859, le bataillon se couvre de gloire en Italie. A Magenta, il est en réserve du corps de Mac Mahon et prend la gare de Magenta. A Solférino le bataillon est engagé sur la route qui va de Castiglione à Solférino. Il prend une batterie d'artillerie autrichienne, ecrase sous son feu le 48e régiment autrichien et lui prend son drapeau. Cet exploit vaut à l'aigle du bataillon la croix de la Légion d'Honneur, première décoration de ce type de l'histoire de France. La cérémonie a lieu le 25/7/1859 à Milan sous la direction du Maréchal Regnalt StJean d'Angely, commandant la Garde Impériale.

En 1870, il fait aussi honneur à son arme lors de la bataille de Rezonville et à Ladonchamps. Le bataillon disparaît le 28 octobre 1870, jour de la capitulation de Metz


Uniforme des chasseurs : Habit à jupe courte, avec grenades portées au collet et épaulettes vertes. En 1860, l'habit modèle 1854 reçoit 9 brandebourgs en cordonet jonquille. Pantalon mi bouffant en drap gris foncé, ceinturon avec plaque de cuivre représentant une grenade, schako en cuir.

Uniforme des officiers : Habit tunique bleu foncé à passepoils jonquille, avec jupe à plis. En 1860, la tunique de grande tenue reçoit neuf brandebourgs en cordonnet jonquille sur les devants. Le tunique de petite tenue ne comporte ni épaulettes, ni brides, mais des manches à la zouave (fendues par le dessous et ornées de noeuds hongrois dont le nombre de tresse dépend du grade). Pantalon gris de fer, avec une double bande argent sur le côté. La boucle de ceinture des officiers est ornée d'un cor entouré de lauriers. Schako en cuir noir, avec plumet (grande tenue), ou képi avec bandeau de velour noir et marques de grades en tresses en argent.


Revenir en haut Aller en bas
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4444
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 14:26


Le régiment des zouaves de la Garde est créé le 23 décembre 1854. Les hommes sont tirés des régiments de zouaves et des bataillons de chasseurs servant en Crimée. Quatre compagnies sont envoyées en Crimée et y débarquent le 28/1/1855. Le 15 mars 1855, la première revue est tenue et général Canrobert lui remet son drapeau, devant Sébastopol. Dès sa création, il est engagé au siège de Sébastopol. Lors de la prise de Malakoff, le régiment intervient en soutien dans la gorge de l'ouvrage et lutte au corps à corps pour repousser la contre attaque russe, y perdant 300 hommes sur les 590 engagés.
En 1859, le régiment subit de lourdes pertes à Magenta en forcant le ponte nuovo. La bataille lui coute 57 tués et 205 blessés sur 1000 hommes.

Entre 1860 et 1870, le régiment fait le service auprès de l'Empereur et escorte certains souverains en visite en France, notamment l'Impératrice de Russie en 1860.

En 1870, il combat à Rezonville. Le 1er bataillon arrète les prussiens devant les bois de St Arnould et le bois de Ognons, le 2nd bataillon subit sans broncher pendant de longues minutes les feux de l'artillerie ennemie. Pas engagés à Saint Privat, les Zouaves contribuent à la bataille de Ladonchamps lors du siège de Metz. A la capitulation de la place, le régiment refuse de livrer son emblème. Le 28 octobre, devant le colonel et tous les officiers réunis, l'aigle est dévissé, le pied est martelé et enterré, la cravate est répartie entre les officiers supérieurs, la soie est mise en pièces et les morceaux distribués comme des reliques aux officiers présents.

Le régiment est enmenné en captivité et ne sera pas reconstitué


Uniforme des Zouaves de la Garde : Veste et gilet en drap bleu foncé, avec tresses jonquilles (plutôt que garance pour la ligne). Pantalon de forme arabe en drap garance, avec 24 plis, ceinture en laine bleu de ciel. Chécia garance, ou turban en coton blanc.

Uniforme des officiers : La tunique d'ordonnance et de petite tenue est du modèle des chasseurs de la Garde, mais avec parement de drap garance. Pantalon garance à plis, avec bandes d'or sur le côté (en grande tenue) ou rouges (petite tenue).
Schako de drap garance avec bandeau bleu foncé, ou képi du type des officiers de zouave de la ligne, avec grenade comme attribut sur le bandeau.

La boucle de ceinture des officiers est ornée d'un "Z".


Charles Obzée Duchemin - Tambour-Major




Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 16:23

bonjour,
merci Jupiter pour cet article sur la Garde, je vous présente pour l'illustrer quelques photos d'époque de très belle qualité
LE GÉNÉRAL ST JEAN D'ANGELY commandant la Garde:


ARTILLERIE DE LA GARDE au camp de Chalons:


LES ZOUAVES:


CUIRASSIER DE LA GARDE:




Dernière édition par laurent1488 le Jeu 22 Nov 2012 - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 16:27

LES GRENADIERS:


encore les zouaves/


Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 18:57

GRENADIER DE LA GARDE:


OFFICIER DES ZOUAVES DE LA GARDE:


CAPITAINE CHAZOTTE DES ZOUAVES DE LA GARDE:


Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
skaal

avatar

Nombre de messages : 337
Localisation : Ile de france
Date d'inscription : 09/03/2010

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 19:17

Merci pour le partage de ce topo sur l' épopée de la Garde Impériale. du second empire.
N'en déplaise aux pourfendeurs de l'armée impériale de Napoléon III, Il n'y a pas eu QUE le désastre de Sedan ... mais la Crimée, l'Italie , le Mexique. Cool
Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 20:26

skaal a écrit:
Merci pour le partage de ce topo sur l' épopée de la Garde Impériale. du second empire.
N'en déplaise aux pourfendeurs de l'armée impériale de Napoléon III, Il n'y a pas eu QUE le désastre de Sedan ... mais la Crimée, l'Italie , le Mexique. Cool

et que de pages héroïques ! relire les récits de la guerre de Crimée pour s'en convaincre !
cordialement
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4444
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 20:28

Bonsoir Laurent

Un grand merci pour tes contributions, je me sens moins seul... Very Happy

Les photos sont magnifiques... drunken

/biere/
Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Jeu 22 Nov 2012 - 22:51

bonsoir Jupiter,
elle proviennent de Gallica, ou sinon on trouve tout ça sur ce très bon forum :

http://18edelignesecondempire.xooit.fr/index.php

amicalement
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
digo

avatar

Nombre de messages : 2948
Age : 61
Localisation : France
Date d'inscription : 07/04/2007

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 1:00

Merci Jupiter, cette partie du forum s'enrichit grace à toi.
Superbe post /biere/ /merci/
Revenir en haut Aller en bas
ulanen rgt 11

avatar

Nombre de messages : 584
Age : 45
Localisation : haguenau
Date d'inscription : 06/06/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 1:49

super jupi !!!!
Une remarque, pour moi l'ensemble des bataillons de chasseurs n'a qu'un drapeau dont la garde est tournante.....
Etait ce le cas sous l'empire ou le bataillon de la garde avait il son drapeau ???
/biere/'
Revenir en haut Aller en bas
LEOMONT

avatar

Nombre de messages : 1540
Localisation : VITRIMONT
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 2:11

/biere/ Ce post est trés instructif, celà fait plaisir à voir et à lire.cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4444
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 2:36

ulanen rgt 11 a écrit:

Etait ce le cas sous l'empire ou le bataillon de la garde avait il son drapeau ???
'

Bonjour Pierrick

Je pense qu'il y a un drapeau pour le bataillon de la garde...

Prenons exemple: un drapeau pour le regiment des zouaves de la garde

Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 10:08

ulanen rgt 11 a écrit:
super jupi !!!!
Une remarque, pour moi l'ensemble des bataillons de chasseurs n'a qu'un drapeau dont la garde est tournante.....
Etait ce le cas sous l'empire ou le bataillon de la garde avait il son drapeau ???
/biere/'

bonjour, quelques éléments de réponse:
le Drapeau des chasseurs est effectivement unique et tournant ( actuellement au 13éme BCA), le Drapeau des chasseur de la garde était lui aussi unique, il fut partiellement détruit le 28 octobre 1870à Metz.
ce Drapeau était du modèle 1864.
ils existe donc encore quelques fragments de ce Drapeau, le principal étant au musée de l'armée.
le musée des troupe de montagne en possède un petit fragment ainsi que SA croix de la Légion d'Honneur arboré sur son aigle dans ses réserves, je vous ferait une photo un peu plus tard.
cordialement
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 12:49

re,
voici donc ce fragment du Drapeau des Chasseurs de la Garde Impériale avec sa Légion d'Honneur.
cordialement


Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
skaal

avatar

Nombre de messages : 337
Localisation : Ile de france
Date d'inscription : 09/03/2010

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 18:13



Un sous officier des zouaves de la garde 1868 avant l'introduction du chassepot
devant un cavalier du 3 eme lancier vers 1860
Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 19:34

bonsoir,
merci skaal pour la présentation de ces deux beaux mannequins.
cordialement
Laurent
l
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
mattioli

avatar

Nombre de messages : 1778
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 28/02/2010

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 20:42

bonsoir

très belle documentations

merci

gégé

Revenir en haut Aller en bas
les alpins

avatar

Nombre de messages : 1677
Localisation : Blois
Date d'inscription : 16/07/2011

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 21:02

Bonsoir,

C'est superbe, les photos sont SUBLIMES, à tomber à la renverse...bravo2/

Du coup je n'ose pas poster mes photos perso qui feraient pâle figure...

Par contre je pense qu'il serait utile de préciser que la Garde impériale ne se compose pas uniquement d'infanterie, il y a aussi de la cavalerie (Cuirassiers, Dragons, Carabiniers, Guides, etc.) du Train des équipages, de l'artillerie, de la Gendarmerie, etc....

Bien amicalement,

Cédric
Revenir en haut Aller en bas
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4444
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 21:43

les alpins a écrit:
Par contre je pense qu'il serait utile de préciser que la Garde impériale ne se compose pas uniquement d'infanterie, il y a aussi de la cavalerie (Cuirassiers, Dragons, Carabiniers, Guides, etc.) du Train des équipages, de l'artillerie, de la Gendarmerie, etc....


Oui c'est vrai, j'ai traité pour le moment que la partie infanterie parce que le sujet est tres vaste...

Plus tard je poursuivrais avec les autres armes ( train, cavalerie,..).. study

/biere/
Revenir en haut Aller en bas
laurent1488

avatar

Nombre de messages : 1064
Age : 50
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 22:17

Ouuuups , j'ai été plus vite que la musique ! je suis passé à la cavalerie trop vite ! sorry Jupiter
cordialement
Laurent
Revenir en haut Aller en bas
http://antiqueartefact.tictail.com/
l artilleur

avatar

Nombre de messages : 300
Localisation : lorraine
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Ven 23 Nov 2012 - 22:28

super doc ! Very Happy

le mannequin de zouave est superbe sa fait plaisir de voir de belle piece

/biere/
Revenir en haut Aller en bas
elsass68

avatar

Nombre de messages : 426
Localisation : alsace
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   Sam 24 Nov 2012 - 14:07

Merci pour les photos et pour la documentions! Sujet très intéressant study
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La GARDE IMPERIALE 1870   

Revenir en haut Aller en bas
 
La GARDE IMPERIALE 1870
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les marins de la Garde Impériale
» pharmacie de garde
» La ZM-FN / Marine monte la garde au Palais Royal à Bruxelles
» Information au sujet de la garde en milieu familial n°5
» La Garde Professionnelle et les Ex Fusilliers Marin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Le militaria français 1870-1913-
Sauter vers: