AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 LES SPAHIS 1870

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4495
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: LES SPAHIS 1870   Mar 18 Déc - 10:21


Le 1er régiment de Spahis est créé le 21/7/1845. Il est engagé régulièrement dans les campagnes de la conquête de l'Algérie (notamment à Zaatcha en 1849, à Laghouat en 1852, en Kabylie en 1856). Il contribue à la création d'un escadron de spahis sénégalais qui sert au Sénégal de 1843 à 1869. Il envoie un détachement en Crimée (batailles de l'Alma, de Balaklava et d'Inkerman). En 1870, il est engagé à l'armée de la Loire.
Sous la République, le régiment envoie un escadron pour composer le régiment de marche de cavalerie du Tonkin (1885-1886), ainsi qu'un détachement pour la campagne du Dahomey (1892). Après 1907, il contribue de plusieurs escadrons aux troupes qui combattent au Maroc.

Le 2eme régiment de Spahis est créé en juillet 1845 dans la province d'Oran. Il est engagé régulièrement dans les campagnes de la conquête de l'Algérie et suit de nombreuses colonnes (capture d'Abd el Kader, expédition du Maroc en 1852, Laghouat). Il envoie des pelotons en Crimée, en Chine et en Syrie. Durant la guerre de 1870, le régiment contribue à constituer les eclaireurs algériens qui servent à l'armée de la Loire.
Sous la République, le régiment envoie un escadron pour composer le régiment de marche de cavalerie du Tonkin (1885-1886). Après 1907, il contribue de plusieurs escadrons aux troupes qui combattent au Maroc.

Le 3eme régiment de Spahis est créé en juillet 1845 dans la province de Constantine. Il est engagé régulièrement dans les campagnes de la conquête de l'Algérie et suit de nombreuses colonnes (Kabylie en 1847, puis 1857, Laghouat...) et participe au siège de Zaatcha.

C'est en 1854 que le régiment envoie pour la première fois hors d'Afrique un contingent d'un peloton pour participer à la guerre d'Orient. Après la bataille de l'Alma et les premieres semaines du siège de Sébastopol, les Spahis rembarquent en novembre 1854.

Durant la guerre de 1870, le régiment envoie un escadron fin aout, qui participe au siège de Paris. Il contribue aussi à constituer les eclaireurs algériens qui servent à l'armée de la Loire, en fournissant un escadron de 300 cavaliers.

Sous la République, le régiment participe activement aux opérations de pacification en Algérie, puis à la campagne de Tunisie (1881-1883). Il envoie un escadron pour composer le régiment de marche de cavalerie du Tonkin (1885-1886), ainsi qu'un détachement pour la campagne du Dahomey (1892). Après 1907, il contribue de plusieurs escadrons aux troupes qui combattent au Maroc.



Tenue des officiers français

En 1841, l'uniforme des officiers français est arrété : Ils portent le képi bleu de roi avec les distinctions de grade en soutache en or (chéchia en petite tenue), un spencer garance à tresses noires, un pantalon bleu de roi de forme arabe avec parment et pattes de collet garance.



Tenue de la troupe et des officiers indigenes

Veste arabe en drap garance, parements et passepoils bleu de ciel. Gilet bleu ciel, orné d'une tresse noire sur l'encolure et la poitrine, pantalon arabe bleu de ciel à plis. Ceinture en laine cramoisie. Le burnous est en drap garance. Un second burnous en étoffe de laine blanche est portée sous le burnous garance.


Les spahis français portent la chechia (laine feutre garance avec gland en soie bleue) ou le turban en étoffe croisée de coton blanc rayé de bleu.

Les spahis indigènes portent la chechia sans gland ou le haik.

Les officiers indigènes portent une veste arabe aux parements bleu de ciel, avec les marques de grades en or sur les manches.



Dernière édition par jupiter le Mar 18 Déc - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jupiter
Banni


Nombre de messages : 4495
Age : 37
Localisation : Sud....
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: LES SPAHIS 1870   Mar 18 Déc - 10:26

Mohammed Ben Hadj Driss

Fils de Driss ben Brahim den Kharfallah, chef de bonne tente de la tribu des Saharis (cerlce de Biskra) , il est né en 1839. Elève de l'école arabe française de Biskra, il reçoit une éducation très occidentalisée : parlant et ecrivant parfaitement le Français, il a habité Paris et épousera une européenne.

Engagé au 3e régiment de Spahis en 1855, son caractère et son éducation favorisent sa carrière et il est nommé Sous Lieutenant le 14/3/1865.

A la déclaration de guerre de 1870, le 3e régiment de Spahis envoie 50 cavaliers en France. Le Sous Lieutenant Ben Driss fait partie des 3 officiers du cadre. Débarqué à Marseille, le détachement rejoint Paris le 2 septembre 1870, trop tard pour rejoindre l'armée du Rhin bloquée à Metz. Il est alors rattaché à la brigade de cavalerie du général Cousin et participe à la défense de Paris, en eclairant l'armée durant l'avancée prussienne, puis en avant garde des opérations de sortie. Le 29 septembre Ben Driss se distingue lors d'une tentative sur Chevilly et l'Hay : "Le lieutenant Ben Driss se porte avec quelques spahis au devant d'un groupe de cavaliers et ayant reconnu des dragons bavarois, leur envoie une salve à 500 pas, les charge et les met en fuite. Un peu plus tard un autre groupe plus considérable est aussi contraint de faire demi tour et est vivement poursuivi (historique du régiment)". Même si la cavalerie n'a pas beaucoup d'occasion de s'illustrer durant le siège, Ben Driss s'y fait remarquer : "On causait entre officiers devant les Prussiens pendant que le canon grondait et que la fusillade roulait, de la manière de combattre des Arabes. Ben Driss, sans rien dire, prend le fusil d'un de ses hommes, enlève son cheval au galop et charge à fond de train sur les Allemands qui ne peuvent comprendre ce que leur veut ce cavalier isolé dont le grand burnous rouge flotte au vent, qui pousse des cris rauques en brandissant son fusil et en labourant de ses coubour (éperons) les flancs de son noir coursier. Arrivé à 200 m des Prussiens, sans arrêter sa monture, il vise, tire et tue un officer supérieur ; retourne son cheval par une brusque pirouette sans lui faire quitter le galop et, tout en déchargeant son révolver sur l'ennemi qui lui envoie de nombreuses balles, il revient auprès des officiers français ses camarades et leur dit : "Voilà la guerre des Arabes". (L'Afrique Occidentale : Paul Soleillet)". Pendant la Commune il est blessé le 22/5/1871 lors de l'entrée des troupes dans la capitale et est promu Lieutenant le 22/7/1871.

En 1871, l'agitateur Bou Choucha recrute un parti de Touareg et de Chambaa et terrorise la région de Ouargla au sud et entre à Touggourt dont il massacre la garnison. Ben Driss, rentré en Algérie, participe à la colonne Galliffet qui, avec le 3e escadron du régiment, atteint El Goléha en janvier 1873 et marque les esprit des populations saharienne, l'armée française n'étant jamais descendue autant au sud. Ben Driss est alors nommé Agha de Ouargla, chargé de mettre fin à l'agitation. Sous son habile direction, son frère Saïd à la tête de 200 hommes montés sur chameaux, parvint après une marche difficile à mettre en fuite Bou Choucha en juillet 1873, puis lors d'une nouvelle opération en mars 1874 à détruire sa troupe et le capturer après un raid de 900 km à travers le désert. Ben Driss est alors nommé Agha de Touggourt et il est remplacé par son frère à Ouargla. Il est aussi promu officier de la Légion d'Honneur avec un élogieuse citation : "vingt ans de services effectifs, vingt campagnes, s'est particulièrement distingué lors de l'expédition dirigée par les goumes du caïd d'Ouargla contre le prétendu chérif Bou Chouche - services exceptionnels". Il contribue alors à pacifier le Sahara et à développer le commerce entre Ouargla et le Tidikelt et crée au bordj de bab Mendil une ferme modèle où il développe la culture du coton. Des événements le forcent néanmoins à démissionner de son poste et il retourne dans son régiment où il est promu Capitaine le 23/7/1878.

Mis en non activité en 1882.

Revenir en haut Aller en bas
 
LES SPAHIS 1870
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La guerre de 1870-71 en images
» De la même eau que pour les Spahis!!!
» Victimes de la Guerre 1870-1871 originaires de la Gironde
» Guerre de 1870 - liste des conscrits
» Le grand feu de 1870 au Saguenay et au Lac-St-Jean.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Le militaria français 1870-1913-
Sauter vers: