AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 de l'histoire des Luftschiffer-Bataillon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L44LZ77



Nombre de messages : 282
Age : 50
Localisation : Eyguières
Date d'inscription : 07/02/2010

MessageSujet: de l'histoire des Luftschiffer-Bataillon   Sam 19 Jan 2013 - 23:48

Bonjour à tous,
Tout d’abord je vous présente mes meilleurs vœux pour 2013, espérant que le nombre 13 vous porte chance.

Mütze07 m’a demandé quelques informations sur la création des unités de zeppelins, je saisis donc cette occasion pour vous faire profiter des quelques connaissances que j’ai amassées au fil du temps. Je vais essayer de vous présenter une situation suffisamment exhaustive, sachant que, comme tout ce qui touche à l’armée impériale allemande, le sujet est très complexe. La littérature moderne consacrée aux dirigeables allemands n’est somme toute pas très nombreuse et elle traite peu de l’organisation de cette arme apparue bien avant 1914 donc antérieurement à l’aviation. Le document le plus complet que j’ai trouvé jusqu’ici a été écrit par M. Harry Redner.

L’histoire de l’aérostation militaire allemande commence en mars 1884, avec la création d’un « Ballon-Detachement » qui met en œuvre des ballons captifs (Fesselballon également appelés « Drachen ») dédiés à l’observation. Ce détachement est stationné à Berlin et dépend de l’armée de terre, la Heer, le personnel provenant du Eisenbahn-Regiment 1. Il est transformé en Luftschiffer-Abteilung, soit section d’aérostiers, le 1er avril 1887. A cette époque ; l’unité ne compte guère, au total, qu’une quarantaine d’officiers, de sous-officiers, de soldats et de personnel civil, et n’a pas encore de numéro d’ordre. Les hommes portent l’uniforme des Eisenbahntruppen, mais un L jaune remplace le E sur la patte d’épaule qui est, elle, de couleur rouge.

Le 1er avril 1899 est créée l’inspection pour les troupes de communications, les fameuses Verkehrstruppen. Y sont progressivement rattachés la brigade des chemins de fer de l’armée, les unités de télégraphie, le génie et la section d’aérostation.
A Manzell, près de Friedrichshafen, a lieu, le 2 juillet 1900, l’évènement qui va lancer la carrière des mastondontes de l’air : le premier vol d’un zeppelin, le L.Z. 1. Les autorités militaires se montrent tout d’abord sceptiques sur l’emploi d’un tel engin au combat. Et si le Luftschiffer-Bataillon 1 nait le 1er octobre 1901, à Berlin, il n’est pas question de le doter de dirigeables. Les militaires continuent donc d’utiliser les seuls ballons captifs.

Comptant environ 350 hommes, le Luftschiffer-Bataillon 1 se compose de deux compagnies et d’une section de cordages. En 1906, le Major Hans Gross en prend le commandement. Associé à l’ingénieur Nikolaus Basenach, il s’est lui aussi lancé dans la conception puis la construction d’aéronefs. Son choix a porté sur le semi-rigide dont la forme est maintenue par une quille rigide et par la pression des gaz. Son idée ne remporte, toutefois, pas plus de succès auprès des autorités gouvernementales.

Aussi, il faut encore attendre deux ans pour que, constatant les progrès accomplis par le compte Ferdinand Zeppelin et son ingénieur en chef Ludwig Dürr, le véritable père des « rigides » allemands, le gouvernement impérial se décide à acquérir une machine. Mais seule l’armée de terre a manifesté un intérêt, la marine impériale considérant les dirigeables peu fiables et, de fait, impropres à une utilisation militaire.

Le tout premier dirigeable livré officiellement à la Heer, le 10 novembre 1908, est donc un zeppelin le L.Z.3, Militär Z.I. L’armée n’a en effet pas confiance dans les aéronefs dépourvus de carcasse car elle les juge trop fragiles. Construite en 1906, la machine a commencé sa carrière comme aéronef civil, parcourant plus de 4000 km en 2 ans. Affectée à Metz, en juillet 1909, elle sert de dirigeable-école jusqu’en 1913, année de sa réforme.

J’ouvre une parenthèse pour préciser que la société Zeppelin n’a pas été pas la seule, en Allemagne, à construire des ballons. Outre Gross-Basenach, déjà évoqué, Schütte-Lanz produisait des dirigeables à structure de bois et Parseval, des aéronats souples (rigidité assurée par la seule pression des gaz contenue dans l’enveloppe). Mais ce sont les zeppelins qui ont équipé majoritairement les flottes commerciales et surtout militaires, à un point tel que le nom est vite devenu un terme générique pour désigner ce type d’aéronefs, y compris les quelques exemplaires mis en œuvre par les alliés.

En octobre 1909, les dirigeables sont employés pour la première fois en opération lors des grandes manœuvres qui se déroulent dans la région de Cologne. Y prennent part le Z.II (L.Z. 5), le P.I, M.II-a et le P.L. 3. Les essais se montrent si satisfaisants que l’année suivante le Luftschiffer-Bataillon. 1 ainsi que les Z.II, P.II et M.Ib sont inclus dans le dispositif des grandes manœuvres d’octobre en Bad-Homburg. Malgré la perte accidentelle du Z.II, le Kaiser, présent sur les lieux, est séduit par les perspectives d’utilisation de ces géants de l’air tant pour l’observation que pour le bombardement. D’autant plus que les Français ont pris une avance considérable dans le domaine. En effet, si l’aviation commence à percer en France, ce sont les partisans du plus léger que l’air, ceux que l’on nomme les « dirigeabilistes », qui jouissent des faveurs de l’administration militaire. Le pays s’est d’ailleurs lancé dans un programme visant à le doter de moyens performants pour l’observation du champ de bataille. De ce côté-ci du Rhin, ce sont les ballons souples qui ont la préférence. L’Allemagne donne donc une nouvelle impulsion, le 1er octobre 1911, en créant les Luftschiffer-Bataillon 2 et 3 à Cologne, pour mettre en œuvre les dirigeables. Les « Drachen » continuent, quant à eux, d’être servis par le LB 1 et le bataillon bavarois mis sur pieds en même temps que les LB 2 et LB 3.

Dans le même temps, la tenue des aérostiers évolue légèrement. Pour les troupes au sol, la patte d’épaule devient grise et le numéro du bataillon est ajouté au L de couleur rouge ; pour le personnel de bord, la patte d’épaule est noire et marquée d’un L de couleur dorée. Des insignes de spécialité apparaissent également, pour les hommes embarqués. Ils sont généralement brodés de fil blanc sur un fond noir cerclé de rouge, et de forme ronde. On trouve un gouvernail pour les timoniers, pilotes de l’engin ; deux hélices croisées en leur axe, pour les mécaniciens.

La marine impériale finit, elle aussi, par trouver un intérêt à la « nouvelle arme ». En octobre 1912, elle reçoit sa première machine. Il s’agit là encore d’un zeppelin, le L.Z. 14, qu’elle baptise le L. 1. Il n’existe à cette époque aucune base aéronavale. Aussi, un terrain civil situé près de Hamburg devient le port d’attache pour les patrouilles en mer du Nord. En 1913, le second zeppelin, le L.2 (L.Z. 18) entre en service. Mais la carrière des deux aéronefs sera de courte durée. En effet, en octobre de la même année, le L. 1, pris dans une tempête au cours d’une mission, s’abime en mer. L’équipage est tué. Quelques jours plus tard, le L. 2 tombe à son tour. L’enquête démontrera qu’une erreur humaine est à l’origine de la catastrophe. L’armée de terre va tirer profit de la situation en accusant les marins d’incompétence grave. Doté depuis le 1er octobre 1913 des 4e et 5e Luftschiffer-Bataillon, le haut commandement de la Heer va réclamer l’exclusivité de l’utilisation des dirigeables. Il l’obtiendra un temps. En effet, à la mobilisation la Heer met en ligne une dizaine de machines, contre une seule pour la marine ( le L. 3 ou L.Z. 24, remplaçant les aéronefs détruits, ne lui est attribué que le 11 mai 1914 ) et l’organisation territoriale de la nouvelle arme répond aussi bien à une logique d’emploi stratégique qu’à la nécessité de disperser les unités pour diminuer leur vulnérabilité en cas de conflit. Ainsi, le LB 1demeure à Berlin, sous commandement du Garde Korps. Il est renforcé par l’état-major et la 1ère compagnie du LB 2 dont la 2e compagnie est à Hannovre et la 3e, de composition saxonne, se trouve à Dresde. L’état-major et la 1ère compagnie du LB 3 sont affectés à Cologne ; la 2e compagnie, à Düsseldorf ; la 3e à Metz puis à Darmstadt. Le 4e bataillon compte lui quatre compagnies. La 1ère et l’état-major sont à Mannheim ; la 2e, à Metz-Frescaty ; la 3e à Gotha puis à Lahr ; la 4e, unité württembourgeoise, à Friedrichshaffen. Le LB 5 couvre le secteur de Prusse oreintale. Sa 1ère compagnie stationne à Königsberg (actuellement Kaliningrad, Russie) après un passage par Allenstein (Actuellement Olsztyn, Pologne) ; la 2e et l’état-major occupent tout d’abord le terrain de Liegnitz (actuellement Legnica, Pologne) ; la 3e est à Schneidemühl (actuellement Piła, Pologne).

Voilà succinctement résumé, l’organisation des « zeppelins militaires » jusqu’en 1914. Cette structure, à l’instar des autres, évoluera de manière significative pendant la Grande Guerre. Ceci fera l’objet d’un prochain chapitre, le temps de mettre en ordre « ma doc » sur le sujet. Bien entendu, le sujet étant complexe, je n'ai pas la prétention de tout connaître, bien au contraire. Je suis donc ouvert aux critiques et aux informations de nature à faire progresser ce modeste dossier.

L44LZ77
Revenir en haut Aller en bas
mutze07

avatar

Nombre de messages : 1031
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 06/03/2010

MessageSujet: Re: de l'histoire des Luftschiffer-Bataillon   Dim 20 Jan 2013 - 14:36

Bonjour,

Un très beau travail. Bravo.
Un Grand Merci.

Bon dimanche.

mutze07
Revenir en haut Aller en bas
minen

avatar

Nombre de messages : 1617
Age : 44
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 01/07/2006

MessageSujet: Re: de l'histoire des Luftschiffer-Bataillon   Dim 20 Jan 2013 - 17:02

Bonjour,

Merci beaucoup pour le partage de cet exposé très intéressant !

/biere/

Stephan
Revenir en haut Aller en bas
http://plaques-identite.eu/
le rampant

avatar

Nombre de messages : 1199
Localisation : lorraine
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: de l'histoire des Luftschiffer-Bataillon   Dim 20 Jan 2013 - 23:32

Merci pour ce condensé de l'histoire de l'aérostation allemande d'avant 14 bravo2/


Bon mon p'tit côté critique c'est le manque d'illustration, je pense que tu aurais pu nous mettre quelques photos de drachen, de zeppelin et de Schütte-Lanz, de patte d'épaule, d'insigne de spécialité... pour que cela soit compris par tous.
Je connais au moins un membre du forum qui a quelques morceaux de Schütte-Lanz en bois, structure légère mais tellement déformable face à l'humidité, si il nous lit /biere/
Bon j'y ai pris du plaisir et appris des choses mais je suis comme un gosse, j'aime les images Very Happy

Au plaisir de lire la partie concernant la guerre cheers

Sam


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: de l'histoire des Luftschiffer-Bataillon   

Revenir en haut Aller en bas
 
de l'histoire des Luftschiffer-Bataillon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du BATAILLON DE TIRAILLEURS SOMALIS au 5ème RIAOM
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Aviation-
Sauter vers: