AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 exploit début de guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fix



Nombre de messages : 116
Localisation : lyonnais
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: exploit début de guerre   Lun 17 Nov 2014 - 13:03


Bonjour à tous !!

Je recherche des renseignements ( pilote et escadrille,unité ) sur un acte de bravoure qui s'est déroulé le 22 août 1914 ; Il s'agit d'un Farman envoyé par l'armée RUFFEY 3ème armée ,
sur le plateau de la forteresse de Longwy...il essaye de descendre un ballon d'observation allemand qui renseigne les batteries d'artillerie installées à Latiromont ...il échoue et manque d'être touché ...il tombe en vrille sur Longwy ...il redresse et atterrit pour finir sur le plateau sous la mitraille !!il pourra redécoller et regagner Verdun !!

/merci/ de votre aide !!
Revenir en haut Aller en bas
Claude Thollon-Pommerol



Nombre de messages : 42
Localisation : Jura
Date d'inscription : 05/08/2011

MessageSujet: Lieutenant Roeckel   Lun 17 Nov 2014 - 14:44

Bonjour

Il s'agit très probablement du lieutenant Roeckel de la HF 7,exploit qui lui vaudra la Légion d'honneur.
Voir
http://www.asoublies1418.fr/Default.asp?357332D3741663E626133D0763626C566B3665F672D3655672646836721665356662365339933D466907261330633D466936263765973D66736231D23D07746237733D366E62399336233DE6

Cordialement
Claude
Revenir en haut Aller en bas
http://www.asoublies1418.fr
fix



Nombre de messages : 116
Localisation : lyonnais
Date d'inscription : 16/12/2012

MessageSujet: Re: exploit début de guerre   Lun 17 Nov 2014 - 23:12

/merci/ encore de votre aide !! je vais consulter tout ça !!
bonne soirée !!
Revenir en haut Aller en bas
geromino

avatar

Nombre de messages : 320
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: exploit début de guerre   Mer 19 Nov 2014 - 23:04

Bonsoir à tous et à vous deux,

Le récit complet et détaillé est rapporté par l'acteur principal lui-même au travers d'une lettre à son père du 23 aout intégralement retranscrite dans le livre de Jacques Mortane “ la guerre des nues racontées par ses morts”
L'exploit lui a valu la légion d'honneur.

Bonne soirée
Revenir en haut Aller en bas
geromino

avatar

Nombre de messages : 320
Age : 51
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 16/10/2009

MessageSujet: Re: exploit début de guerre   Mar 25 Nov 2014 - 13:09

Bonjour Fix et à tous,

La dite lettre du 23 août 1914 du Lieutenant Roeckel à son père :

Mon cher papa,
Je suis heureux d'être encore de ce monde pour vous conter ce que j'ai vu, ce que j'ai fait hier. Je suis dérangé à chaque instant par des camarades, par des chefs qui viennent me féliciter et m'embrasser, mais je tiens à vous écrire tout de suite, car ma pensée est avec vous et je sais que si quelqu'un doit se réjouir de mes actes, c'est vous.
Parti hier en reconnaissance au-dessus de la grande bataille livrée entre Virion et Longwy, apercevant un dirigeable allemand au sol, je me suis dirigé vers lui pour l'arroser de mes fléchettes, malgré la canonnade qui m'avait accueilli dès que je me trouvais à portée. A la deuxième salve un obus explosif me faisait piquer une tête (ces obus ont leur maximum de puissance par le souffle plus que par les projectiles, étant chargés de mélinite). Après bien des efforts j'arrivais à me redresser, mais les obus continuaient à éclater comme des tonnerres autour de moi. Je ne voyais plus rien. Tout à coup, un bruit formidable dans mon appareil, le moteur s'arrête... mon appareil, projeté, retourné par le souffle d'un obus plus rapproché, commence à dégringoler à l'envers.
Descente vertigineuse de 2 000 mètres et rien à faire pour le rétablir les commandes ne répondent pas. Je traverse une couche de nuages, puis j'aperçois, au-dessus de ma tête, Longwy (la citadelle) en flammes el c'est exactement au milieu de la fournaise que je suis précipité !
Vers 1 000 mètres peut-être, la position de l'appareil change. Il descend en vrille autour de l'extrémité de l'aile gauche à une vitesse vertigineuse. Je fais des efforts désespérés pour le rétablir, et comme mon observateur me crie des paroles inintelligibles : « Allez vers le sud, remettez le moteur... » je me tourne vers lui : «  Il n'y a rien à faire, mon capitaine, l'appareil est démoli  »
Et la descente continue, terrifiante « A 200 mètres des flammes, la descente ralentit légèrement. Est-ce la chaleur, que l'on sent déjà, qui a produit un remous ascendant favorable ? Mon appareil commence à répondre. D'un effort violent, avec la rage du désespoir, je le remets droit. Mais où atterrir ? A la citadelle en feu ? Là, au moins, je ne serai pas prisonnier.
Le capitaine me crie : « Là-bas au milieu des troupes. — Ce sont peut-être des Allemands ! » Ces troupes rampent au milieu des obus au sud de la route qui va vers Longuyon et gagnent la roule. J'ai l'idée d'atterrir dans le ravin boisé, au sud-est, comptant sur un retour offensif des nôtres que j'attendrai dans la forêt en me défendant de mon mieux. A 100 mètres, je reconnais nos braves fantassins, je me crois sauvé, j'atterris le plus près possible d'eux... et je me pose sous une grêle d'obus et de balles. Les fantassins se replient en rampant parce que la position n'est plus tenable. Les balles sifflent autour de moi.
Instinctivement  je baisse la tête une seconde seulement, — puis je descends de l'appareil; le sol est jonché de cadavres el de blessés qui se traînent. Au moment où je pose le pied à ferre, un obus tombe à 5 mètres, je me couche, les éclats passent au-dessus de moi... Je ne fais plus attention aux balles, mais les obus m'abrutissent aillant par leur bruit que par leur action. Ce ne sont qu'explosions autour de moi, un mélange de terre noire et d'éclats. Le capitaine veut rejoindre nos troupes, je lui dis de me mettre en roule. Je remonte sur mon appareil el ce brave capitaine, avec beaucoup de sang-froid (il n'a jamais mis de moteur en marche et me le répète), tourne l'hélice sous une grêle de balles. A ce moment l'une d'elles fait un sillage dans l'hélice, une autre traverse le longeron inférieur contre lequel mon observateur se tient, et tant d'autres qui nous sifflent aux oreilles ! Malgré cela il réussit à me mettre en marche. Je lui crie de monter et nous partons. Je ne sais si l'appareil est en état de voler, el quel terrain de départ! Tant pis ! Je roule ventre à terre el, à mesure que j'avance, quatre obus tombent successivement juste devant moi (je ne parle pas des autres), comme si je courais à eux. Je décolle, mon appareil est déséquilibré, mais il s'agit bien de conduite d'appareil /... Je ferais trente-six loopings pour échapper à cet enfer. C'est quelque chose de terrifiant ! J'essuie encore quelques balles françaises des tirailleurs retranchés le long de la roule (insignifiant !) et je rentre clopin-clopant au nid.
Maintenant que je vous ai conté mon équipée, le moment est venu de vous apprendre, pour le bouquet... que je vais être décoré de la Légion d'honneur ! J'aurais voulu vous annoncer que je le suis déjà, mais j'étais si pressé de vous écrire, et puis, sait-on jamais, en campagne, où l'on sera le lendemain ?... Enfin, dès que j'aurai la croix sur ma vareuse, je vous en ferai pari, car vous en serez aussi heureux que moi et ma plus grande joie, à moi, sera de vous l'apprendre. J'ai trouvé vos lettres en revenant, je les conserverai précieusement; j'en pleurais d'émotion, content de m'être rendu digne de loi, papa, après tous les beaux sentiments que j'y trouvais. Ai-je besoin d'ajouter que je suis allé à la messe ce malin pour remercier le ciel de sa protection et prier pour vous, pour la France et pour moi. La sauvagerie des Germains n'a plus de bornes. Tout village français ou belge évacué est incendié; les détails sont tellement horribles qu'on n'ose les écrire. Et quelle fourberie dans les attaques ! Hier, devant un assaut du 113e, ils faisaient sonner par leurs clairons : « Cessez le feu » et criaient : « Belges ! Belges ! » pour canarder à bout portant nos braves fantassins. Ils paieront tout cela et le paieront cher !

/biere/ Géro
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: exploit début de guerre   

Revenir en haut Aller en bas
 
exploit début de guerre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La guerre du Vietnam
» La Guerre Froide
» Dans quelle arme serviriez vous en cas de guerre?
» Prisonniers guerre 39/45 - FRABOLOT
» reportage sur les cites de la 1ere guerre Iepre Sailant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Militaria :: Aviation-
Sauter vers: