AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:01

Lettre n°18

Halloville, le 5.9.1915 [Meurthe-et-Moselle]

Chers parents,
Par la présente, je vous fait part que, lundi dernier, nous avons échangé notre cantonnement avec le 2ème bataillon.
Nous sommes partis de Pfalzburg [sic, lire Phalsbourg, Moselle] vers Dreihaüsser [Trois Maisons, Moselle, Sud de Phalsbourg] le 20, et le 2ème bataillon est allé à Phalsbourg. Là, nous avons couché à l’école, mais chaque homme a reçu une paillasse et une couverture de laine.
Mais là, cela ne nous plaisait pas tellement, car on ne pouvait rien y acheter, si nous voulions quelque chose, il fallait aller à Pfalzburg [sic].
Hier matin, vers 8 heures, on est de nouveau parti vers Lützelburg [Lutzelbourg, Moselle], où nous avons été de nouveau embarqué. A 10 heure et demie, nous nous sommes en allés et à 1 heure, nous sommes arrivés à Rixingen [Réchicourt-le-Château, Moselle], à côté d’Avricourt [Moselle / Meurthe-et-Moselle]. Là, on nous a distribué à manger et vers deux heures, nous nous sommes mis en marche par Blamont [Meurthe-et-Moselle] et à 6 heures nous sommes arrivés à Halloville, où l’ennemi se trouve à 2 kilomètres.
La 1ère section vient en première position, la 2ème en réserve, et nous la 3ème, nous restons en repos dans le village, et ce soir nous allons relever la 1ère section.
C’est ici une position très tranquille, mais nous n’y resterons que 15 jours. Le régiment de l’armée territoriale qui loge là part 15 jours dans la région de Pfalzburg [sic], et après leurs journées de repos, ils reviendront de nouveau dans leur ancienne position.
Le village est peu touché par les bombes, et l’intérieur est encore assez bien aménagé. La 3ème compagnie du régiment de l’armée territoriale possède aussi 3 vaches, des cocons et des poules, dont un homme est chargé de prendre soins. Ils ont aussi déjà conservé une quantité de pommes dans de la paille placée dans des paniers, au cas où il y aurait une campagne d’hiver : le débonnaire Saxon ne semble pas être tellement nigaud ! Des pommes, il y en a ici des quantités !
Je me demande bien si vous n’avez pas reçu mon télégramme d’il y a 8 jours hier, télégramme dans lequel je vous demandais de l’argent. Je suis allé chaque jour à Pfalzburg [sic] pour voir s’il y avait quelque chose, mais en vain. Les paquets et autres courriers, je n’en ai pas reçu non plus. Par chance, le mulhousien a reçu de l’argent et il m’en a prêté, sinon nous aurions été là tous les deux « à sec », mais d’autres courriers, il n’en a pas non plus reçus.
Peut-être la poste est-elle de nouveau fermée pour nous ! Il y a 3 semaines, il faut dire que nous recevions des paquets et des lettres sur lesquels il était écrit « Retardé pour des raisons militaires ». Si DIE... devait recevoir encore de l’argent, j’ai réglé la chose avec lui. Si vous ne m’en avez pas encore envoyé, alors vous pouvez m’en expédier, et sans doute, je crois que cela serait le mieux par une lettre recommandée, pour que je sois de nouveau libéré de mes dettes.
Vous pouvez maintenant m’envoyer des paquets de nouveau comme autrefois, un peu plus souvent de la confiture.
Je ne sais plus rien de Marcel depuis 15 jours.
Sinon, cela va toujours bien chez moi, et j’espère qu’il en est de même pour vous.
Dans l’attente d’une paix prochaine, on vous salue de tout cœur.

Eugène


Dernière édition par medaille59 le Dim 7 Sep 2008 - 8:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:02

Lettre n°19
Lettre de Johann HEC..., camarade d’Eugène

Le 19 septembre 1915.

Estimé monsieur B... ,
De la part de votre fils, je me résigne à vous faire savoir que cette nuit, il a été légèrement blessé au cou. Les blessures ne sont absolument pas graves, vous devez être tranquille la-dessus : c’était seulement par un petit éclat de shrapnell qui l’a éraflé au cou et à la joue. Pendant toute la nuit, il était pleinement conscient, et il a été expédié ce matin à l’hôpital, mais il pouvait encore très bien marcher. J’ai aider à le ramener à l’arrière, et là il me donna plusieurs fois la mission de vous en informer. Dès qu’il sera à l’hôpital, il vous informera lui-même de cela. Sinon, pas grand chose de nouveau, sinon beaucoup de salutations, et un prochain et heureux retour à la maison.

Réserviste Johann HEC...
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:04

Lettre n°20
(Carte)

Saarburg, le 19. sept.1915 [Sarrebourg]

Chers parents,
Par la présente je veux vous faire savoir que depuis hier, je suis couché ici dans l’hôpital de la garnison.
Samedi soir à minuit, j’ai été légèrement blessé à la joue gauche par un obus, et j’y ai gagné également une contusion au cou. Mais la chose n’est pas d’importance : j’ai certes des douleurs au cou et à la poitrine, mais ça sera passé en quelques jours.
En attendant, je vous salue bien.

Eugène

Je vous écrirai une lettre quand je pourrai quitter le lit.


Dernière édition par medaille59 le Dim 7 Sep 2008 - 8:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:05

Lettre n°21

Sarrburg, le 21 sept. 1915 [Sarrebourg]

Cher parents,
Par la présente, je vous fait part que pour moi, cela va de nouveau assez bien. Je n’ai plus la tête bandée, mais je ne peux pas encore vraiment la bouger, car mon cou est encore un peu enflé.
Maintenant, je vais vous faire savoir comment la chose s’est produite.
Nous avions soutenus toute la journée le feu de l’artillerie, si bien que nous pensions que les français avaient le projet de faire une attaque, et c’est pourquoi nous avions renforcé nos sentinelles de nuit.
J’étais de faction de 11heures à 12 heures. A minuit, je suis allé dans l’abri, je réveillais ma relève et je suis ressorti : c’est là que les choses ont du se produire.
A 12 heures ½, je reviens à moi : j’étais couché dans l’abri, la tête bandée, et alors j’ai dû d’abord demander à mes camarades ce qui m’étais arrivé, si j’avais été blessé par un coup de fusil ou une grenade. Alors, ils m’ont dit qu’à minuit les français avaient envoyé de notre côté 12 obus : j’ai dû probablement recevoir quelque chose des premiers obus, car je n’ai pas entendu une seule décharge.
Ils m’ont dit qu’un éclat d’obus m’était entré dans la joue et ressorti par le cou, mais ensuite le médecin a constaté que j’avais été touché par un éclat seulement à la joue, ce que j’avais au cou devait plutôt provenir d’une pierre.
Je restais alors couché dans l’abri jusqu’au matin et je fus conduit ensuite à Halloville, à l’infirmerie ; là je suis resté couché jusqu’à 2h de l’après midi, heure à laquelle on est venu me chercher en ambulance automobile.
Nous étions 2, et on en a encore cherché 2 autres. A Blamont, nous avons été amenés à l’hôpital et tout de suite mis au lit. J’étais à peine depuis 10 minutes au lit qu’il fut question que moi et un collègue de ma compagnie, nous partirions plus loin, vers Sarrburg. On nous a de nouveau portés dans l’automobile, et alors on est parti pour Sarrburg à l’hôpital, où cela me plait beaucoup.
Je veux encore vous faire savoir que le même jour, nous avons reçu deux obus sur notre abri, mais celui-ci est construit « à l’épreuve des obus ».
Lorsque je suis arrivé à Sarrburg, je vous ai envoyé le lendemain une carte avec mon adresse, mais chaque jour, j’ai attendu en vain une réponse.
Dans l’attente d’une prompte réponse, je vous salue de tout cœur.

Eugène

3/88 Res. Laz. 1 Block 2 Sarrburg
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:05

Lettre n°22

Saarburg, le 29 sept. 1915

Chers parents,
J’ai reçu avec joie votre lettre du 11 et celle du 19 de ce mois ; sans doute avez vous maintenant reçu ma lettre du 21.
En ce qui concerne ma santé, cela va mieux de jour en jour, mais je devrai cependant rester encore plus longuement ici, car aussi longtemps que je ne peux pas de nouveau remuer la tête, je ne quitterai pas l’hôpital. Mon cou est encore toujours enflé et j’ai aussi encore toujours des bourdonnements d’oreille.
Vous m’écrivez que vous m’avez envoyé une lettre chargée de 20 marks, mais jusqu’à aujourd’hui, je ne l’ai pas encore reçue. Comme je le suppose, elle est repartie en « retour » (en français dans le texte), car probablement la compagnie ne connaissait pas ma nouvelle adresse.
Aujourd’hui, j’ai aussi écrit une lettre à HEC... , pour qu’il vérifie ce qui est arrivé avec votre lettre. Si vous l’avez de nouveau reçu en retour, vous pouvez alors me l’envoyer ici. Vous n’avez pas besoin de m’envoyer de paquet aussi longtemps que je suis ici. Des cartes de la poste aux armées, j’en aurais suffisamment, envoyez-moi plutôt du papier à lettre.
Heckele a reçu 4 paquets, il ne m’en manquerait plus qu’un, cela devrait être sans doute le n°189.
De Marcel, je ne sais plus rien depuis assez longtemps. Je lui ai écrit d’Halloville et d’ici, mais pas de réponses. Maintenant, je ne vais naturellement pas lui écrire, jusqu’à ce que j’ai sa nouvelle adresse.
Si je devais encore recevoir du courrier à ma compagnie, il me sera envoyé ici, car j’ai envoyé ma nouvelle adresse à la compagnie.
Dès que vous aurez l’adresse de Marcel, pourriez vous me l’envoyer ? Il a sans doute été renvoyé au bataillon de dépôt, où il sera de nouveau examiné pour savoir s’il est bon pour le service de campagne ou le service de garnison, et de là il obtiendra probablement une permission.
En espérant une prochaine réponse, je vous salue de tout cœur.

Eugène

Salutations à Sœur Octavienne.
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:06

Lettre n°23
(Carte)

Sarrburg, le 30 sept. 1915

Chers parents,
Par la présente, je vous fais savoir que je suis de nouveau rétabli, et aujourd’hui, je serai de nouveau renvoyé à mon peloton au front.
J’attendais encore toujours une réponse à ma dernière lettre, mais en vain.
Je vous écrirai une lettre lorsque je serai sur les lieux.
On vous salue.

Eugène

Écrivez moi de nouveau à l’ancienne adresse.
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:06

Lettre n°24
(Carte)

Champagne, le 4.10.1915

Chers parents,
Par la présente je vous fait part que je suis parti de Sarrebourg jeudi soir vers 9h et vendredi soir, je suis arrivé à Vouziers [Ardennes].
Hier, je suis de nouveau revenu à ma compagnie. Je me retrouve en attendant à l’infirmerie.
A la réception de cette carte, vous pourrez tout de suite m’envoyer du courrier. J’ai aussi de nouveau besoin de chaussettes.
Sinon, je vais encore bien et j’espère la même chose pour vous.
Je vous salue tous.

Eugène
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:07

Lettre n°25
(Carte)

Vouziers, 19.10.15

Chers parents,
Par la présente je vous fais part que j’ai été de nouveau légèrement blessé.
Hier matin, vers 3h, nous avons essuyé un tir d’artillerie, d’où j’ai reçu un éclat d’obus au côté droit dans le dos.
Mais ne vous faites pas de soucis, car ce n’est pas grave, pour ainsi dire seulement une blessure superficielle.
Mais vous n’avez plus besoin de m’écrire, jusqu’à ce que vous ayez ma nouvelle adresse que je vous enverrai immédiatement, quand je serai arrivé à l’endroit où je vais aller.
En attendant, je vous salue.

Eugène
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:08

Lettre n°26

Sedan, le 20.10.1915

Chers parents,
Vous devez bien avoir reçu ma carte du 18 de ce mois, dans laquelle je vous faisais savoir que j’avais de nouveau été blessé. Effectivement, je me trouve à l’hôpital militaire de Sedan et je veux vous raconter brièvement comment la chose s’est passée.
J’étais sur le « rideau de protection », ce qui veut dire derrière le réseau de fils de fer, à guetter si l’ennemi venait. A 1h1/2, nous sommes montés et nous devions être relevés à 3h1/2.
A 3 heures, nous avons essuyés le feu de l’artillerie ; comme je le suppose, le « français » [écrit « Franzman »] a du remarquer quelque chose. Le premier obus est passé rapidement juste au dessus de ma tête, j’ai posé ma tête au ras du sol : d’ailleurs on ne peut rien faire d’autre, car on se tient à l’avant, en rase campagne. Un deuxième obus arriva, de même un troisième, par lequel je fus touché. Aussitôt je rampais à quatre pattes vers l’arrière par dessus le couvert, dans l’abri, où les infirmiers furent dépêchés et m’ont pansé. Deux de nos hommes furent encore blessés, mais très grièvement. Ensuite, nous avons été emmené au poste de secours. Alors l’un de nous est mort à côté de moi, pour l’autre il est douteux qu’il se rétablisse.
Dans l’abri, nous sommes restés couchés jusqu’au soir à 8 heures, puis nous avons été transportés à ½ heure de là, où nous avons attendu une voiture qui est venue nous chercher vers 10 heures.
A minuit, nous sommes arrivés à Séchault [Ardennes, 15 kilomètre de Vouziers] où nous avons été nouvellement pansé. Nous avons reçu quelque chose à manger et à 1 heure, on est reparti en auto vers Vouziers, où nous avons été hospitalisé au théâtre, jusqu’au 19 à midi.
A midi, nous sommes allés dans un train sanitaire, et nous sommes arrivés à 7 heures du soir à Sedan, où on nous a transporté dans un hôpital.
Mais peu d’hommes resteront ici.
Ici, nous avons de nouveau été pansé ce matin. D’après les dires du médecin, ma blessure a 10 centimètres de long et 5 de large, et se trouve dans la hanche droite. Il y a encore des bouts de tissus dans la plaie.
J’ai été « souligné » de bleu, ce qui veut dire que je serai un des premiers à venir en Allemagne. J’ai certes des douleurs, mais pas autant que lors de ma première blessure.
Ne vous faites pas de soucis, car l’affaire n’est pas si grave. Vous n’avez pas besoin de m’écrire jusqu’à ce que vous ayez ma nouvelle adresse, car, comme le bruit court, dans 2-3 jours je ne serai plus là.
Mes colis postaux, c’est HEC... qui les recevra.
Je suis content d’être de nouveau sorti de Champagne : plutôt un combat à découvert que de se tenir jour et nuit sous le feu de l’artillerie.
En attendant, je vous salue très cordialement.

Eugène

J’ai reçu les 4 premiers paquets, et j’étais très content des chocolats.
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:08

Lettre n°27

St Ingbert, le 28.10.15

Chers parents,
J’ai reçu avec beaucoup de plaisir vos lettres du 24 et du 25.
Avec ma blessure, cela va mieux, au moins, je n’ai presque plus de douleurs, simplement, je ne peux juste pas bouger comme cela me convient.
Jusqu’à aujourd’hui, j’ai été fraîchement pansé tous les jours, ce qui, comme le médecin me l’a dit aujourd’hui, se passera par la suite encore chaque jour, jusqu’à ce que la blessure ne suppure plus. Elle est nettoyée tout les jours, et de temps en temps, on coupe de nouveau quelques lambeaux, comme aujourd’hui de nouveau, ce qui n’est justement pas une sensation agréable !
Sinon, cela me plaît très bien ici. Avant tout, nous n’avons au moins à nous plaindre en rien au sujet de la nourriture. Le matin, nous recevons du café et un petit pain, à 10h, une tasse de lait et un morceau de pain. A midi, de la soupe, des légumes et de la viande. A 4h, du café et un petit pain. Le soir, des pommes de terre, de la salade, de la viande et de la saucisse. A midi et le soir, il faut déjà avoir un bon estomac si on veut tout manger.
Nous ne pouvons pas aller en ville sans permission. Provisoirement, je ne me soucie pas encore de sortir, mais je pense que dans 8 jours, cela va déjà aller [mieux].
Jusqu’à présent, je n’ai pas encore reçu votre lettre du 20. Dès mon arrivée ici, j’ai envoyé mon adresse à la compagnie pour qu’on m’envoie ici mon courrier, mais jusqu’à aujourd’hui, je n’ai encore aucune réponse.
Je suppose qu’ils sont de nouveau partis de la Champagne, puisque ces derniers temps, cela est de nouveau devenu un peu plus calme et que maintenant tout de même, nous avons suffisamment de troupes là-bas. Probablement, ils sont allés maintenant en Serbie, où nous serions déjà entré début octobre, si les français n’avaient pas essayé de faire une trouée.
Si vous voulez, vous pourriez m’envoyer un paquet de pommes, mais pas de noix. Vous pourriez y joindre un livret de « Job », car je ne peux pas en avoir ici.
Dans le bon espoir que vous êtes encore tous alertes et en bonne santé, je vous salue très cordialement.

Eugène

Réponse rapide !
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:09

Lettre n°28

St Ingbert, le 22.11.15

Chers parents,
Par la présente, je veux vous faire part que cela va de nouveau mieux chez moi. La blessure est complètement cicatrisée : il y a eu une croûte dessus, qui se rompt de nouveau de temps en temps, et alors ça saigne de nouveau un peu.
La semaine dernière toute entière, je suis resté au lit, car je ne me sentais pas bien : j’avais mal à la tête, et aussi de la fièvre, jusqu’à 39°5.
Mais hier et aujourd’hui, je me sens de nouveau tout à fait bien, et aujourd’hui pour la première fois, j’ai eu le droit de quitter le lit.
J’ai reçu dernièrement une lettre de Marcel, dans laquelle il me fait part que, lorsqu’il retournerait de permission à Neuenburg, il aurait rencontré beaucoup d’alsaciens qui voulaient partir en permission et ont de nouveau fait demi-tour, parce que venant de Neuenburg, plus personne ne pouvait avoir de permissions pour aller en Alsace. Il écrit que c’était souvent le cas, et de temps en temps, cela était de nouveau aboli.
Il m’écrit que l’on doit maintenant avoir la permission de son commandant de corps d’armée. Il m’écrit que je dois vous demander, si maintenant on pourrait de nouveau venir de ce côté en venant de Neuenburg.
Je ne sais pas justement comment je dois m’y prendre : je sais que je reçois une permission, mais j’ai peine à croire que ce soit pour l’Alsace.
Ceci concernant une prochaine réponse. En attendant, je vous salue tous.

Eugène

Salutation à Madame W... et à Sœur Octavienne.
Vous me faites attendre longtemps une réponse !
Combien de temps je reste encore ici, je ne le sais pas. M%Ais je crois à peine que cela dure encore plus de 15 jours.
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 8:10

Lettre n°29

St Ingbert, le 25.11.1915

Chers parents,
J’ai reçu avec grand plaisir votre lettre du 22 de ce mois.
Comment cela se passe avec ma blessure exactement, je ne le sais pas moi même. Je crois qu’elle s’est de nouveau ouverte, à l’endroit où elle était un peu plus profonde. Le médecin recommence de nouveau à la traiter comme au début. Des douleurs, je n’en ai aucune, mais toujours une sorte de démangeaison. Cela se comprend bien que je reste ici aussi longtemps que cela m’est possible. Ne croyez donc pas que l’idée de la « maison » me ferait sortir d’ici. Cela viendra seulement par trop vite, lorsqu’un jour la blessure sera guérie, car je vois bien comment cela va pour les autres.
Comme vous me l’écrivez, MÜR... de Flaxlandern était chez vous, c’est le beau-frère d’Émile LAN... .
Je ne savais pas qu’il avait été blessé. Depuis que nous sommes partis de Galicie, j’ai pourtant déjà parlé avec quelques uns de la 9ème compagnie, qui ne m’ont rien dit de cela. J’avais remarqué son absence, mais je croyais qu’il était de nouveau malade. Quand ce n’est pas justement dans le même bataillon, il peut se passer des mois jusqu’à ce qu’on rencontre de nouveau quelqu’un.
D’après ce qu’il dit, je n’aurait donc pas grosses difficultés à avoir une permission pour aller en Alsace, ce qui me réjouit beaucoup.
Je suis aussi surpris de voir que FRI... K., le cousin d’Alphonse FRI... s’en est sorti indemne de la bataille de Champagne.
Je voulais me renseigner aussitôt à son sujet, mais cela m’était impossible, parce qu’ils étaient assez éloignés de nous et que nous ne pouvions quitter la tranchée qu’en cas de nécessité extrême. De nos jours, cela nous était absolument impossible de quitter la tranchée sous le feu de l’artillerie.
En attendant une prompte réponse, je vous salue tous.

Eugène
Revenir en haut Aller en bas
Sylvain



Nombre de messages : 654
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 04/04/2008

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Dim 7 Sep 2008 - 13:08

Salut Médaille
Et beh il y en a de la lettre mais quel régal de lire celà, on a là un point de vue différent de d'habitude ce qui est aussi très intéressant
/merci/ /merci/ /merci/ pour ce très beau témoignage bravo2/ bravo2/
A+
Sylvain
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:11

Lettre n°30

St. Ingbert, le 1.12.1915

Chers parents,
Samedi matin, j’ai reçu avec beaucoup de plaisir et mes meilleurs remerciements votre paquet. Avec ma blessure, cela va mieux de jour en jour. Elle est pour ainsi dire guérie, certes encore recouverte d’une croûte.
Elle est encore bandée toujours bandée, et aussi longtemps que ça sera ainsi, je n’ai pas besoin de penser à un renvoi. Comme je le suppose, je resterai ici jusqu’au milieu de ce mois, il est aussi possible que ce soit encore plus long, mais j’en doute.
Aujourd’hui, j’ai reçu une carte de HEC..., dans laquelle il m’apprend qu’il part aujourd’hui en permission. Il m’écrit que, si cela lui est possible, il viendra me voir.
Malheureusement, il obtient seulement 8 jours : comme il me l’écrit, aucun homme du régiment ne reçoit plus de 8 jours. Mais je n’ai plus rien à faire avec cela, il ne faut pas que vous pensiez que, moi, je n’en aurai pas plus. Je pense obtenir au moins 15 jours.
Ces derniers temps, nous avions ici très froid, et aussi de la neige, mais depuis hier, c’est de nouveau pluvieux.
Sinon, ici cela me plait encore bien, je serai content de pouvoir fêter Noël ici, mais il n’en sera probablement rien, mais peut-être plutôt à la maison ?
Dans l’espoir de vous revoir bientôt, je vous salue de tout cœur.

Eugène

Réponse prochaine !
Salutations à Mme W... et à Sœur Octavienne.
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:12

Lettre n°31

St. Ingbert, le 11.12.1915

Chers parents,
J’ai reçu avec beaucoup de plaisir votre lettre du 5 de ce mois.
D’après votre lettre, vous vous représentez ma blessure pour plus grave qu’elle ne l’est. J’ai aussi tout de suite pensé, lorsque j’ai lu dans le journal « grièvement blessé » que vous vous feriez peut-être du souci.
Mais l’affaire n’est pas à moitié aussi grave. La plaie est complètement fermée, seulement recouverte encore d’une croûte ; elle n’est plus bandée. J’aurai peut-être été renvoyé la semaine prochaine, mais comme la scarlatine s’est déclarée dans l’école-hôpital [ ?], alors d’après les dires du médecin-capitaine, momentanément, plus personne n’est renvoyé. Comme il le dit, cela peut durer 4 ou 5 semaines, jusqu’à ce que quelques-uns soient renvoyés ; de même aucun militaire n’a plus le droit d’entrer. Il est aussi possible que l’affaire soit annulée [ ?].
Ces derniers temps, nous avons ici un temps assez chaud, mais pluvieux, de sorte que nous ne pouvons pas sortir chaque jour.
Dans l’espoir de vous voir bientôt, je vous salue de tout cœur.

Eugène

Réponse prochaine !
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:12

Lettre n°32

Mayence, le 15.12.1915

Chers parents,
Je suis bien arrivé ici hier soir à 6h1/2.
L’affaire a cause de la scarlatine a été remise. Provisoirement, les gens ne pouvaient seulement pas être renvoyés sur le champ de bataille.
Ce matin, tout ceux qui étaient renvoyés de l’hôpital, nous avons été présenté au docteur, mais nous n’avons pas été examinés. Nous serons seulement examinés après la fin de la permission.
Aujourd’hui, à midi, j’ai déposé une demande pour une permission, mais combien de temps cela durera jusqu’à ce qu’elle revienne, je ne le sais pas. Il y en a quelques-uns qui attendent depuis déjà 3 semaines !
Chacun reçoit 15 jours.
Pour l’instant, je suis apte pour le service de place. Ce qui m’adviendra après la permission, je ne le sais certes pas, mais sans doute [je serai] apte à faire campagne.
En attendant, vous pouvez m’envoyer un paquet, pas un gros, éventuellement, un peu d’argent, mais tout de suite après réception de ma lettre.
Dans l’espoir de vous voir bientôt, je vous salue.

Eugène

Soldat B...
1ère compagnie de convalescence
88ème bataillon de réserve
Mayence
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:13

Lettre n°33

Mayence, le 24.12.1915

Chers parents,
J’ai reçu votre lettre aussi bien que l’argent, et vous en remercie.
Je fais de nouveau depuis aujourd’hui ma première garde militaire, et je devrai de nouveau prendre la garde de dimanche à lundi.
Il faut dire que tous sont partis en permission et que les quelques hommes qui sont encore là ne suffisent pas à fournir la faction, et même, il faut que quelques-uns qui habitent dans le voisinage, reviennent une journée pour faire la garde.
Si je l’avais su, je serai parti pour Heidelberg, car j’y étais invité.
Je pense aller là-bas après le Nouvel An. Pour ceux d’entre nous qui restent ici à Noël, il a été accordé une permission du 28 décembre au 3 janvier. Mais je ne partirai probablement que le 30 ou le 31.
Hier soir, nous avons fêté Noël dans la compagnie. Il y a eu plusieurs tonneaux de bière et d’autres cadeaux.
Du reste, cela me plait pas mal ici, et nous avons très peu de service.
Le matin, nous faisons une petite promenade, sans arme. On va le plus souvent dans un lieu voisin, nous y entrons et nous faisons demi-tour ; l’après-midi, nous avons une heure d’exercices physiques.
Comme vous me l’écrivez, vous m’avez envoyés deux paquets : jusqu’à aujourd’hui, je ne le ai pas encore reçus. Vous n’avez pas besoin de m’en envoyer autant que sur le front : une boîte de confiture me suffit pour une semaine. Mais vous n’avez pas besoin de m’en envoyer une maintenant.
En ce qui concerne ma permission, je ne peux encore rien vous dire. Il y en a plusieurs qui attendent aussi, déjà depuis 3-4 semaines. Hier, il y en a de nouveau deux de Hochstatt [près de Brunstatt, Haut-Rhin] qui sont partis.
Que ce soit allé tellement vite pour celui de Flaxlanden, je crois que cela s’est fait parce qu’il est marié.
Sinon, cela va de nouveau bien chez moi, et j’espère qu’il en est de même pour vous.
Dans l’espoir de vous revoir bientôt de nouveau, je vous salue de tout cœur.

Eugène
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:14

Lettre n°34

Mayence, le 10.2.1916

Chers parents,
Je suis de garde ce matin, et je veux utiliser cette occasion pour vous écrire quelques lignes.
Je suis bien rentré de permission à Mayence à 7h du soir.
Nous sommes vraiment beaucoup de service ; depuis le matin de bonne heure jusqu’au soir tard, rien que des appels, car mardi prochain nous avons une inspection économique.
Pendant que j’étais en permission, Georges FR... est arrivé sur le champ de bataille ; si j’avais été là, j’aurai dû y aller aussi, car alors j’ai été inscrit comme « apte pour le service campagne », et plus comme « apte pour le service de place ».
Maintenant, je vais être encore une fois présenté au médecin-major.
HEC... est de nouveau avec moi, il y a 8 jours qu’il a été renvoyé de l’hôpital.
Est ce que la photographie a bien réussie ? Vous pouvez m’en envoyer une.
Vous pouvez également m’envoyer un paquet, mais pas trop gros.
Sinon, je vais toujours bien et espère qu’il en est de même pour vous.
Je vous salue de tout cœur.

Eugène
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:15

Lettre n°35

Mayence, le 7.3.1916

Chers parents,
J’ai reçu votre lettre, votre paquet et l’argent, et je vous en remercie.
Comme vous le voyez, je suis toujours à Mayence, et je peux peut-être rester ici assez longtemps. Demain, un convoi de 50 hommes va de nouveau au front, mais je n’ai pas été réparti avec eux.
Aujourd’hui, HEC... a de nouveau rejoint son détachement. Il a eu de la chance de ne pas avoir été là. Car le détachement a passé la visite et presque tous ont été inscrit « apte pour le service campagne ».
Dimanche dernier, j’ai aussi rencontré Georges FISCHER, de la classe de Marcel.
Il était ici, dans le bataillon de réserve de l’armée territoriale. Hier, il a été déplacé à Darmstadt, et partira sans doute sur le champ de bataille.
Comme vous me l’écrivez, vous ne savez pas jusqu’à présent si GO... a donné le kirsch à MA.... Je ne peux pas le dire non plus.
De MA... j’ai reçu une carte, mais alors GO... était encore à la maison. Depuis, je ne leur ai pas écrit, peut-être me croient-ils aussi sur le champ de bataille ? Je vais leur écrire demain, mais je ne vais rien leur écrire à ce sujet.
Comme vous me l’écrivez, Marcel vient prochainement en permission. Je veux vous faire savoir que tout ceux qui sont en permanence « apte au service de place » reçoivent sur demande une plus longue permission.
Sinon, cela va toujours bien pour moi et j’espère qu’il en est de même pour vous.
Je vous salue de tout cœur.

Eugène

Qu’est ce qui se passe avec ma photographie ? Vous ne l’avez pas encore cherchée ? Je l’attends chaque jour !
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:15

Lettre n°36
(Carte)

Wegscheide [bifurcation ?, de nombreux lieu-dit portent ce nom aux alentour de Mayence, probablement « Wegscheide Bad Orb, à 80 kilomètres à l’ouest de Mayence], le 28.3.1916

Lettre à Marcel, son frère

Cher frère,
J’ai reçu avec plaisir ta carte du 23 de ce mois.
Nous sommes ici répartis parmi les recrues.
Je serais content de passer encore ici le mois d’avril comme tu me l’écris, mais je ne crois pas que ce sera le cas.
Ici, il ne fait justement pas beau, mais tout de même mieux qu’en plein air.
J’espère que tu auras bientôt quelques semaines de permission, tandis que moi je n’ai pas autant de « veine ».
Je te salue bien.

Eugène
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:16

Lettre n°37

Télégramme de Wegscheide Bad Orb
4.4.1916
8h38 du matin

S’il vous plaît – Télégraphiquement 20 marks – Je m’en vais
Eugène
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:16

Lettre n°38

Wegscheide Bad Orf, le 5.4.1916

Chers parents,
J’ai reçu hier soir la lettre envoyée télégraphiquement avec les 20 marks et je vous en remercie.
Je ne savais pas que vous m’aviez déjà envoyé de l’argent. Je peux peut-être en avoir besoin, car je crois qu’il va ensuite se passer un mois jusqu’à ce que je reçoive de nouveau du courrier de vous.
Comme il en est question, nous allons en Galicie, je suppose auprès du 224ème régiment, car nous fournissons la réserve pour ce régiment et il se trouve à la frontière de la Bessarabie.
Nous emportons encore une tenue de service ainsi qu’une tenue d’exercices, et nous devons aller à un dépôt de recrues. Il est possible que nous allions là, mais je crois que nous serons bientôt au front.
Déjà plus d’un convoi est parti, à qui on a encore envoyé une tenue de service, mais qu’ils n’ont jamais vue, car ils sont allés directement au front, et de plus dans un tout autre endroit de ce qu’ils avaient pensé.
En ce qui concerne mon courrier, je ne peux encore rien vous dire : si nous allons à un dépôt de recrues et si nous ne devons rester là que 8 ou 15 jours, alors vous n’avez pas besoin de m’envoyer de paquets, mais attendre ma nouvelle adresse.
Je vous écrirai plus tard à ce sujet, quand je saurai exactement ce qu’il en sera de nous.
Nous ne sommes presque rien que des Alsaciens, beaucoup de recrues de Basse-Alsace, qui n’ont pas encore été à l’extérieur.
En Basse-Alsace, ils n’ont pas été appelés aussi tôt que chez nous.
Nous recevons à emporter du ravitaillement pour 8 jours : d’après cela, nous serons donc 8 jours en route.
Probablement que nous serons embarqués demain soir ou samedi matin.
En attendant, je vous salue de tout cœur.

Eugène
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Lun 8 Sep 2008 - 8:17

Lettre n°39

Galicie, le 15.4.1916

Chers parents,
Par la présente, je vous fait part que cela va toujours bien pour moi. J’espère qu’il en est de même pour vous.
Nous sommes ici dans une localité, beaucoup plus loin vers la droite que la dernière fois, quand j’étais cantonné en Galicie.
Il y a toujours 8 à 10 hommes dans une maison, et ils ont une pièce pour eux.
Le service que nous avions [à faire] jusqu’à aujourd’hui n’était justement pas trop difficile, si seulement les chemins étaient meilleurs. On ne sait pas où marcher à cause de la boue. Il y a ici de très bonnes terres, pas de sable comme là où j’étais auparavant, mais c’est très mignon [ ?].
Nous sommes encore toujours à environ 5 kilomètres derrière le front, et hier nous avons entendu le premier bruit de canon.
J’ai été détaché à la cuisine. Nous y sommes trois hommes. Le matin, nous avons beaucoup à faire, à midi cela va déjà mieux. Nous devons cuisiner pour deux compagnies. Il faut se lever la nuit à 2 heures pour préparer le café, en alternance.
Je vous ai écrit dans ma dernière carte que vous devez m’envoyer des paquets, ce que vous pouvez interrompre provisoirement, jusqu’à ce que vous ayez de nouveau une nouvelle adresse.
Nous partirons probablement d’ici, ou bien l’adresse sera différente. On nous a seulement dit que l’on doit écrire à la maison que pour l’instant, il ne faut pas nous écrire. Je ne crois pas que nous allons tout de suite au front.
Je vous écrirai de nouveau dès que j’en saurai davantage.
En attendant, je vous salue de tout cœur.

Eugène

Wehrmann B...
Dépôt de réserve
4ème bataillon, 20ème compagnie, Corps Marschall [ ?, « Korps Marschall »]
Armée impériale du Sud
Feldpoststation n°156
Revenir en haut Aller en bas
I.R 93

avatar

Nombre de messages : 633
Localisation : ORNE
Date d'inscription : 14/08/2008

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Mer 10 Sep 2008 - 11:13

Bonjour
Témoignage toujours aussi stupéfiant!!!
J'attend la suite avec impatience drunken drunken drunken
/merci/
Fred
/biere/
Revenir en haut Aller en bas
medaille59

avatar

Nombre de messages : 2537
Age : 37
Localisation : Douaisis (59-Nord)
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   Mer 10 Sep 2008 - 15:46

Ca va venir, probablement demain, j'ai juste un peu moins de temps ces temps ci...

/biere/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande   

Revenir en haut Aller en bas
 
Correspondance d'un alsacien dans l'armée allemande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» kouglof alsacien
» 21 juin 1919 La flotte allemande se saborde à Scapa Flow
» La bibliothèque idéale en littérature allemande contemporain
» Investir dans l'agriculture bio.
» Les navires Allemand dans le port d'Ostende de 1940 à 1944

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Histoire :: Histoire de soldats-
Sauter vers: